AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez|

Les mêmes après tant d'année ? [Pv : Fenrisulf]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Assassins
+ Date d'inscription : 13/09/2014
+ Messages : 749
+ Orbes + Orbes : 642
+ Âge du Personnage : 23 ans
+ Poste occupé : Maître renégat (Voie des loups, Aoun), Assassin
+ Nom du dragon : Apstim
+ Type de Dragon : Lumière
+ Le Don légué : Elle n'en a pas
avatar
Loreleï Jung
Message Dim 14 Sep - 23:14

Elle étreignait doucement, tendrement sa mère. Alors qu’Apstim commençait à piaffer d’impatience. Loreleï était maitre oui mais avait encore à apprendre, de ce fait, son expérience n’était pas encore certaine. Andarno, Esmeralda, tous l’a poussé à avancer. Après un bisou sur le front, sa mère lui fait un merveilleux sourire.

- Si tu vois ton frère à Prima. Casse lui la figure s’il te plait. Ce petit homme à oublier de donner des nouvelles !

Oui… Loreleï le savait, son frère avait oublié de donner des nouvelles, il n’était pas réapparu depuis le début de la guerre et elle s’en sentait mal, comme sa mère. Son père, Yu-jin n’était pas forcément là non plus… Et s’ils étaient tous les deux … Mort ?
Cessant de penser à tout ceci elle promit à sa mère de revenir aussi vite que possible, vérifia une dernière fois son matériel, monta sur Apstim et s’engouffra finalement sur les différents chemins.

Plusieurs jours de monte lui furent nécessaire, mais elle était heureuse, elle allait à Prima et pour tout parfaire, elle avait l’envie de passer par le camp d’entrainement de l’armée territoriale Lostreg.
Apstim aussi apparement. Heureusement, flattant la tête du dragon, elle avançait finalement vers Prima. Elle lui ferait une surprise, une belle surprise.

Entrant dans la ville elle demandait finalement son chemin pour trouver le camp d’entrainement. Plus que tout elle prenait son temps pour visiter, mange, trouver un hôtel et délester Apstim avant de reprendre sa route vers un endroit plus sérieux.
Arrivé à l’entrée du camp elle souriait de façon douce et inquiétante à la fois. Alors qu’un soldat ne faisait que son travail.

- Que voulez vous ?
- Je viens voir Fenrisulf Heirleif. Est-il disponible ?
- e capitaine ? Je peux aller voir, c’est important ? Qui dois-je annoncer ?
- C’est une surprise, dite simplement qu’il s’agit d’une vieille connaissance.

Après quelques pourparlers, il partit cherche l’objet de l’attention de Loreleï. Elle avait délaissé Apstim pour ajuster ses gants, attendant aux milieux du terrain d’entrainement. Douce et sage. Elle allait lui montrer un peu au capitaine se qu’il allait arriver quand on ne donne pas de nouvelle.
Pourtant elle était heureuse de revoir son grand frère…. Il lui avait manqué, elle se sentait presque euphorique, nerveuse, ayant peur de ne plus le connaitre…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tenebrae
+ Date d'inscription : 10/09/2014
+ Messages : 314
+ Orbes + Orbes : 733
+ Âge du Personnage : 32 ans.
+ Année : 1ère
+ Poste occupé : Capitaine - Armée Territoriale. [Transféré à Lindorm]
+ Nom du dragon : Vayri
+ Type de Dragon : Ténèbres
+ Le Don légué : Cage du Néant
avatar
Fenrisulf Heirleif
Message Lun 15 Sep - 0:13

Je ronchonnais, au milieu de paperasse de rapports de quelques lieutenants que je devais faire au général. Par Karathion, je déteste la partie administrative de mon travail : réellement. Une cigarette au coin des lèvres, j’eu un vague regard rêveur avant de revenir à mes morceaux de papiers énervant à souhait. Aussi, lorsque la porte toqua, je fronçais des sourcils et inviter à entrer le nouvel arrivant.

« Capitaine. Quelqu’un demande à vous voir, dans la Cour d’entraînement.
- Qui donc ?
- Cette personne a dit être une vieille connaissance… »


Je fronçais des sourcils. Une vieille connaissance ? Norito ? Non…Il doit être entre quatre murs au temple de Chen Sun, occupé à autre chose. Et il m’en aurait parlé dans sa dernière lettre le bougre !
Invitant le soldat à prendre congé, je le remerciais. Tsss…de ma fenêtre je ne vois pas le terrain d’entraînement.

Écrasant ma clope, je faisais craquer les os de ma nuque et de mes diverses articulations. Oh et puis zut, je ne perds rien à y aller. Passant devant un secrétaire planqué dans un recoin de mon bureau, je pensais un vague instant à ces nombreuses lettres et ce journal de guerre qui sommeille dedans. Rah ! Cela serait trop la honte de les envoyer désormais.
Je me tapotais la joue avant d’y aller. Démarche droite et fière. Saluant les soldats sur mon chemin. C’est lorsque j’arrivais dans la Cour que je la vit. Oui, elle avait grandit mais je ne put que la reconnaître. Loreleï. Ma p’tite sœur : Lili.


« Lili ? Qu’est-ce que… ? » Demandais-je.

Remarquant les gants sur ses mains, mon corps se tendit. J’étais prés à paré le premier coup qui arriverait. Car mon p’tit doigt me dit que je vais manger un poing dans un instant là ! D’accord, l’expérience et la vie de famille passée me le fait dire !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://folio-adark.voila.net/ http://lindorm.forum2ouf.com/t1003-un-visage-ne-peut-etre-oublie#16802 http://lindorm.forum2ouf.com/t998-pacifisme-comme-guerre-se-font-de-rencontres#16773
Assassins
+ Date d'inscription : 13/09/2014
+ Messages : 749
+ Orbes + Orbes : 642
+ Âge du Personnage : 23 ans
+ Poste occupé : Maître renégat (Voie des loups, Aoun), Assassin
+ Nom du dragon : Apstim
+ Type de Dragon : Lumière
+ Le Don légué : Elle n'en a pas
avatar
Loreleï Jung
Message Lun 15 Sep - 0:34

Il était partit sans demander son reste et elle ? Et bien elle se trouver là, sur ce terrain, attirant les curieux alors que sa nuque, ses épaules et ses coudes craqué et s’échauffer. Manquerait plus qu’elle se froisse un muscle tien.
Habillé de blanc, elle avait significativement grandit, ses cheveux aussi, son visage, son corps tout avait prit une apparence bien plus femme.

Bref, il avait couru jusqu’au bureau de son prétendu supérieur. Rien du tout oui, il n’était qu’un gamin fuyard, oui, il avait fuit loin et n’avait donné aucune nouvelle rien, sa mère se rongeait les sangs, son beau père aussi, sa demie sœur en venait à être en colère contre son propre frère. Son héros fut un temps…

~ Ne soit pas Nerveuse…
- Je ne suis pas Nerveuse Apstim.
~ Menteuse.


Il était rare que le gros fauve parle, généralement i rugissait plus qu’autre chose. Puis le voilà, comme dans ses souvenirs, peut être une ou deux rides en plus… Puis des cicatrices, un tatouage. C’est la fête. Loreleï avait du mal à se dire que cet homme était son frère et pourtant, ses yeux, sa voix, ses paroles, rien ne manquait à l’appel.

Elle se sentait flancher. On pourrait croire à un brother complex alors qu’elle contemple silencieusement son frère.
Ou presque.

- Fenri…

Pas de place pour les larmes, au final elle repensait à sa mère, à sa détresse et elle avancer vers le blond pour finalement arriver à sa hauteur et lever la tête. Il lui avait tellement manqué.

- Tu es un imbécile !

Une larme, une seule avait roulée long de sa joue avant que le maître des loups n’entame les retrouvailles avec un crochet du droit. Ayant suivit la voie du faucon elle était rapide et enchainait le coup. Droite, Gauche, Genoux, tout se que l’on avait pu lui apprend, absolument tout.
De même, elle changeait de rythme le plus souvent possible pour qu’il ne puisse pas la suivre, pour qu’il ne se calque pas sur ses mouvements.
Tant d’année ensemble les rendait redoutable ensemble et pourtant, tellement égaux…. Adversaire facile et difficile à la fois. Elle ne cessait d’enchainer les pas, de tenter d’atteindre sa joue ou ses cotés. De donner un coup au niveau du ventre ou du genou pour qu’il perde l’équilibre.

Pourtant, voyant une ouverture facile, un déséquilibre, elle finit par décocher un puissant coup de poing en direction de sa mâchoire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tenebrae
+ Date d'inscription : 10/09/2014
+ Messages : 314
+ Orbes + Orbes : 733
+ Âge du Personnage : 32 ans.
+ Année : 1ère
+ Poste occupé : Capitaine - Armée Territoriale. [Transféré à Lindorm]
+ Nom du dragon : Vayri
+ Type de Dragon : Ténèbres
+ Le Don légué : Cage du Néant
avatar
Fenrisulf Heirleif
Message Sam 4 Oct - 18:43

Je me dis que j’ai bien fait, sérieusement. Elle s’était avancée. Sa voix, toujours aussi douce. Son expression, sobre. Puis, elle m’avait regardé dans les yeux et je vis une larme couler le long de sa joue. Néanmoins, son poing partant vit le mouvement être accompagné. Mon corps se décalant juste assez pour que le poing finisse dans le vide là où se tenait mon visage un peu avant.
Elle enchaîna, vive. Et c’est avec ruse que je décrypter son rythme si familier. Le rythme de quelqu’un partageant son passé et une partie de son sang avec moi. Ma précieuse petite sœur. Ses changements de rythme rendait l’exercice délicat, mais pour l’avoir moi aussi appliquer…et le lui avoir enseigné plus jeune, je connaissais. Même si je savais que si l’échange durait, elle me prendrait de cours.

Mais, surtout, sa colère était légitime. Probablement est-ce pour cela que je vins à créer ce déséquilibre. Glissant volontairement sur une partie boueuse du terrain, alors même que c’est le genre d’erreur que je ne fais pas normalement.
Je savais qu’elle avait le droit de m’en coller une. Car malgré le journal que j’ai rédigé. Malgré le nombre impressionnant de lettres que j’ai écris : je n’ai rien envoyé. Jamais. Car je sentais que si je le faisais, ma détermination aurait foutu le camp. Aoun me manquant bien trop pour que j’y retourne sans prendre le risque de vouloir y rester. Sa sérénité, son ambiance, ses croyances, étant tout pour moi et me manquant horriblement.

Je détendis les muscles de ma mâchoire, afin de permettre à l’impact d’être absorbé par les muscles et non avoir un contact en force. Ceci pour atténuer la force de son poing chargé de colère. Le bruit qui en résultat, et le fait que nos corps cessèrent leurs danses étaient explicites.
Oui…Le capitaine Heirleif vient de se prendre un poing en pleine gueule par une jeune femme. Par sa petite-sœur même. Mon regard se posa sur elle, alors que j’encaissais la douleur du coup. L’acceptant. Combien même ma gencive a bien pris car je sentais un léger coup de fer en bouche.


« Tu es devenue forte, Loreleï. » Dis-je, d’une voix calme. Le regard fier en la détaillant.

L’impact m’avait fait légèrement reculer, surtout que j’avais créé un déséquilibre. Et j’avais même fini avec un genou au sol. Me redressant, je me frottais la mâchoire avant d’ajouter :


« On dirait que je n’avais pas à m’inquiéter, tu as fière allure avec Ap’. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://folio-adark.voila.net/ http://lindorm.forum2ouf.com/t1003-un-visage-ne-peut-etre-oublie#16802 http://lindorm.forum2ouf.com/t998-pacifisme-comme-guerre-se-font-de-rencontres#16773
Assassins
+ Date d'inscription : 13/09/2014
+ Messages : 749
+ Orbes + Orbes : 642
+ Âge du Personnage : 23 ans
+ Poste occupé : Maître renégat (Voie des loups, Aoun), Assassin
+ Nom du dragon : Apstim
+ Type de Dragon : Lumière
+ Le Don légué : Elle n'en a pas
avatar
Loreleï Jung
Message Dim 2 Nov - 15:41

Un imbécile, oui, son frère était un imbécile. Idiot, il n’avait pas donné de nouvelle pendant 5 ans, il n’avait pas dit si cela allait bien, si il était blessé, si il était a l’aise ou mal a l’aise au contraire, non, rien, absolument rien et cela Lorelei lui en voulait. Elle était rempli de rage et de tristesse, mais aussi et sans le montrer, de soulagement, car il était en vie et ça c’était indéniable.

Son point entrant en collision avec la mâchoire du Capitaine, elle le regardait faire, suspicieuse. Il restera un imbécile jusqu’au bout. Elle n’était plus une petite fille alors pourquoi ? Pourquoi s’évertuait il a lui rendre la tache toujours aussi facile. C’était un disciple bon sang ! il ne devait plus faire se genre d’erreur. Restant droite et le menton relever, elle fixait son regard aussi violet que le sien.

C’est le minimum que l’on demande à un maître de l’école d’Aoun, être fort.

Savait-il qu’elle était en passation de droit ? Que le maître de la voix des loups lui avait laissé sa place ? Qu’il avait reconnu en Lorelei, le potentiel grandissant qu’elle renfermait. beaucoup l’appelait le génie, elle était forte et tout lui semblait facile, elle apprenait vite et enseignait avec sagesse.
Il ne lui manquait plus que l’expérience. Approchant doucement, les yeux humides, elle caressait la joue de endolorie de son frère, tentant de ne pas rougir à son compliment. Doucement elle montait le long de son visage, puis sur son front.
Cette cicatrice… Elle ne l’aimait pas.

Grand frère. Promet moi qu’a partir de maintenant tu donneras des nouvelles. Sais-tu combien c’est insupportable d’attendre dans l’angoisse et de ne jamais voir une seule lettre venir ? Même les maîtres d’Aoun commencent à avoir peur pour toi.

Regardant autour d’elle, elle voyait finalement les hommes de Fenry, tous en rond, presque hébété de voir leur Capitaine se prendre un coup de poing, par une femme, qui plus est une jeune femme. Sifflant, elle fit venir Apstim, celui ci se couchant prêt de sa pseudo mère elle prenait finalement la main du blond pour l’emmener avec elle et l’inviter a monter sur le dos du dragon.

Allons dans un endroit plus calme. Ici, il y a trop de monde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tenebrae
+ Date d'inscription : 10/09/2014
+ Messages : 314
+ Orbes + Orbes : 733
+ Âge du Personnage : 32 ans.
+ Année : 1ère
+ Poste occupé : Capitaine - Armée Territoriale. [Transféré à Lindorm]
+ Nom du dragon : Vayri
+ Type de Dragon : Ténèbres
+ Le Don légué : Cage du Néant
avatar
Fenrisulf Heirleif
Message Mar 11 Nov - 12:48

Un maître, hein ? Mon sourcil se leva un vague instant…Oui, c’est logique. J’aurais dû, actuellement, être en passation de droit pour la Voie du Serpent. Cette guerre et les ambitions familiales, les tensions plutôt, m’auront détourné de la voie et du rêve que j’avais enfant. Et qui, au fond, est toujours là : tapis en mon être. Suis-je encore digne d’Aoûn ? Parfois, je me le demande. Par Karathion, les lois des hommes sont d’un compliqué…

« Je vois…J’imagine que notre maître commun a finalement pris sa décision. Ne devrais-tu, dans ce cas, être au dojo ? » Répondis-je, d’une voix douce et calme, tout en me relevant.

La voyant s’approcher, je ne me tenais sur mes gardes. Sa démarche, sa gestuelle, rien n’est menaçant dans sa posture. Et la boue ambiante me permettrait de la faire glisser si, soudainement, elle tentait une seconde punition. Une, j’accepte. Deux, très peu…Combien même cela vient-il de ma précieuse petite sœur.

Je la laissais faire, redécouvrir le visage du frère qu’elle n’avait pas vu depuis…depuis mon départ en dernière année d’école militaire, alors que le glas de la guerre a retentit. Presque cinq ans, hein ? Mais, son regard et ses mots, ils étaient pires que si on m’avait poignardé le corps à maintes reprises.


« Je ne peux le promettre, si les conflits reprennent. Je ne pourrais me battre pleinement, et me dévouer à ces hommes qui me confient leur vie si je le faisais. J’aurais bien trop envie de rentrer pour se faire. Rentrer et vous protéger : vous…et non ce pays. »

Mon regard exprimait la franchise de mes paroles, mais aussi l’émotion de tendresse et d’amour pour ma famille, et Aoûn. Il exprimait aussi, avec ces mots, que je ne leur avais pas écrit sans quoi j’aurais déserté ou posé ma démission. Je ne serais plus militaire par crainte pour eux. Par crainte de ne jamais les revoir, aussi.
Nous parlions à voix assez basse, au vu de la foule désormais amasser. Et j’eus un petit sourire en coin alors que j’abdiquais en disant :


« J’ai mon bureau pas très loin, nous y serons tranquille. »

Lui faisant signe, j’ajoutais néanmoins :

« Ap’ doit rester dehors par contre, p’tite sœur. Je n’ai pas la place pour un Dragon dans mon bureau. »

Ma voix avait été forte, leur signalant ainsi qui était la jeune femme. Leur signalant, à tous, qu’elle était ma précieuse famille. Celle pour qui j’ai toujours combattu…cette famille d’Aoûn, où pas un n’est point combattant.
Guidant néanmoins ma sœur, ma petite « Lili », je vins à ajouter :


« P’pa ne vous a donc pas parlé à mon sujet ? J’ai pourtant croisé son escadron, et celui de Norito, a quelques reprises ces dernières années…L’un et l’autre auraient put vous dire comment j’allais. »

Je parlais simplement, comme si c’était la météo. Un constat, simple. En tout cas, nous arrivions à mon bureau et en refermant la porte, et l’invitant à se mettre à l’aise, je demandais :

« Je te sers quelque chose ? »

Je me trouvais au niveau d’un placard dans lequel se trouvait quelques alcools, mais aussi, une bouilloire a placer dans la cheminée adjacente, et divers thés. Un de mes péchés mignons, que la famille Jung a malencontreusement développé chez moi. En tout cas, elle pouvait voir cette pièce avec un petit salon, un bureau, deux chaises devant le bureau, un secrétaire qui étant fermé…caché les innombrables lettres. Et des placards plein de paperasses et de dossiers…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://folio-adark.voila.net/ http://lindorm.forum2ouf.com/t1003-un-visage-ne-peut-etre-oublie#16802 http://lindorm.forum2ouf.com/t998-pacifisme-comme-guerre-se-font-de-rencontres#16773
Assassins
+ Date d'inscription : 13/09/2014
+ Messages : 749
+ Orbes + Orbes : 642
+ Âge du Personnage : 23 ans
+ Poste occupé : Maître renégat (Voie des loups, Aoun), Assassin
+ Nom du dragon : Apstim
+ Type de Dragon : Lumière
+ Le Don légué : Elle n'en a pas
avatar
Loreleï Jung
Message Dim 28 Déc - 20:29

Son choix… Il n’a pas eu vraiment le choix. Après 19 ans passé à l’école. Tout le temps. Il fallait bien que cela arrive un jour. Lorelei était talentueuse. Un génie d’après le grand maître. Il était normal qu’elle dépasse son propre maître.
Il lui avait laissé son titre avec fierté et dépit. Car il n’avait pas le choix. Lorelei n’avait pas été nommé maître à la place de son mentor. Non, elle avait prit sa place par la force. Sans le vouloir, sans s’en rendre compte.

Doucement, elle souriait à son frère. Ecoutant se qu’il avait à dire. Sa promesse qu’il ne pourrait pas tenir. Et son sourire se perdait… Il disparaissait a mesure de ses mots. Car égoïste comme il était, il ne pensais pas l’inquiétude qu’il pouvait faire connaitre à sa famille. Car égoïstement, il avait raison. On ne pouvait pas lui dire le contraire. Il avait peur de se perdre. Il avait peur de défaillir. Comme elle le comprenait. Elle qui voulait fuir cette école qu’elle commence a avoir du mal a supporter. Au prix de son village, dans lequel elle se sent bien.

Ecoutant Fenrisulf, elle demandait à Apstim de rester dehors, lui expliquant que, tout gros chat qu’il était, il ne pourrait pas rentrer à l’intérieur.
une caresse s’en suivant, elle s’en allait finalement, suivant son blondinet de demi-frère pour découvrir son bureau et le bordel masculin y résident.

- Papa nous a dit que tu était vivant… En bonne santé, mais rien de plus… Il ne ta pas dit que j’avais obtenu le rang de maître ? Pourtant il était là à ce moment là et tu as du le voir il n’y a pas longtemps… Enfin. Si je suis ici c’est un peu par fuite. Les autres maître d’Aoun ont du mal à m’accepté. Ma jeunesse, ma condition de femme. Beaucoup ne son pas d’accord avec la décision du maître des loups.

C’est vrai. Que ce soit Calvin, le père de Lilian, ou un autre, personne ne me considère véritablement comme maître. On me prend plutôt pour une Usurpatrice, une femme qui n’a rien à faire ici. Encore moins à leur côté.

- De thé s’il te plait.

Ainsi, elle regardait son frère. Il avait vieillit. Il avait l’air fatigué et pourtant. Elle ne pouvait s’empêcher d’avancer dans son dos. Silencieuse, douce. Alors qu’il était partit tout préparer. Là, elle passait doucement ses mains autour de sa taille, posant sa tête contre la nuque du capitaine. Sans arrière pensée aucune.

- Tu me manques Fenri… L’école, le regard des autres. Tout est plus dur a supporter quand tu n’es pas là…

Car elle ne pouvait rien lui cacher. Il était son miroir son contraire. Sa moitié. Il était son frère, son protecteur et elle savait parfaitement qu’il aurait décelé ses faux semblant à un moment ou un autre. Il était Fenrisulf Heirleif après tout. Qui lisais mieux que quiconque dans le coeur de Lorelei Jung, si ce n’était son frère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tenebrae
+ Date d'inscription : 10/09/2014
+ Messages : 314
+ Orbes + Orbes : 733
+ Âge du Personnage : 32 ans.
+ Année : 1ère
+ Poste occupé : Capitaine - Armée Territoriale. [Transféré à Lindorm]
+ Nom du dragon : Vayri
+ Type de Dragon : Ténèbres
+ Le Don légué : Cage du Néant
avatar
Fenrisulf Heirleif
Message Lun 29 Déc - 21:05

Vivant, hein ? Cela lui ressemble bien de ne pas les inquiéter comme ça. Après tout, la première fois qu’il a eut de mes nouvelles, j’avais le visage partiellement brûlé et on allait me nommer Lieutenant pour avoir survécut à ce carnage. Mais le fait de ne m’avoir rien dit pour le statut de Maîtrise de Lily…J’imagine qu’il savait que sinon, j’aurais foncé pour la féliciter. M’man m’aurait foutu une dérouillée. Et j’aurais laissé en plan mes prérogatives pendant un temps. Rah, Yu-Jin Jung : vous me connaissez bien trop.

Enfin, je l’écoutais avec attention. Notant clairement qu’elle ne me regardait pas dans les yeux. Et son commentaire sur son statut de femme et sa jeunesse me fit tiquer. Le mot « fuite » n’est pas un terme qu’elle utiliserait à la légère : jamais.
Elle désirait du thé, alors, je commençais à remplir la bouilloire et à la faire chauffer. Répondant en même temps à ses interrogations.


« Il ne m’avait pas dit, non. Après, je pense qu’il l’a fait sciemment. J’aurais posé mes congés pour venir te voir sinon, et te féliciter…Quitte à délaisser mon travail, désormais qu’une paix fragile est en place. Il a dû se dire que ce n’était pas admissible pour un Capitaine de partir comme ça. Ou les Jung ont fait pression…Que je n’apporte pas de déshonneur. »

Dur de savoir, ou de dire, qui manipule qui dans cette famille. Dans l’armée territoriale, il y a de nombreux Jung ou cousins de la lignée. Même s’ils ont généralement en fonction aux alentours de Wuweishu, certains officies sous mes ordres et savent mon lien avec Yu-Jin Jung…Et par la même, avec les frères de ce-dernier.

Soudain, je l’entendis se déplacer. Mais je ne bougeais pas, le regard sur le feu. Lorsque je sentis ses bras contre mon torse, et son visage dans ma nuque : mon cœur se serra. Quelque chose cloche. Une douleur sommeille en elle, mais laquelle ?
Ses mots furent douloureux à encaisser, et je ne pus empêcher mon poing de se serrer. Le village se devait d’être un endroit assez neutre, assez pur, pour qu’elle n’en sorte que plus forte. Pas aussi triste et faible. Et tout ça, car je me suis tût. Car j’ai tu mes désirs de rentrer…Pour le bien d’un pays dont je me fiche, n’aimant réellement qu’un village parmi tout ce vaste territoire.

Je me retournais alors, pour la prendre dans mes bras dans une étreinte réconfortante. L’étreinte d’un grand-frère à sa petite-sœur qui a mal. J’aurais préféré que ça ne soit qu’un vague chagrin d’amour, mais mon esprit me dit qu’il y a plus gros que cela.


« Je suis là, désormais. La guerre est fini Lily…Je ne pourrais pas rentrer tout le temps, mais chaque jour de repos je comptais les passer avec vous tous. Maman, Papa et toi. Je suis là… » Murmurais-je alors, ma main dans sa chevelure…gardant son visage dans ma nuque. L’invitant à pleurer et vider son corps. Lui prouvant que j’étais bien là, et que je n’allais pas partir désormais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://folio-adark.voila.net/ http://lindorm.forum2ouf.com/t1003-un-visage-ne-peut-etre-oublie#16802 http://lindorm.forum2ouf.com/t998-pacifisme-comme-guerre-se-font-de-rencontres#16773
Assassins
+ Date d'inscription : 13/09/2014
+ Messages : 749
+ Orbes + Orbes : 642
+ Âge du Personnage : 23 ans
+ Poste occupé : Maître renégat (Voie des loups, Aoun), Assassin
+ Nom du dragon : Apstim
+ Type de Dragon : Lumière
+ Le Don légué : Elle n'en a pas
avatar
Loreleï Jung
Message Jeu 1 Jan - 22:01

Elle comprenait les réaction de son frère. Au fond elle comprenait le comportement de son frère. Elle ne pouvait leur en vouloir.
Là, maintenant, tout de suite elle avait autre chose en tête. Quelques petites chose a pensée. Elle qui se sentait si vide par moment.

Lorelei avait lancé la bombe. La tête niché dans la nuque de son frère. Comme elle l’avait toujours fait quand elle n’allait pas bien. Elle n’avait pas envie de pleurer. Mais elle n’avait pas non plus envie de sourire. Juste lui dire. Lui apprendre que l’école qu’il chéri temps n’est qu’une façade et que la réalité est bien loin de se que Karathion à voulu inculquer à ses disciple.
Que risquait-elle a dire le vérité ? Rien.

Il l’avait enlacé, tournant doucement pour la prendre dans ses bras. Ella tête de la maitresse des loups retrouvait la place qui lui revenait de droit : dans la nuque de son frère.
Alors à ses paroles de réconfort elle gardait silence. Laissant à son coeur ses mots doux pour le soigner du mal invisible qui le ronge petit à petit. Pour Lorelei, son frère est son tout. Ensemble ils sont un contre mille et ça, personne n’a pu le faire à la place de Fenri’. Pourtant, là, maintenant, ce n’était pas ça qui chagrinait la belle louve. non c’était pire.

L’école n’est qu’une facade.

Et elle lâchait la bombe. Phrase énigmatique de son état elle le laissait penser à ça avant de continuer. Lorelei n’était pas du genre a dire du mal d’Aoun, encore moins de son école. Pour une fois elle serait égoïste, elle penserait à elle au lieux de penser aux autres.

- Les autres maîtres sont irrespectueux, malhonnête et surtout ils ont peur du renouveau… Je… Leur regard est lourd à supporter. Moi qu’ils appelle le ‘’genie’’ je ne trouve pas de partenaire. Personne et ils se gardes de bien de répondre à mes questions. Je tente de ne pas y faire attention. Mais quand tu n’es pas là. La solitude me rappel que je suis finalement seule face à eux trois…

Car seul les maîtres des 4 voies sont concerné. son mentor est un soutien, le grand maître ne prend pas partie et calme de calmer le jeu des 4 cotés. Pourtant, les choses sont là, présente. Caressant le peau de la louve comme un acide… Un jour elle craquera et ça elle est sur que son frère le sait.

- Je me tâte a tenter de leur casser la figure… Tu m’aiderais pas par hasard ?

Fit elle sur le ton de la rigolade.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tenebrae
+ Date d'inscription : 10/09/2014
+ Messages : 314
+ Orbes + Orbes : 733
+ Âge du Personnage : 32 ans.
+ Année : 1ère
+ Poste occupé : Capitaine - Armée Territoriale. [Transféré à Lindorm]
+ Nom du dragon : Vayri
+ Type de Dragon : Ténèbres
+ Le Don légué : Cage du Néant
avatar
Fenrisulf Heirleif
Message Sam 3 Jan - 15:52

Que ? Ces mots furent à l’image d’une explosion de Poudre Noire Wushei…L’école, une façade ? Je crois que je ne veux pas terminer mon analyse de ses mots. La gardant contre moi, je nous faisais asseoir dans le sofa de mon bureau. L’invitant à continuer, l’écoutant. Attentif à son rythme respiratoire, à ses gestes, à tous les éléments me permettant de décrypter son état mental. Mais aussi, son état physique. Et la porter de sa pensée profonde sur ce qu’elle disait. Etai-ce mûrement pensé, ou un ressentit sous le joug de la colère. Non…Je pouvais le dire au fur et à mesure, c’est du réfléchi et ressassé. Au point d’en empoissonner son esprit. Je la laisse vider ce qu’elle a sur le cœur, car je ne saurais que dire.

Je n’ai jamais put complètement m’entendre avec les disciples, élèves et maîtres des voie du taureau et du faucon. Mais j’avoue être, présentement, déçu du fait que celui de la Voie du Serpent soit aussi prompt à ce genre de comportement. Le vieux maître que j’ai connu était un homme d’analyse et de grande sagesse. Ce n’est pas son genre de comportement…Dio Fortini n’est pas ce genre d’homme. Et pourtant, je savais par analyse que ma sœur ne me mentait pas. Sa boutade, j’eu un petit sourire alors que je répliquais :


« Si tu veux, mais je ne suis pas certain d’être un grand secours contre Maître Dio. »

J’avais dit cela sous le ton de la rigolade aussi, sachant que je n’avais aucun mot de soutien à lui fournir. J’essayais de grappiller des informations, mine de rien, pour comprendre pourquoi l’homme pour qui j’ai toujours eut de l’estime agissait ainsi. Avant l’arrivé de Yu-Jin, Dio était comme un père pour moi ! Et puis, je resserrais mon étreinte…Prouvant ainsi à Loreleï que j’étais là, pour elle, et avec elle. Néanmoins, je demandais alors :

« Qu’en dise maman et papa ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://folio-adark.voila.net/ http://lindorm.forum2ouf.com/t1003-un-visage-ne-peut-etre-oublie#16802 http://lindorm.forum2ouf.com/t998-pacifisme-comme-guerre-se-font-de-rencontres#16773
Assassins
+ Date d'inscription : 13/09/2014
+ Messages : 749
+ Orbes + Orbes : 642
+ Âge du Personnage : 23 ans
+ Poste occupé : Maître renégat (Voie des loups, Aoun), Assassin
+ Nom du dragon : Apstim
+ Type de Dragon : Lumière
+ Le Don légué : Elle n'en a pas
avatar
Loreleï Jung
Message Dim 4 Jan - 1:07

Elle était là, dans ses bras. Lové contre cette chaleur si rassurante, si douce et si connu. Lorelei était bien. AU point qu’elle aurait pu y rester des heures. S’endormir pour ne se réveiller qu’une fois le cauchemar terminé, envolé. Oui elle aimerait avoir rêver, penser que tout ceci n’est qu’une illusion a la douceur d’un poison.

- Grand maître Dio prend ma défense au contraire… Mais tout se fait insidieusement et le nouveau maître de la voie du serpent : Luigi est loin d’être un sage et un saint… Comme le poison il a envenimé le coeur des autres maîtres.

Assise sur le Sofa elle quittait doucement la chaleur des bras de son frère pour aller cherche l’eau pour le thé, Fouillant un peu au passage pour trouver du thé et deux tasses, elle revint ensuite pour tout servir et tendre une tasse à Fenrisulf en souriant doucement. Peut-être qu’en parlait l’aidait finalement, qu’elle se sentait mieux et plus légère elle savait la conversation encore en cours de route, mais elle se devait d’être forte !
Cela ne l’empêchait pas de rester tout de même proche de son frère, sa peau frôlant la sienne avec douceur dans un contacte rassurant.

- Maman à tenté de parler avec les maîtres mais elle n’a obtenu que des éloges croulante. Papa m’a dit que si cela continuait il préférait que je quitte l’école pour aller a Lindorm et rejoindre son escadron d’élite. Là personne ne ferait de mal a sa ‘’petite fille adorée’’… Ils sont inquiet. On voit bien que tout se passe sous cape mais est présent et nous ne pouvons rien faire. Je ne peux qu’avoir une grande patience et beaucoup de contrôle, je ne sais pas combien de temps je tiendrais. Maman, elle, bouillonne de colère car je ne suis pas libre... Je suis un oiseau en cage.

Elle n’avait pas envie de rejoindre Lindorm, encore moins l’armée, l’un comme l’autre lui avait prit une personne cher tellement plus cher que ce qu’elle voulait laisser croire. Elle leur portait rancoeur et venin, elle ne pourrait pas leur pardonner…
Doucement elle buvait son thé, regardant en fronçant les sourcils cette cicatrice qu’elle n’aime pas. Signe qu’il a été grièvement blessé, voir même pire à l’article de la mort…

- Comment ça t’ai arrivé ? Ta cicatrice…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tenebrae
+ Date d'inscription : 10/09/2014
+ Messages : 314
+ Orbes + Orbes : 733
+ Âge du Personnage : 32 ans.
+ Année : 1ère
+ Poste occupé : Capitaine - Armée Territoriale. [Transféré à Lindorm]
+ Nom du dragon : Vayri
+ Type de Dragon : Ténèbres
+ Le Don légué : Cage du Néant
avatar
Fenrisulf Heirleif
Message Dim 25 Jan - 18:49

Luigi ?! Je commençais à comprendre…Et ce que je comprenais ne me plaisais guère. La raison qui avait poussé Maître Dio à me proposer une formation…C’était qu’il allait lui-même succéder au Grand Maître ? La Voix du Serpent ne pouvant rester sans maître, il me semble en effet logique que Luigi ait hérité du statut et de la formation. Et pourtant, ma sœur dans les bras, je ne pouvais qu’amèrement regretter cet état de fait. Car au vu de la situation, il ne fait aucuns doutes pour moi, que Luigi n’a pas abandonné sa haine à mon égard.

Je la laissais quitter mon étreinte, un peu à contre cœur. La voyant fragile, et à protéger. Elle est plus forte que moi, c’est donc idiot de ma part. Mais c’est ma petite-sœur ! Le trésor que ma famille chérie et protège. La « petite dernière » de la fratrie.
Je prenais la tasse, n’ayant dit mot. Savoir que c’était Luigi suffisait à faire tourner mon esprit dans tous les sens. Désirait-il que j’arrive à Aoun, le défi, et me vaincre ainsi devant tous pour asseoir son statut ? Sûr qu’en s’en prenant à ma Lily, je ne le laisserai pas s’en tirer sans affrontement…


« Et toi, Lily…Que désires-tu au sujet de Lindorm ou de l’école ? » Lui demandais-je, alors que je buvais une gorgée de thé.

Son discours sur les réactions de maman et de Yu-Jin ne me surprend pas. Que ce soit le clan Jung qui semble se croire en droit de dicter nos vis…ou l’école qui semble complètement à la ramasse. Les deux doivent être furieux, mais certainement pas à l’égard de notre petite princesse.
Mais je ne manquais pas le froncement de sourcil régulier que Loreleï avait. Est-ce que…Sa question confirma ma pensée. Buvant une gorgée de thé, je déposais la tasse avant de faire un petit sourire gêné à ma sœur :


« J’ai manqué de vigilance. » Dis-je alors.

Cette attaque nous avait tous pris par surprise…Assurément. Mais je savais que ma réponse ne lui conviendrait nullement. Alors, je vins à poursuivre.


« Notre campement vint à essuyer une attaque surprise, de nuit. Un groupe de Wyrm accompagnait d’un dragonnier et de son dragon était du lot. Je me suis retrouvé face au dragonnier, le temps que mon équipe puisse faire sa retraite. Il m’a saisit au visage, là où se trouvait ma protection d’armure…Et son pouvoir l’a chauffait à blanc, contre ma peau. »

Mon regard était d’un sérieux mortel alors que je racontais l’évènement ayant défiguré cette partie de mon visage. En tout cas, j’enchaînais.

« Je suis le seul survivant de cette attaque…le dragon a tué les autres. Me pensant à l’agonie à cause de mes blessures, le dragonnier m’a laissé là. Mais je n’étais pas mort, et j’ai put envoyer l’information de leur déplacement, permettant à une opération des forces d’élites de vaincre ce groupe d’attaque Wyrm. Pour cela, je fus fait Lieutenant… »

Reprenant ma tasse, j’en buvais une gorgée. Le regard lointain, l’espace d’un instant, je repris « pied à terre » en ajoutant, non sans un rire se voulant léger…mais porteur d’une redoutable vérité :

« Disons que c’est le résultat de cette guerre, et la différence entre dragonnier et soldat ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://folio-adark.voila.net/ http://lindorm.forum2ouf.com/t1003-un-visage-ne-peut-etre-oublie#16802 http://lindorm.forum2ouf.com/t998-pacifisme-comme-guerre-se-font-de-rencontres#16773
Assassins
+ Date d'inscription : 13/09/2014
+ Messages : 749
+ Orbes + Orbes : 642
+ Âge du Personnage : 23 ans
+ Poste occupé : Maître renégat (Voie des loups, Aoun), Assassin
+ Nom du dragon : Apstim
+ Type de Dragon : Lumière
+ Le Don légué : Elle n'en a pas
avatar
Loreleï Jung
Message Mar 27 Jan - 19:34

Dio… Il avait été pour la petite Lorelei, comme pour son frère, comme un grand père de coeur. Le père d’une mère. Le grand père d’un petit blond, par extension, celui d’une petite brune. Tout deux au combien talentueux avec leur yeux Améthyste, tous deux au combien génie alors qu’ils étaient séparé. Chacun vivant dans l’ombre et la lumière de l’autre. Un équilibre parfait.
Douce, tendre. Elle avait expliqué la situation. Tendre, doux, il avait finalement posé la question qui fâche.

Que voulait elle faire pour le moment ? Que voulait elle devenir. Son futur. Elle n’était plus sur de rien, elle ne voulait qu’une chose… respirer et vivre.
Elle avait toujours pensé qu’elle resterait à l’école d’Aoun, qu’elle deviendrait maître d’une des 4 voie, le loup ou le faucon, celles qu’elles maîtrisent le mieux. Puis qui sait ? Elle se serait marié, elle aurait eu des enfants ? Des animaux ? Elle serait peut être devenu maître des 4 voies à la suite de Dio.
Un jour. Voilà comme elle voyait sa vie.

Aujourd’hui, elle n’était plus sur de rien. Rien du tout. Alors elle ne répondrait pas à sa question, pas tout de suite. Elle caresserait ses pensées du revers de la main pour lui poser une autre question. Atroce…
Elle n’aimait finalement pas la réponse. Elle n’aurait jamais voulu l’entendre. Si seulement… Si seulement elle avait été dragonnier. Si elle n’avait pas échoué, alors elle aurait pu le protéger. Elle… Elle aurait été inutile.
Comme en ce moment. Comme pendant la guerre. Lily se sentait inutile.

Automatisme ? Alors qu’il ma racontait tout, toute l’horreur, toute sa souffrance, ma main venait caressait sa joue, remontant vers sa tempe puis doucement vers son front pour retracer avec douceur cette cicatrice.
Non. Je ne l’aime pas. Sans Lily, il serait encore à Aoun, sans elle et ses défaites, il serait encore indemne, sans cette cicatrice qu’elle déteste, qu’elle j’exècre tant. Preuve même desmes défaite.
Doucement, sur ses joues, au gré de ses mots, on pouvait voir des larmes salé tracé un sillon sur sa peau mate. Celle de sa mère. Bien qu’un brin plus claire.

Alors, elle se relevait doucement, la maîtresse louve. Elle se relevait pour poser ses lèvres sur son front meurtri, pour effacer toute ses souffrances. Les siennes, muette, et ce remord incommensurable qu’elle ressentait.

- Je suis désolée Fenry, tellement désolé…

Désolé… Oui, elle s’en voulait profondément.
Caressant doucement sa nuque, elle posait sa tête sur l’épaule du capitaine, le visage dans son cou.

- Je ne sais pas quoi faire du futur. Je ne sais pas quoi faire plus tard… Lindorm, j’ai peur d’échouer. L’école. J’ai peur de ne pas résister à l’insidieux venin de Luigi… Au comportement de Calvin. Au regard du maitre Faucon et à celui de mon ancien maître. J’ai l’impression de faire honte à Dio… Alors pour le moment… Laisse moi être une petite soeur. Je voudrais juste que tout s’arrête un temps pour pouvoir retomber sur mes pieds… Et me relever doucement. Après, je réfléchirais à tout.

Car au fond, elle le savait, elle était trop jeune, elle était véritablement trop faible…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tenebrae
+ Date d'inscription : 10/09/2014
+ Messages : 314
+ Orbes + Orbes : 733
+ Âge du Personnage : 32 ans.
+ Année : 1ère
+ Poste occupé : Capitaine - Armée Territoriale. [Transféré à Lindorm]
+ Nom du dragon : Vayri
+ Type de Dragon : Ténèbres
+ Le Don légué : Cage du Néant
avatar
Fenrisulf Heirleif
Message Sam 31 Jan - 16:11

L’objectif de Karathion était qu’un humain, de son corps, devienne assez fort pour vaincre et terrasser, seul, un Dragon. J’ai put prouver qu’à plusieurs, avec un travail de groupe millimétré, c’est faisable…et s’il n’y a pas de dragonnier pour défendre sa créature. Mais il est vrai que je suis encore loin du niveau que tout suivant de Karathion recherche.
Aussi, lorsque ma sœur se leva pour m’embraser le front, des larmes au bord des yeux…et une excuse en mot, je ne pus m’empêcher de comprendre qu’elle culpabilisait. Pour cela, je l’attrapais dans mes bras, lui donnant une étreinte fraternelle, réconfortante. Caressant sa tête, et murmurant au creux de son oreille :


« Tu n’y est pour rien. Par Karathion…j’ai put tester mon art et ma maîtrise contre de puissants adversaires et dragons. Les marques que j’en ai récoltées, sont la preuve de ma survie. Sont la preuve de la voie guerrière que je suis. Alors, ne t’en veut pas. Je n’ai pas honte de mes blessures…de mes cicatrices. Elles sont ce qui me rend plus fort. »

Ne t’excuse pas, petite Lily. Tu n’as pas à t’excuser, car tout cela, c’était mon choix. Avec mes actions, si j’avais voulu, après ces blessures…ils auraient accepté ma démission et je serais rentré chez moi, à Aoun. Mais je ne pouvais faire cela, car j’ai le sens du devoir. Mais pas seulement. Au fond, je sais aussi que la fièvre d’un affrontement digne de ce nom m’anime. Je suis un combattant, pas un simple soldat. Je suis un guerrier, et comme tout guerrier, je cherche à atteindre l’absolu. Savoir mes limites, me dépasser, et vaincre. Quitte à chuter pour mieux me relever.

Alors, caressant son dos qu’elle vide son sac j’attendis. Et ses mots sur ses peurs quittèrent sa gorge. J’espérais au moins que mes propres mots feraient disparaître la crainte d’être coupable de mon état. Car elle n’y est réellement pour rien. Et ses craintes étaient ce que je craignais : la pression. Loreleï réagit mal à la pression…ses échecs à l’épreuve, j’en suis certain, c’est car elle se laissait prendre à la pression. Son point faible est là : son manque de confiance en elle, de part son âge. Ou est-ce car j’ai toujours été là, la protégeant de tout, et suis partit brusquement ? Parfois, je me dis que je ne suis pas étranger à cette faiblesse qui l’habite.

Caressant son dos, et passant mon autre main dans ses cheveux, je la gardais contre moi. Tendrement, affectueusement, je la rassurais. Contre ma nuque, elle pouvait pleurer. Je serais toujours là pour elle, pour ses larmes, ses peurs et ses craintes. Et même pour l’écouter parler de ses amours si elle le voulait. Elle est ma petite sœur, un petit trésor que je dois veiller et protéger.


« Chut…pleure ma Lily. Libére tes peurs et craintes, je suis là maintenant. Si tu as besoin de parler, de t’entraîner, de te défouler, de t’amuser…Viens me voir. Je trouverai toujours un moment pour t’aider. Lindorm peut attendre, ils acceptent à tout âge après tout, non ? Et puis, tout vient à point à qui sait attendre…si tu penses aller trop vite, ralentit. Et si Luigi te fais des misères, dit-le moi, je viendrais en découdre avec lui personnellement ! »

Je nous revoyais, des années dans le passé, lorsqu’on la faisait pleurer ou qu’on la taquiner car elle restait souvent avec moi, et ceux de ma génération. Avec les « plus vieux »…rarement avec sa génération. Je la prenais dans mes bras, comme là. La réconfortant. Comme un soutien, un pilier solide là pour elle. Un point de repère qui n’a pas disparu…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://folio-adark.voila.net/ http://lindorm.forum2ouf.com/t1003-un-visage-ne-peut-etre-oublie#16802 http://lindorm.forum2ouf.com/t998-pacifisme-comme-guerre-se-font-de-rencontres#16773
Assassins
+ Date d'inscription : 13/09/2014
+ Messages : 749
+ Orbes + Orbes : 642
+ Âge du Personnage : 23 ans
+ Poste occupé : Maître renégat (Voie des loups, Aoun), Assassin
+ Nom du dragon : Apstim
+ Type de Dragon : Lumière
+ Le Don légué : Elle n'en a pas
avatar
Loreleï Jung
Message Dim 22 Fév - 19:23

Un esprit saint, dans un corps saint était quelque chose que l’on avait apprit très tôt a la petite Lorelei. Un esprit combattif dans un corps de combattant avait été une seconde doctrine. Malgré ses formes généreuse, son corps n’en restait pas moins sec et musclé. Celui d’une guerrière encore peu vaincu.
Alors elle comprenait, elle comprenait son choix et son message silencieux. Cette adrénaline, cette drague qui pousse un combattant à toujours aller plus loin, toujours chercher un adversaire à sa taille. Car ils sont ainsi les combattant d’Aoun : Dangereux et avide de proie, d’adversaire pour connaitre leur limite. Pour se surpasser…

Alors, la tête dans son cou, les bras enserrant sa taille avec force, elle pleurait, elle vidait son sac pour apaiser sa souffrance infime. Elle pleurait avec lui car elle ne pouvait le faire avec personne d’autre. Il était Fenrisulf, son grand frère adoré. Il était ce pilier solide sur lequel elle se reposait imperceptiblement.
Il était son point de repère dans ce monde et sa joie de vivre quand elle voyait son sourire. Ce n’était pas un Brother Complexe, ce n’était pas non plus un amour malsain, non c’était bien plus profond. Comme un lien insaisissable, présent depuis des années. Un écho.

Et elle riait à ses paroles. Elle riait quand il reprenait son rôle de grand frère protecteur. Elle riait doucement, de ce rire de cristal que personne ne souhaite brisé. Elle riait dans sa simplicité affligeante. Séchant ses larmes avec douceur avant de se redresser doucement. Là, elle posait doucement son front contre le sien.

- Luigi ne m'a jamais battu encore. Nous… Nous sommes des combattants, des guerriers, ensemble, nous sommes des génies rarement vu et un tout. Je comprend Fenri’, je comprend pourquoi tu n’es pas revenu à la maison. Et j’espère de tout coeur que Karathion te protège avec ses écailles d’ébène.

Elle comprenait, la culpabilité s’en allait doucement. Comme ce pose présent sur ses épaules. Tout pouvait attendre, tout pouvait être ainsi plus simple. Lorelei n’avait pas besoin de plus, c’était une fille forte, une femme puissante, un génie comme on en voit un tous les millénaires. Elle était jeune, elle ne supportait pas la pression. 
Mais il était là et avec lui tout serait plus facile.

Alors d’un coup fatigué, sa tête retrouver l’épaules du capitaine, son étreinte se fit plus douce, plus tendre et elle sourit doucement. Ils avaient le temps. Elle le savait. Ils avaient le temps.
Tout viendrait en temps et en heure, pour le moment, Lorelei avait simplement besoin de sa chaleur.

- Graci Fenri’. Ti Amo grande fratello.

Dit elle contre son oreille, comme un secret qu’elle n’oserait partager, car pour elle il était son opposé, sa moitié, la lumière de son ombre et l’ombre de sa lumière, son frère, l’un des rare a qui elle parlait dans sa langue maternel. Car elle était sur qu’il l’a comprendrait, elle qui ne disait jamais ses mots à quelqu'un. Ses yeux clos, la fatigue ne tarderait pas a l’emporter, mais elle resterait éveiller autant de temps que possible pour entendre ses mots et ses demandes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tenebrae
+ Date d'inscription : 10/09/2014
+ Messages : 314
+ Orbes + Orbes : 733
+ Âge du Personnage : 32 ans.
+ Année : 1ère
+ Poste occupé : Capitaine - Armée Territoriale. [Transféré à Lindorm]
+ Nom du dragon : Vayri
+ Type de Dragon : Ténèbres
+ Le Don légué : Cage du Néant
avatar
Fenrisulf Heirleif
Message Sam 21 Mar - 0:05

Au fond, je suis heureux que Luigi ne l’ai jamais vaincu. Car si cela avait été le cas, alors, je n’aurais pas le niveau pour le vaincre. Car si j’ai un avantage indéniable sur ma sœur en combat, et qu’elle possède le même sur moi…La vérité est que j’aime cette place de protecteur. C’est un peu ma raison d’être à son égard, son attention. La raison de ma présence dans les armées. Mon choix, ma bataille.

Ses mots, ils me tirèrent un sourire. Et un soulagement aussi. Oui. Nous sommes des guerriers. Notre corps, le fait qu’il en porte la marque est un honneur. Il est la preuve de nos expériences. J’ai parfois échoué. Je ne suis pas un combattant sans faille, qui n’a jamais connu l’âpre goût de la défaite. Je ne suis pas de ceux dont le génie fait qu’ils ne connaissent pas la douleur, de l’échec. J’ai perdu, de nombreuses fois, lors de cette guerre.

Ma chair a été tailladée, brûlée, malmenée. Et pourtant, je me suis relevé. Par honneur. Par fierté. Par hargne. Par envie de me prouver, de prouver à tous, que les arts de Aoun…la croyance en Karathion et son mode de vie, cela apporte la force. La véritable, celle qui permet de combattre les dragons en tant qu’homme.

Lorsqu’elle laissa aller sa tête contre moi, je sus que son sentiment de culpabilité quitté son être. Je la connais, elle est le trésor de la famille. Mon unique sœur. Ma cadette, plus fragile que son talent ne le laisse à penser. Aussi, lorsqu’elle lâcha ces quelques mots, j’eu un doux sourire et je répondis, resserrant mon étreinte :


« Ti amo, mia preziosa sorellina. »

Car elle est ma cadette. Ma précieuse petite sœur. Et nous restions donc là, à profiter de la présence rassurante de l’autre. Parlant parfois…Ceci, jusqu’à ce qu’elle ne parte. Ne rentre chez nous. Moi, lui promettant de passer les voir. Une journée qui ne put que nous permettre de nous retrouver. Rien n’a changer, nos sentiments et liens sont toujours là. Immuable : comme le temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://folio-adark.voila.net/ http://lindorm.forum2ouf.com/t1003-un-visage-ne-peut-etre-oublie#16802 http://lindorm.forum2ouf.com/t998-pacifisme-comme-guerre-se-font-de-rencontres#16773
Contenu sponsorisé
Message

Revenir en haut Aller en bas

Les mêmes après tant d'année ? [Pv : Fenrisulf]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lindorm :: La Taverne du Flood :: Le Grenier de Lindorm :: Les Archives RP :: Rp V2 saison 1-