AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez|

Une musique sur les Monts Cendrés.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatarInvité
Message Dim 18 Jan - 22:53

    Le crépuscule était en-train de tomber sur les Monts Cendrés, comme sur les autres terres aux alentours de cette partie du monde, bien-sûr, mais cette cet endroit qui nous intéressera pour débuter notre histoire. Alors que le soleil était en-train de disparaître au-delà de la ligne d'horizon, il colorait les terres noires de suie d'un orange flamboyant comme si les volcans qui le formaient venaient tous d'entrer en éruption. Installés sur un promontoire rocheux d'où ils pouvaient observer le magnifique spectacle du couché de soleil, trois silhouettes se tenaient immobiles. La plus grande d'entre-elle se tenait au milieu des deux autres, luisant sous les rayons du soleil couchant d'un rouge sanguin tel un rubis géant. La grande créature se tenait assise, les ailes repliées dans son dos et le cou dressé. A sa gauche se tenait une silhouette plus petite et plus frêle. Un humain qui restait assis, les jambes pendants dans le vite du bord du promontoire. Et à sa droite, un petit animal roux, dont seul le queue faisait de temps en temps un mouvement. L'étrange trio ne bougeait pas, il ne parlait pas, il ne faisait qu'admirer le magnifique couché de soleil. Et lorsque finalement, ce fut terminé et que le monde se plongea dans l'obscurité, éclairé juste par la sphère d'argent, alors ils se relevèrent et s'approchèrent du centre du promontoire, où un feu de camp les attendait.

    Rexia, la dragonne rouge, s'allongea près du feu, et Darian, le jeune humain, s’installa confortablement contre son ventre, le dos calé, face aux flammes afin de se réchauffer. La petite renarde, Imissaire, préféra s'installer de l'autre côté, leur faisant face. Rexia avait volée toute la journée pour les éloigner encore d'avantage de l'endroit qu'ils fuyaient, et elle avait choisie de se poser sur ces terres semblants uniquement composées de pierres noires. Imissaire n'aimait pas cette endroit. Durant un moment, elle avait tenté de creuser la roche pour voir si elle était assez friable pour qu'elle se fasse un terrier temporaire pour la nuit, puis elle avait finalement abandonnée l'idée, comprenant que c'était impossible. Elle disait que c'était inhospitalier, froid et qu'il n'y avait rien à chasser. Pour Darian... mh, en fait il était assez d'accord avec elle, mais il se fichait un peu de l'endroit où ils dormaient puisque demain, ils repartiraient pour trouver... et bien, en fait, il ne savait pas encore quoi, mais il supposait qu'il le saurait lorsqu'il l'aurait trouvé. Rexia, en revanche, aimait beaucoup ces montagnes. Elle disait qu'il en sortait une agréable chaleur, elle disait qu'elle se sentait comme chez elle, ici. Les trois amis ignoraient encore qu'ils étaient arrivés sur les terres d'origines des dragons de feu, ce que la dragonne était.

    Darian laissa le calme de la nuit et la chaleur du feu l'envahir. Lorsqu'il se sentit vraiment à-l'aise, il sortit de sa tunique une pierre aiguisée et un long morceau de bois. Il avait ramassé et taillée cette pierre trois jours plus tôt. Ça faisait une arme bien pitoyable, mais si il devait se défendre, c'était mieux que rien. En revanche, elle était le parfait outil pour ce qu'il avait commencé à faire la veille. A l'aide du bout pointu, il continua à creuser des petits trous dans le bout de bois. Rexia plaça sa tête au-dessus de lui et lui demanda :


    *" Qu'est-ce que tu fais ? "*, mais il ne daigna pas lui répondre : ça faisait dix fois qu'elle lui posait la question, et il lui répondait toujours "tu verras". Il vit, du coin de l’œil, qu'elle lui tirait la langue, avant de lever le museau pour admirer les étoiles. Darian eut un sourire amusé : elle ne lui ferait pas la tête bien longtemps, c'était presque finit, de toute-façon.

    Après quelques derniers coups de sa pierre, il souffla dessus pour enlever les copeaux de bois et leva son travail devant ses yeux pour l'admirer. Le maître auquel il avait appartenu aimait la musique, et chacun de ses serviteur se devait de savoir jouer d'un instrument pour quand il le réclamait. Il porta le bout à sa bouche et souffla... la flûte qu'il venait de tailler était grossière, mais elle avait un bon son. Jusqu'à présent, il avait toujours joué des airs strict, presque militaires... aujourd'hui, il se laissa aller à inventer sa propre mélodie, laissant les notes couler selon ses envies. Rexia et Imissaire l'observèrent tendis qu'il jouait. La renarde se redressa même et se mit à bouger le museau et sa queue en rythme. Darian joua une minute, puis s'arrêta pour observer ses camarades.


    *" C'est joli "*, lui souffla la dragonne. La renarde dressa les oreilles et elle ajouta : *" Imissaire le confirme et elle te demande de continuer. "*.

    Darian sourit : il serait toujours surpris à l'idée que la dragonne et la renarde pouvaient communiquer. Il était assez contant de son travail : de tous les travaux qu'il avait eu à faire, jouer de la flûte était le plus agréable. Et maintenant, il le ferait pour son plaisir, pas pour celui des autres, à moins qu'il en ait envie. Et là, il en avait envie, alors il recommença à jouer, fermant les yeux pour mieux apprécier le son et bougeant la tête au rythme, tendis que Rexia écoutait, immobile, et qu'Imissaire recommençait à danser.
Revenir en haut Aller en bas
Professeur
+ Date d'inscription : 28/11/2014
+ Messages : 261
+ Orbes + Orbes : 419
+ Âge du Personnage : 40 ans.
+ Poste occupé : Professeur d'Herboristerie Avancée ▬ PP Tenebrae (Intérim)
+ Nom du dragon : Katastroféa a.k.a Féa
+ Type de Dragon : Ténèbres
+ Le Don légué : Dévoreur de Vie
+ Inventaire : /
avatar
Killian V. MacElurst
Message Dim 25 Jan - 18:11

« Féa, tu vas encore bouder longtemps ? » Demandais-je, alors que j’arpentais les roches abruptes des Monts Cendrés.

Derrière moi, ma dragonne chérie me suivait. Elle marmonnait que j’étais idiote de venir moi-même. Que je n’aurais eut qu’à dépêcher quelqu’un pour cette cueillette, et rester à l’abri tout contre elle : à l’académie. Décidément, il est des choses qui ne changeront jamais.
Avec un petit sourire, je repris donc mon ascension. Le soleil déclinant…Et la nuit se mettant petit à petit à tomber. Bien que le décor soit propice à l’effusion soudaine de magma…


« Pourquoi, ma chérie, veux-tu venir ici déjà ? » Me demanda alors mon alliée, ma douce et tendre. Me stoppant, je la regardais et attendais qu’elle soit à ma hauteur pour lui répondre.

« Il est une plante, très rare et efficace sur les brûlures, qui ne poussent qu’entre ces pierres de lave. Cette terre, au combien inhospitalière, n’est pas vide de vie et d’intérêt. Je viens pour ça, afin de la faire découvrir à mes étudiants. Et cela pourra servir à la confection d’une crème pour l’infirmerie. Avec les Ignis, on ne sait jamais…
- Tu penses toujours à eux, avant moi.
- Tu sais bien que non… »
Dis-je, en déposant un doux baiser sur le haut de son front vide et dégarni.

La nuit était là, désormais. Je portais une tenue adaptée à l’excursion présente…et avait rattaché mes cheveux en un chignon. Chignon maintenu par de nombreuses pinces et baguettes, de part la longueur invraisemblable de ma chevelure.
C’est alors que je trouvais la plante tant recherchée. Me penchant, je sortais ma petite serpe afin de la couper correctement, sans abimer ses racines, pour lui permettre une repousse future. Je remarquais un plan fané, avec des graines, un peu plus loin. En prenant une, je mis les deux autres dans des fentes de la pierre. Priant qu’elles germent dans ce décor qu’est le leur.


« Nous rentrerons demain, tu es contente ?
- Entends-tu, mon amour ? Il y a une mélodie de jouer… »


Haussant un sourcil, je tendais alors l’oreille : confirmant les dires de ma précieuse alliée. L’observant, j’eu un délicat sourire en ajoutant :

« Allons voir. Il nous faudra camper de toute façon, avant de tenter de rentrer.
- Mais…
- On a déjà parlé de ta jalousie ma chérie. Ne t’en fais pas, je suis toute à toi. »
Lui murmurais-je, caressant son aile droite, sur le contour de ses yeux.

Alors, nous prime la direction de la mélodie. Elle était joyeuse, avec parfois de petites fautes d’accords…ou est-ce l’instrument ? En tout cas, la nuit étant là. Féa me porta dans ses bras…et nous arrivâmes devant une étrange scène. Un enfant jouant d’une flute grossière, un renard, et un dragon. Réunit par cette mélodie. Regardant Féa, elle me gardait dans ses bras tout en se drapant des ténèbres de la nuit. Et quand la musique fut terminée, je me contentais d’applaudir légèrement.

« C’est une très belle mélodie, jeune homme. »

M’approchant, je savais Katastroféa plongée dans les ombres de la nuit. M’inclinant légèrement, je ne voulais pas les brusquer.

« Mon nom est Killian. Je suis venu en ces lieux à la recherche de plantes, mais la nuit m’ayant rattrapée, je cherchais endroit où monter un camp. Puis-je me joindre à vous, ou plutôt, pouvons-nous toutes deux nous joindre à vous ? »

Faisant un geste, j’invitais Féa à se dévoiler. Cette-dernière quittant les ombres, dans sa robe blanche que le feu rendait rougeoyant. Ses bras m’enserrant, alors que je gardais mon léger sourire. Curieuse d’où pouvait être le responsable de l’enfant…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://folio-adark.voila.net/ http://lindorm.forum2ouf.com/t1412-les-liens-qui-donnent-naissance-a-ta-jalousie http://lindorm.forum2ouf.com/t1420-la-vie-d-une-herboriste
avatarInvité
Message Dim 25 Jan - 22:26

    Darian n'eut finalement plus d'idée et cessa de jouer. Une chose était sûre : son instrument été grossièrement taillé et les trous parfois mal-formés faisait des notes un peu fausses, sa technique laissait entrevoir sa jeunesse, mais il aimait jouer et il ne se débrouillait pas trop mal... ça allait devenir une activité quotidienne, pour lui, il allait laisser aller son esprit et créer ses propres musiques. Il n'avait même pas besoin de savoir écrire, il gardait tout dans sa tête. Imissaire semblait fatiguée d'avoir dansée... elle s'allongea de son côté du feu de camp et ferma les yeux, visiblement prête à s'endormir. Allongé sur le flan de la dragon, le jeune-garçon bailla et se dit qu'il n'allait sans-doute pas tarder à faire de-même, et Rexia suivrait après qu'avoir observé les étoiles en repensant à la musique l'ait lassée... mais un bruit retentit dans la nuit, un bruit d'applaudissement léger, mais sonore dans ce paysage vide, suivit d'une voie. La voie n'avait rien de menaçante... elle était au contraire douce et amicale, montrait la neutralité. Mais Darian et la renarde eurent malgré-tout une réaction très exagérée...

    Le garçon sursauta si fort qu'il glissa sur le dos. Il se redressa en position accroupi... dans sa main droite se trouvait à-nouveau sa pierre taillée. Qu'espérait-il faire avec ? Sans-doute plus qu'avec ses seuls poings. Imissaire sursauta également, se dressant brusquement, et elle fit le tour du feu en courant pour aller se cacher derrière Rexia. Ses oreilles dépassait de derrières les écailles de sa queue. Rexia, elle, eut une réaction plus calme : un dressement d'écailles montra qu'elle fut surprise aussi, et elle redressa le museau en grondant, pas par menace, mais par avertissement : elle était prête à se battre pour ses amis si il le fallait. Autrement, elle ne bougea pas de là où elle était. Darian finit par repérer la femme qui avait parlé. Elle se trouvait à la lisière du feu de camp. Ses cheveux verts réunis en chignon derrière-elle tranchaient étrangement dans les ténèbres de la nuit.

    Le visage de la femme était comme sa voie : neutre, délicat, amical... elle ne ressemblait en rien à une chasseuse de prime envoyée par sa ville pour le débusquer et le ramener de force. Elle se présenta sous le nom de Killian et lui expliqua qu'elle était ici pour trouver des plantes. L'émotion empêcha Darian de penser à ce qu'elle venait de lui dire, autrement il aurait été surpris : des plantes ? Ici ? Elle lui demanda à passer la nuit ici avec eux, elle, et son amie.

    Son amie qui sortit de l'ombre... Darian ouvrit la bouche comme si il s'apprêtait à dire quelque-chose, mais rien ne sortit... il n'avait jamais vu une créature aussi étrange, ni aussi effrayante. Blanche laiteuse, rougeoyante à-cause du feu, elle se tenait droite sur ses pattes arrières et entoura la femme de ses bras tel un amant protégeant l'amour de sa vie. Son visage n'était que dents saillantes et blanches comme des dagues de glace. Le plus angoissant, c'était ses ailes où luisaient ses yeux, deux gros pour chacune d'elle. Si la créature effraya le jeune garçon, elle éveilla grandement l'intérêt de Rexia, qui n'en connaissait pas assez sur le monde pour savoir ce qui était habituel et ne l'était pas : elle dressa le cou et observa la créature, humant l'air dans sa direction. Le seul geste de méfiance qu'elle eut, ce fut d'entourer le jeune humain d'une queue protectrice, dévoilant au passage le renarde qui se cachait derrière. Celle-ci poussa un couinement en voyant la créature et repartit se cacher.

    Darian observa longuement la femme aux cheveux verts et son étrange gardienne... avant de reposer sa pierre. Elles ne semblaient pas être là pour leur faire de mal ou les capturer, et il ne se sentait pas refuser l'hospitalité à une telle bête. Qui plus est, il se reposait sur Rexia en-cas de danger. Je réussis donc finalement à balbutier :


    -Je... d'accord...

    C'est légèrement crispé, effrayé autant par la présence de la femme que par sa gardienne, qu'il tenta de se détendre et de rallonger contre Rexia, croisant ses jambes aux pieds couverts de bandage qui remplacé ses chaussures, ce qui montrait sa pauvreté. Lorsqu'il posa son dos sur son ventre, il eut une grimace de douleur : les coups de fouet qu'il avait reçu la semaine passé, avant d'être libre, n'avait pas cicatrisés, et ses mouvements brusques avaient réveillées les brûlures.

    Il baissa légèrement la tête et regarda sur le côté. Reprenant son attitude habituel, il n'osait plus regarder la femme en-face, comme on lui avait toujours enseigné à le faire.


    -Je m'appelle Darian, se présenta-t-il à son tour...

    *" Et moi, c'est Rexia. "*, enchaîna immédiatement la jeune dragonne par télépathie, bien moins timidement et plus directement que son ami. *" Et cette petite boule de poile trouillarde qui se cache derrière-moi, c'est Imissaire. Pardonnez mes amis, ils n'ont pas l'habitude des étranger. "*. Elle non-plus, d'ailleurs, mais Rexia contrôlait bien mieux ses émotions et n'avait pas autant de craintes que les deux premiers.

    Elle leva à-nouveau son museau vers l'étrange créature. Elle n'arrivait pas à déterminer si le mieux était de lui regarder les dents ou les yeux. Mais elle sentait une chose qui l'intéressait grandement, autant par l'odeur que par l'instinct :
    *" Tu es une dragonne, toi-aussi ? "*, sachant que si c'était le cas, elle serait la première autre qu'elle-même qu'elle rencontrerait.
Revenir en haut Aller en bas
Professeur
+ Date d'inscription : 28/11/2014
+ Messages : 261
+ Orbes + Orbes : 419
+ Âge du Personnage : 40 ans.
+ Poste occupé : Professeur d'Herboristerie Avancée ▬ PP Tenebrae (Intérim)
+ Nom du dragon : Katastroféa a.k.a Féa
+ Type de Dragon : Ténèbres
+ Le Don légué : Dévoreur de Vie
+ Inventaire : /
avatar
Killian V. MacElurst
Message Dim 25 Jan - 23:08

Suis-je une idiote ?! Alors que je m’étais imposée, j’avais complètement oublié que l’apparence de Féa pouvait faire peur. Mais à son recul, et à la fuite de la boule de poils qu’est le renard…Je sus que j’avais encore oublié une chose d’ordre primordiale. On m’a souvent dit, à Lindorm, de faire attention à Féa. Qu’elle faisait peur aux nouveaux étudiants…C’est pour cela que plus qu’aux refuges, c’est dans mes logements qu’elle reste la majorité du temps. Et là, je l’avais invité d’un simple geste à se dévoiler : devant un enfant non prévenu ! Je m’apprêtais à transmettre, par la pensée, une demande de se camoufler à nouveau…Quant la voix de l’enfant retentit.
Tournant mon visage vers lui, je lui fis un petit sourire reconnaissant. M’inclinant doucement, j’ajoutais :


« Merci bien, jeune homme. »

Le fait que les yeux de Féa ne se plissent, me faisait penser qu’elle devait retenir un de ses soupirs contrariés. Ne peut-elle pas accepter que je côtoie d’autres êtres vivants qu’elle et Cordelia, ma parole ?! Enfin, c’est ce qui fait son charme à cette damoiselle.
M’avançant, je vins pour m’asseoir sur un rocher face au feu, et dans la continuité de l’enfant. Remarquant l’absence de biens, de tentes, ou de tout effet d’un voyageur. Détaillant ses bandages aux pieds…

Et alors qu’il détournait la tête de ma direction, Féa venant s’installer contre moi pour me garder dans son giron, je me demandais d’où il pouvait venir. Et ce qu’il avait put vivre avant d’arriver ici. Car j’en suis certaine, il est seul avec ces deux créatures en soutien. En tout cas, posant mon sac en boudlière à côté de moi, sa voix retentit à nouveau et me fit le regarder.

Lentement, une voix s’éleva dans mon esprit, et Katastroféa grogna. Posant ma main sur son bras, je l’intimais au calme. Alors qu’elle répondait, de vive voix, avec ce son profond et guttural qui la caractérise :


« Garde ton esprit loin de celui de MON alliée !
- Katastroféa ! Ce n’est pas une façon de faire.
- Elle a osé pénétrer ton esprit ! Cette…Cette enfant ! Il est à moi, et moi seule ! Même Lysander n’a jamais eut accès à ça ! Tu es à moi ! MA Killian !
- Cette jeune dragonne n’a pas lu mon esprit, juste transmis ses mots.
- C’est du pareil au même !
- Non, c’est différent, et tu le sais ! Alors, maîtrise-toi, ou je t’ordonne de rentrer à l’académie sans moi. Et non, je ne cèderais pas cette fois-ci ! C’est un comportement impoli, face à un enfant et ses amies. »


Je la sentais en colère, et comme bafouée. Mais sa gueule resta fermée, et ses yeux se contentèrent de fusiller du regard l’autre dragonne. Petit à petit, les ombres la dévorèrent et seuls ses yeux étaient visibles, tapies dans les ombres. Se faisant, volontairement, une entité de peur. Je lâchais un soupir et secouait la tête de droite à gauche, reportant mon attention sur ce groupe étrange.

« Je vous prie de pardonner le comportement excessif de mon alliée. Pour répondre à votre demande, Rexia…Katastroféa est une dragonne, oui. Elle appartient à l’essence des ténèbres…Ce qui explique son pouvoir sur les ombres, et son apparence plutôt intimidante. Mais c’est une brave fille, juste, un peu trop protectrice et possessive à mon égard. S’il vous plait, ne lui en tenez guère rigueur : elle ne vous fera rien de mal. A aucun de vous trois. »

Assis sur le rocher, j’observais ce trio des plus hétéroclites. Mais remarquant les mouvements comme douloureux de ce jeune Darian, je vins à fouiller dans mon sac. Trouvant ce que je cherchais, je demandais alors en montrant le baume dans ma main :

« C’est un mélange de plantes qui aident à atténuer les douleurs, et la cicatrisation. Tu as l’air d’avoir les pieds abimés par le voyage…Puis-je t’aider ? En remerciement pour ce feu et ce campement d’un soir. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://folio-adark.voila.net/ http://lindorm.forum2ouf.com/t1412-les-liens-qui-donnent-naissance-a-ta-jalousie http://lindorm.forum2ouf.com/t1420-la-vie-d-une-herboriste
avatarInvité
Message Lun 26 Jan - 21:40

    La réaction violente et bafouée, comme si Rexia venait de l'insulter, fut une grande surprise pour les trois membres du trio... Darian lui-même ne comprit pas, alors qu'il savait que Rexia pouvait parfois se montrer langue-de-vipère : elle n'avait rien dit de particulier, pourtant, cette fois-ci. Cela-dit, si le garçon était à deux-doigts de se jeter à-terre comme si il craignait un coup de griffe intempestif, sa camarade, elle, ne se laissa en rien impressionner : elle se dressa tel un serpent prêt à mordre et lui montra les dents. Non-mais pour qui se prenait-elle, celle-là ? Venait-elle de la traiter d'enfant ? Il était vrai que Rexia n'avait qu'un an, mais elle savait cracher quelques flammèches... c'était elle qui avait allumé le feu. De ce fait, elle ne se considérait plus comme une enfant ! Et ce ton menaçant ne lui plaisait pas du-tout ! Au moindre geste trop brusque de la part de l'étrange créature blanche, elle se tenait prête à se jeter sur elle, ou à se défendre si c'était elle qui se jetait sur elle. Mais la femme réussie à calmer sa camarade... et Rexia laissa retomber la pression : elle n'était pas assez vexée pour déclencher une bagarre, mais maintenant, elle allait garder cette "cousine" à l’œil. Elle espérait, et Darian serait d'accord avec elle, qu'elle n'était pas représentative des dragons de cette région...

    Surtout que Rexia n'avait rien à se reprocher, elle n'avait en rien frôlé l'esprit de Killian, elle avait juste fait entendre ses pensées, et toutes les créatures alentours l'avaient entendu comme si elle avait parlée à voix haute.
    *" Navrée... "* siffla-t-elle, bien que sa voix et son altitude montraient bien qu'elle était courroucée, plus sarcastique que vraiment désolée, *" Je ne sais communiquer que par télépathie. "*. Darian, lui, avait relevé la tête et gardait les yeux sur la bête, veillant sa réaction. Il ne fut en rien rassuré de la voir se cacher : au contraire, ne discerner que ses yeux la rendait encore plus oppressante que jamais, elle représentait bel et bien une bête de terreur. Et surtout, la dragonne avait une étrange façon de parler de son amie, presque comme si... il se demanda quel étrange lien pouvait bien les rattacher.

    Lorsque la femme reprit la parole, il se contenta d'hausser les épaules, l'air de dire "ça ne fait rien", bien qu'il ne savait pas vraiment quoi penser de tout-ça, et à nouveau il baissa la tête pour éviter de la regarder. Rexia elle, mettant l'incident de côté, pencha légèrement la tête d'un air curieux, signe qu'elle venait d'entendre quelque-chose d'intéressant
    *" Essence des ténèbres ? Cela signifie-t-il qu'il existe différents types de dragons ? "*. Rexia mettait en-avant son ignorance de sa propre espèce sans vraiment en avoir honte : vivant seule, elle avait pu apprendre par instinct à se comporter, à chasser, à penser et même à voler comme un dragon, mais être seule ne lui avait pas permis d'apprendre ce qu'il fallait savoir sur sa nature même et si il y avait bien une chose pour laquelle elle était curieuse, c'était ses origines. Mais la conversation prit une direction un peu sensible pour Darian...

    -Mes pieds ? Demanda-t-il, surpris.

    Il baissa les yeux vers ceux-ci, puis finit par comprendre pourquoi elle pensait cela : ses bandages. Mais Darian avait passé sa vie avec ce genre de choses aux pieds, il n'avait jamais eu autre-chose pour les couvrir. Au fil des années, de la corne s'était fabriquée dessus et ils étaient devenus pratiquement insensibles. Ce qui l'avait fait grimacé de douleur, ce n'était pas ça. Il les ramena contre lui et répondit :


    -Non, ça va, merci, je ne suis pas blessé. C'est simplement que je n'ai pas chaussures, ces bandages ne font que les protéger. Mes pieds vont très bien.
    *" Et ton dos ? "* signala Rexia.

    Darian releva un regard presque implorant vers elle. La dragonne le regardait avec une étrange lueur dans le regard, comme de l'inquiétude.


    -Quoi, mon dos ? Demanda-t-il, essayant de faire semblant de ne pas comprendre de quoi elle parlait... bien qu'il n'était pas un très bon menteur.
    *" Ne me prend pas pour une idiote. Tes plaies ne cicatrisent pas et je sais qu'elles te font encore mal. Si cette femme peut t'aider, alors... "*.
    -Je ne les sens presque plus...
    *" Darian... "*.

    Il s'adressa, ce coup-ci, directement à elle par la pensée, cachant ses paroles aux autres : *" Rexia, je t'en pris ! Je ne veux pas qu'elle voit mes cicatrices. "*. *" Pourquoi ? "*. *" Parce que si elles apprennent d'où je viens, elles pourraient vouloir m'y ramener. "*. Il le pensait vraiment, mais ce n'était pas l'unique raison : sans comprendre pourquoi, il trouvait gênant que quelqu'un d'autres voit les vestiges de sa vie passée. Il ne voulait pas les exhiber. Mais Rexia balaya bien vite son objection :

    *" Sornettes : tu oublis que je suis là. Si elle essaie, elle goûtera à mes crocs. "*. *" Elle a aussi une gardienne écailleuse. "*. *" Et alors ? Tu n'as pas confiance en ma force. "*. *" Si, mais... "*...

    *" ASSEZ !!! "* rugit-elle, frappant le sol de sa queue pour couper court aux protestations, et ce coup-ci, tous entendirent ce qu'elle avait à dire : *" Ou tu lui montres les plaies de ton dos, ou je t'arrache ta tunique de mes griffes. "*.

    Darian lui lança un regard désespéré, mais Katastroféa n'était pas la seul à être prête à tout pour protéger son compagnon humain, y-compris de lui-même : avant qu'elle ne le libère, Darian avait pris quelques coups de fouet. Il en avait souvent pris, dans sa vie, mais il avait toujours reçu quelques soins pour éviter que ça ne s'infecte. Un esclave malade, boiteux ou voûté était un esclave inutile. Hors, ce coup-ci, il n'avait pas reçu les soins adéquates et les plaies prenaient une tournure qui ne plaisait pas à la dragonne. Le corps de Darian était fort, mais pas autant qu'il le croyait. Il la regarda encore un instant d'un air désespéré, puis, voyant qu'elle était sérieuse dans sa menace, il céda. Alors il se leva, se retourna et retira doucement sa tunique.

    Celle-ci cachait un corps svelte et plus musclé qu'il ne laissait paraître à la base. Mais la peau sous son vêtement était irrégulière : couverte de bosses et de creux, de cicatrices née de coups, de brûlures au fer rouge et de fouets. Les lignes s’emmêlaient étroitement, il semblait presque que chaque parcelle de sa peau avait un jour été soumise à un supplice quelconque. Et les marques sur ses épaules laissaient supposer que cela se poursuivait sur ses bras. Les marques qui intéressaient la dragonne était au nombre de quatre : lignes irrégulière presque droites, elles étaient bien de résultat de coups de fouet. Tendis que les autres s'étaient bien refermées, celles-ci avaient pris une tinte rougeâtre, et une fine croûte craquelait semblait avoir du mal à les recouvrir. Une liquide rouge transparent suintait des croûtes cassées.
Revenir en haut Aller en bas
Professeur
+ Date d'inscription : 28/11/2014
+ Messages : 261
+ Orbes + Orbes : 419
+ Âge du Personnage : 40 ans.
+ Poste occupé : Professeur d'Herboristerie Avancée ▬ PP Tenebrae (Intérim)
+ Nom du dragon : Katastroféa a.k.a Féa
+ Type de Dragon : Ténèbres
+ Le Don légué : Dévoreur de Vie
+ Inventaire : /
avatar
Killian V. MacElurst
Message Sam 31 Jan - 13:46

Mon premier constat fut de noter que Féa sait vraiment s’attirer la colère ou la peur. Pourtant, elle peut être si douce, si attentionnée…mais il faut toujours qu’elle en fasse trop à mon sujet, s’attirant l’inimitié. Enfin, le silence du jeune enfant me semblait logique. Ma belle a dû lui faire peur…des jeunes de l’académie ont parfois peur de Féa, alors qu’ils côtoient de nombreux dragons à longueur de temps. Et la question de sa dragonne, Rexia, me fit comprendre qu’ils n’ont pas dû en voir des masses.

« En effet, il existe de nombreux types de dragon. Les essences primordiales que sont le Feu, le Vent, l’Eau, la Terre, la Lumière et les Ténèbres. On trouve ensuite les premières : Glace, Foudre, Minéraux, Solaire, Spectraux, Stellaire, Sonique, Abyssaux et Lave…Et enfin, les secondaires. Végétaux, Pluie, Poison, Chaleur, Métallique et Brume. »

Posant mon sac prés de là où je savais être Féa, j’ajoutais :

« Jusqu’à il y a moins d’un an, on ne connaissait Feu, Vent, Eau, Terre, Foudre et Glace…ce sont les chercheurs de Lostrego qui ont mis au jour la nature de d’autres dragons, tel que mon alliée : Katastroféa. »

Mon côté professeur devait parfois ressortir mine de rien. Mais cela m’importait peu. Je vis alors le jeune garçon, Darian, avoir une grimace de douleur. Et comme je voyais des bandages sur ses pieds, j’ai crut qu’il était bléssé à ces-derniers. Mais à sa réponse, il s’avéra que ce n’était pas le cas. Cela faisait simplement office de chaussures. Une alternative qui n’était pas idiote, mais qui signifiait une certaine habitude. Car le pied reste sensible, à moins de régulièrement marcher pieds nus.

Mais la réplique de la jeune dragonne, qui faisait un peu grogner Féa à chacun de ses « mots »…m’informa de quelque chose de probablement pire que de simples blessures de voyage. Le dos ? On ne se blesse pas le dos simplement…Et même ma chérie eut la décence de faire disparaître ses yeux. Comme si elle savait que terrorisait une personne, qui dans mon instinct hurle à l’enfant battu, n’est pas quelque chose que je tolère.

Je tiquais au fait qu’il ne sentait plus ses plaies. Ce n’est pas totalement vrai vu sa grimace d’avant…mais surtout, sinon, c’est signe d’une potentielle aggravation. S’il n’y a pas eu de traitement, la peau peut avoir commencé à se nécroser et ça…c’est très mauvais !
En tout cas, ils semblaient en proie à une dispute par télépathie. C’est d’ailleurs là que ma propre alliée vint pointer son esprit dans le mien.


*Cette dragonne est une enfant, elle n’a pas apprit à parler…je n’aime pas cette idée. Ils sont trop jeunes, tous, pour voyager comme ça. C’est inconscient…mais je ne les aime pas, car tu vas forcément vouloir les aider. Et me laisser seule après ! Et puis, même si c’est car cette dragonne n’est pas éduquée qu’elle fait sa télépathie à tord et à travers, je n’aime pas l’idée qu’elle frôle ton esprit !*
*Tu sais qu’elle frôle aussi le tiens ? Et je n’en fais pas tout un plat. Ne t’en fais pas…je vais voir à les aider. Et les mener à un village proche. Au pire, je demanderai à la directrice d’autoriser leur venu à Lindorm, si ses plaies sont trop importantes. Tu l’as dit, ce sont des enfants. Et nous, nous sommes des adultes responsables, non ?*
*Tu es trop gentille avec les inconnus…*


J’eu un petit sourire triste à ces mots, alors que Féa réapparaissait pour se blottir contre moi. Humant ma chevelure, laissant son « visage » dans ma nuque. Et jouant avec les mèches de mes longs cheveux. L’éclat de la dragonne, Rexia donc, me confirma mes craintes. Seul un enfant battu cache ainsi ses plaies, par peur, honte et de nombreuses autres raisons.

Nous en avons déjà eut, et vu, durant toutes ces années à Lindorm. Il est des familles vraiment ignobles. Et quelque chose me dit que la jeune Rexia a libéré cet enfant de sa « prison ».
Alors, je le vit se retourner et retirer son linge. Ce que j’y vis…me prit le cœur. J’avais déjà vu ce genre de corps, sur des anciens esclaves ou enfants battus que l’alliance avait libéré de leur passé funeste.

Tout le monde n’arrive pas à Lindorm avec une vie de faste et de lumière…en fait, les « nobles » à finir avec une alliance sont même assez rare. Ils ont souvent, une place déjà définie et programmée pour leur vie future, sans crainte du besoin. Mais beaucoup de ceux qui viennent pour entrée dans l’armée d’élite, et y rester, n’ont pas souvent connu la joie.

Me passant de tout commentaire, je pris mon sac et lui montrait un rocher où s’asseoir. Dos dans ma direction, Féa s’était assise à notre opposé, fixant Rexia et la renarde du regard. Mais entièrement visible, démontrant qu’elle n’était plus aussi prompte à l’agression. Sinon, elle serait restée dans les ténèbres pour attaquer sans qu’on ne la voie. La nuit étant son domaine.
Retirant mes gants, j’inspirais profondément. Je ne devais laisser mes sentiments prendre le dessus, où je ne ferais qu’affaiblir cet enfant au lieu de le guérir. Prenant un linge de ma besace, je sortis une petite bouteille d’alcool. Murmurant :


« Cela va piquer…je dois désinfecter, avant de te passer le baume. »

Imprégnant le tissu d’alcool, je tapotais légèrement les plaies. Retirant le pus, repassant en tapotant délicatement un tissu sec. Jetant l’ensemble dans le feu crépitant. Je sortis le baume. Il serait froid sur sa peau brûlante…et dans des mouvements circulaires, je faisais pénétrais la crème. Elle refermerait les plaies, mais pour une guérison complète, il faudrait lui en remettre le lendemain. Lorsque j’eu fini, j’ajoutais :

« Je vais te bander le dos désormais. Peux-tu lever les bras, un tout petit peu ? »

Alors, j’enroulais une bande. Couvrant ces marques semblables à un fouet. Ces marques qui ne devraient jamais marquer le corps de quiconque. Enfant comme adulte. Des traces à vie, voilà ce qu’il gardait de tout cela. Terminant le bandage, je faisais un petit nœud. Il devait me rester un rouleau de bande, de quoi changer le tout le lendemain…Mais il ne peut rester dans cet état !

« C’est fini…Mais demain matin, je t’en referais un : d’accord ? »

Lui souriant, je voulais le mettre en confiance. Ne le questionnant pas, ne voulant pas le brusquer. Douze ans à travailler dans une académie, on apprend un peu comment agir avec ceux ayant subis des abus. Ne fut-ce qu’un chouilla. Me relevant, je tapais légèrement dans mes mains ajoutant :

« Vous avez faim ? Je dois avoir de quoi nous faire une petite soupe avec des plantes comestibles que j’ai emmenées en ration. Féa…Tu peux user les ombres pour quitter les volcans et rejoindre le point d’eau en contrebas. L’eau y est consommable, elle n’est pas passée par les volcans. Et avec les ombres, tu iras plus vite qu’en vol, non ?
- Bien…Ne vous avisez pas de vous en prendre à Killian pendant mon absence : je le saurais !
- Féa ! Arrête de les menacer, et file ! Plus vite tu iras, plus vite tu reviendras. Allez ! »


Cordy serait là, qu’elle dirait que je suis celle qui porte le pantalon dans mon « couple » avec ma dragonne. En tout cas, ceci fait, je demandais donc à Darian :

« Il y a des goûts que tu n’aimes pas ? Car j’ai du céleri, et je sais que peu d’enfants aiment ça…Oh et, désolée Rexia et Imissaire, je n’ai aucunes viandes avec moi. Féa se débrouille pour chasser ses repas, et peut jeûner un moment…Alors, quand je voyage pour récupérer des graines ou plantes rares, je ne prévois pas de rations de viande. Je suis désolée, je n’ai rien à vous offrir…sauf si vous aimez l’eau aromatisé à diverses plantes et légumes ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://folio-adark.voila.net/ http://lindorm.forum2ouf.com/t1412-les-liens-qui-donnent-naissance-a-ta-jalousie http://lindorm.forum2ouf.com/t1420-la-vie-d-une-herboriste
avatarInvité
Message Dim 1 Fév - 19:10

    Rexia écouta les explications de Killian avec le plus grand intérêt, désireuse plus que tout d'en savoir d'avantage sur les siens. Elle avait passée tant de temps seule, dans un monde où elle était l'unique représentante de sa race, qu'elle s'était fait sa propre idée. Les humains se ressemblaient tous, à ses yeux, c'était ce qu'elle avait remarquée de ses observations lorsque, cachée dans la végétation, elle observait les chasseurs de la Ville. Elle avait déduit qu'il devait en être de-même pour les dragons, que tous étaient grands, quadrupèdes, rouges et crachaient le feu. Mais apprendre qu'elle s'était elle-même induite en erreur, que les dragons représentaient en réalité un univers bien plus vaste d'espèces différentes, lui donnait envie de tous les connaître. Katastroféa était déjà une belle représentation de ce qu'on pouvait appeler un "dragon différent", et même si elle n'appréciait pas son comportement à son égare, elle éprouvait toujours autant de curiosité envers elle. Darian, de son côté, écoutait, fut intéressait... mais il ne le montra pas, il ne réagit pas. Il avait peur de la dragonne ténébreuse, c'était vrai, mais pas que : il avait peur de la femme, aussi. Quand on naissait pour être traité comme un animal battu, on développait naturellement une crainte des autres humains, c'était une question de survie et non de lâcheté. Si bien qu'il ne pouvait s'empêcher de réagir envers Killian comme il l'avait toujours fait : il restait silencieux, craintif et soumis... ce qui avait généralement le don d'énerver Rexia, mais pour le moment, elle s'intéressait à autre-chose. Quand à Imissaire... pour le moment, elle ne s'intéressait à rien d'autres qu'à rester cachée.

    Après avoir ainsi appris les bases sur les différentes classes de dragons, la jeune dragonne rouge dressa la tête et, telle une démonstration de ses capacités, elle mit le museau en l'air et cracha quelques étincelles par ses naseaux. Contrairement à Darian, elle n'avait pas peur de se donner en spectacle.
    *" Moi, je paris que je suis une dragonne de feu ! C'est bien ça ? "* demanda-t-elle avec enthousiasme. Elle avait toujours eue une affinité avec le feu et elle aimait la chaleur. De-plus, elle crachait le feu... de ce fait, ça ne la surprendrait pas, et elle en serait ravie, d'ailleurs.

    Darian n'avait pas dit totalement la vérité, en fait... ses plaies, lui les sentait toujours, elles lui faisaient mal, ce qui était sans-doute meilleur signe que si il ne les sentait plus du-tout, mais pas si bon que ça non-plus, vu qu'elles n'arrivaient pas à cicatrisé. Il ne voulait pas les montrer, tout-simplement, mais la dragonne qui l'accompagnait savait se montrer persuasive. Elle qui disait toujours qu'il était libre, désormais, il commençait à la trouver bien tyrannique... mais à l'inverse des habitants libres de la Ville, si elle faisait cela, c'était pour le protéger. Et si pour ça, elle devait le forcer à faire des choses qu'il ne voulait pas, et bien... ils formaient une "famille", après-tout, lui était un frère pour elle et elle une soeur pour lui, et Imissaire représentait le troisième petit membre de cette fratrie un peu spéciale. Cela-dit, Killian eut la bonté de ne pas faire de remarque sur ses cicatrices, de ne pas lui poser de question, ce qui eut pour effet de rassurer le jeune garçon : il n'avait pas le désir d'en parler, et le fait qu'elle ne lui demande pas d'où elles lui venaient, ou d'où lui-même venait, tenté à prouver qu'elle et son amie n'étaient pas des chasseuses de prime qui tenteraient de les capturer pour les ramener de force de là d'où ils venaient. Ainsi, Darian s'assit sur le rocher qu'elle lui présenta sans chercher à discuter.

    En effet, ça piqua, mais il ne fit aucun geste et ne poussa pas de gémissement... seule la commissure de ses lèvres se souleva légèrement. Il avait déjà ressenti bien pire. Si bien qu'il se laissa faire et se contenta de faire ce qu'elle lui demandait pour lui faciliter la tâche. Le produit froid, après la chaleur du feu, le faisait quelque-peu frissonner. De son côté, Rexia ne faisait pas un mouvement et ne disait plus rien, elle se contentait d'observer son petit protégé. Cela-dit, pas habituée aux odeurs de produits médicales, lorsqu'elle sentit l'acidité de l'alcool qui se mit à brûler dans le feu, elle respira un instant et éternua avec force à plusieurs reprises. Mais cela eut au-moins l'effet d'amuser Darian, qui eut un sourire timide. Touchée par la gentillesse de la femme et par la présence de la dragonne qui veillait sur lui, il commençait à se détendre. Imissaire finit par sortir quelque-peu de derrière Rexia, ne laissant voir que ses yeux et ses oreilles touffue. Il n'arrivait pas à décrocher son regard noisette de la dragonne des ténèbres. Mais au premier mouvement de sa part, elle retourna se cacher. Finalement, ce fut terminé.

    Darian se redressa et, peut-être un peu trop rapidement, remis sa tunique, surement dans le but de cacher les cicatrice de ses bras, vu que son dos était maintenant caché par des bandages. Il se tourna vers la femme... ses yeux étaient baissés, mais ce coup-ci, lui lui fit un sourire reconnaissant.


    -D'accord, répondit-il d'une voie plus assurée. Cette femme savait comment donner confiance aux jeune. Merci.
    *" Oui, merci beaucoup. "* renchérie Rexia, rassurée de voir que Darian allait bien, tendis qu'elle se grattait toujours son nez qui la démangeait. *" J'avais essayé de nettoyer ses blessures à coups de langue, mais il semblerait que ce qui marche sur les dragons et les renards ne marchent pas aussi bien sur les humains. "*. Grandissant à la sauvage, Rexia s'était toujours contentée de lécher ses blessures pour les nettoyer et les désinfecter, et ça avait toujours marché. Mais ça n'avait pas eu l'effet qu'elle espérait sur Darian... elle se demandait même si, à cause de la toxicité de sa salive dû à son souffle de feu, elle n'avait pas empirées les choses.

    La femme leur proposa à manger... Darian se demanda ce qui la poussait à les aider de la sorte. Il n'avait pas souvent eut l'occasion de voir ce qu'était la solidarité, mais une nouvelle intervention de la nommée Katastroféa coupa court à ses pensées. Lorsque celle-ci disparue, Rexia poussa un léger grondement et demanda
    *" Elle est toujours aussi paranoïaque ? "* ce qui lui attira un furtif coup-d’œil de Darian.

    -Désolé, s'empressa-t-il de dire pour elle. Elle n'a pas appris à tenir sa langue.
    *" Pourquoi devrais-je tenir ma langue ? Je ne fais que dire la vérité. "*.

    *Mais il est des vérités qu'il vaut mieux gardé pour soit-même*, songea Darian, mais ne le disant à personne, cette fois-ci. Il savait qu'il ne servait rien de discuter de ça avec la dragonne, ils ne tomberaient pas d'accord, ils étaient aussi différents l'un de l'autre que le jour et la nuit. Là où il était timide, elle était fanfaronne. Là où il préférait se taire, elle était direct. Dans un sens, si elle n'était pas là, Darian ne se défendrait surement jamais... mais il valait mieux mettre un terme à la conversation maintenant ou ils allaient encore se disputer.

    Rexia dressa fièrement le museau et répondit à la question de la femme
    *" Je suis une bonne chasseuse, moi-aussi, et c'est moi qui nourrit notre petit groupe. Nous nous sommes partagé un cerf ce matin, je n'ai pas besoin de nourriture supplémentaire, et Imissaire non-plus. Merci bien. "*.
    -Cela-dit, renchérie Darian, et Rexia baissa vers lui un regard curieux, un régime de viande cuite au feu de dragon ne me réussit pas totalement. Je prendrais bien un peu de soupe de légume, merci. Et le céleri ira très bien, je ne suis pas difficile.

    Rexia, créature purement carnivore, était toujours surprise de voir à quel point les humains désiraient des légumes, et les renards grignotaient des baies pour faciliter leur digestion. Mais un autre détail l'intéressait d'avantage de celui-ci. En attendant le retour de Féa' et pendant le travail de Killian, elle observa cette dernière et lui demanda : *" Tu veux bien m'en dire plus, sur les dragons ? Là d'où nous venons, il n'y avait que moi. "*.
Revenir en haut Aller en bas
Professeur
+ Date d'inscription : 28/11/2014
+ Messages : 261
+ Orbes + Orbes : 419
+ Âge du Personnage : 40 ans.
+ Poste occupé : Professeur d'Herboristerie Avancée ▬ PP Tenebrae (Intérim)
+ Nom du dragon : Katastroféa a.k.a Féa
+ Type de Dragon : Ténèbres
+ Le Don légué : Dévoreur de Vie
+ Inventaire : /
avatar
Killian V. MacElurst
Message Ven 6 Fév - 17:08

Cette dragonne était assez amusante, fière de sa flammèche. Je pense que si elle venait à Lindorm, elle serait surprise par certain des dragons de feu qu’on y trouve. Il en est aux flammes aussi puissantes qu’un volcan…D’autres, plus petit encore qu’elle, mais non moins dangereux. Mais c’est la première fois que je rencontre un dragon qui n’a jamais vu d’autres des siens. Son œuf a donc éclos loin de ses parents draconiques…Vie sauvage, ou braconnage ? Dans tous les cas, elle semble importante pour le petit.
M’attelant à ses soins, je notais son peu de réactions à la douleur. Mes craintes ne s’en voyant que d’avantage confirmé. Les hommes sont parfois des monstres avec ceux de leur espèce…Mais c’est d’autant plus douloureux lorsque ce constat se voit, et se fait, sur un enfant qui en est encore à l’aube de sa vie. Il a temps à voir, à apprendre, à découvrir…Or il connait déjà le pire. C’est…triste. Il n’existe de mots pour définir cette monstruosité de l’humanité.


« De rien, c’est normal. » Lui répondis-je, avec un sourire, en rangeant mes effets.

En écoutant la dragonne, j’eu un petit air désolé alors que j’ajoutais :


« En effet, cela n’est pas recommandé sur nous, les hommes. Ce qui empêche les infections pour vous, peut au contraire être mauvais pour nous. C’est pareil. La crème que j’ai mise sur le dos de Darian est source de soin pour un humain. Mais sur la plaie d’un dragon, elle aggraverait les plaies. »

Nous n’avons pas le même organisme. Forcèment, ce qui guérit l’un ne guérit pas forcèment l’autre. En tout cas, je proposais donc de faire un petit repas léger. N’ayant que peu à offrir en pareil endroit. M’attelant à sortir ce qu’il fallait, la réplique de la petite Rexia me fit rire légèrement. Répondant, tout en étant tourner vers le feu, occupé à moudre les plantes pour la soupe. Ou à couper des légumes.

« Ne t’en fais pas Darian, ce n’est pas vexant. Disons que Féa et moi, c’est une longue histoire. J’ignore comment vous vous voyez l’un et l’autre…mais pour Katastroféa, disons que je suis plus qu’une amie, ou une alliée. Elle m’aime…Mais c’est un amour qu’elle sait impossible. Et comme elle craint que je ne la laisse, elle est possessive. »

Je n’avais aucune gêne ou honte à dire une vérité. Féa m’aime comme si elle était humaine, ou que j’étais une dragonne. Nos races sont la seule barrière entre elle et moi. Transformant cet amour en quelque chose de plus pur, de plus platonique. Je ne peux lui en vouloir, car même moi il m’arrive d’être jalouse quant d’autres l’approche.
Enfin, nous parlions donc de voir pour le menu. Et le commentaire du petit Darian, ainsi que l’expression de la dragonne était à mourir de rire. Oui, il y a beaucoup de chose que cette jeune dragonne ignore sur les différences humains-dragons !

Féa revint, laissant la gamelle d’eau sur le feu. Retournant dans les ombres. Grâce à mon lien, je savais où je pourrais aller me blottir. Mettant les herbes et légumes dans l’eau, je sortais une petite cuillère en bois et mélangeais l’ensemble. Réfléchissant à où commencer.


« Personne ne vous a jamais parlé des Dragons, ou encore, de l’épreuve d’alliance ? Ou des dragonniers ? C’est étonnant…Que voulez-vous savoir. Car j’imagine que, toi aussi Darian, tu as des questions. Sur ton amie, et ce que peut être le lien dragonnier-dragon. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://folio-adark.voila.net/ http://lindorm.forum2ouf.com/t1412-les-liens-qui-donnent-naissance-a-ta-jalousie http://lindorm.forum2ouf.com/t1420-la-vie-d-une-herboriste
avatarInvité
Message Mer 11 Fév - 17:10

    Rexia avait toujours su qu'elle était différente de Darian. La seule époque du sa vie où elle pensait qu'ils faisaient partis de la même espèce était juste après sa naissance, durant environs deux semaines... jusqu'à se que sa taille ne double et qu'elle arrive au-niveau des genoux de celui qu'elle prenait à l'époque pour sa mère. Mais si leur race et leur physique était différent, elle n'aurait jamais songé que leur organisme serait également différent à ce point. Inquiète, elle baissa le museau vers les bandages du jeune-garçon et les renifla. L'odeur médicinale des crèmes qu'elle lui avait passé dans le dos était toujours aussi forte. Elle détourna le museau et, à-nouveau, elle éternua, avant de regarder la femme afférer à son travail et de lui demander :

    *" Je n'ai pas trop empirées les choses, n'est-ce pas ? Je veux dire... son dos s'en remettra. "*. Oui, évidemment. Si ce n'était pas le cas, Killian le leur aurait déjà dit... non ? Elle tâcha de s'en convaincre, mais elle ne pouvait s'empêcher de culpabiliser à l'idée qu'elle aurait pu d'avantage blesser Darian. Celui-ci dut percevoir son malaise, cela-dit, et elle baissa le museau lorsqu'elle sentit une chaleur toucher ses écailles : son petit protégé venait de lui poser la main sur la patte et il la regardait, souriant. Rexia le regarda durant un long moment puis, finalement, lui rendit son sourire, étirant son museau comme elle avait appris à le faire alors qu'elle imitait ses mimics, plus jeune. C'était un sourire de gros lézard biscornu, mais un sourire quand-même. Même si c'était le cas, Darian ne pourrait jamais lui en vouloir, même si elle, elle s'en voudrait. En réalité, bien qu'ils n'étaient pas liés et peut-être même qu'ils ne le seraient jamais, leur lien était déjà aussi puissant que celui d'un dragonnier et de son dragon.

    Ce n'était pas un lien spirituel, certes... et encore moins un vision comme katastroféa voyait la femme. Rexia secoua la tête, mettant en évidence sa surprise lorsque Killian lui expliqua comment sa Féa la voyait. Elle aimait Darian, certes, mais pas comme-ça... elle en serait toujours incapable. A ses yeux, tous les hommes, et même la femme, aussi douce et gentille soit-elle, ressemblaient à des singes. Cela-dit, si elle avait la langue mieux pendue que celle de Darian, elle savait aussi lorsque allait trop loin pouvait les mettre en danger. Elle préféra ne pas insister sur ce sujet et cala ce qu'elle savait maintenant de ce duo dans un coin de son esprit. Darian fut tout-aussi surpris, mais il ne fit aucun commentaire. En réalité, le lien entre Darian et Rexia était bien plus simple : chacun avait, un jour, au cour de leur vie, sauvé l'autre. Ils étaient tout-deux orphelins, ils avaient tout-deux perdus les terres sur lesquels ils avaient grandis... et tous-deux n'étaient pas mécontents de cela. Darian prenait soin de Rexia et lui apprenait, aujourd'hui encore, ce qu'était le monde dans lequel ils vivaient. Rexia, elle, protégeait Darian, elle veillait sur lui. L'un dans l'autre, ils se complétaient, plus ou moins, comme le ferait finalement un dragonnier et son dragon. Et pour ce qui était d'Imissaire...

    La renarde avait finalement quitté son refuge après que la dragonne ténébreuse ait disparu dans l'ombre. Soit que la conversation l'intéressait à elle-aussi, vu qu'à force de discuter mentalement avec l'écailleuse, elle avait finit par apprendre à comprendre le langage humain, soit qu'elle voulait simplement se rapprocher du feu. En tout-cas, elle restait près de Rexia et gardait les yeux rivés vers là où Katastroféa avait disparue, bien qu'elle ne soit pas certaine qu'elle y soit toujours. La renarde n'avait pas vraiment de lien avec Darian et Rexia. Elle n'avait pas eu une enfance difficile et n'avait fuit le pays que pour les suivre. Mais depuis qu'elles se connaissaient, Rexia et elle étaient très attachées l'une à l'autre, et bien qu'il ne puisse pas communiquer avec elle et ne la voit que comme un animal, Darian commençait aussi à apprécier sa présence chaleureuse. Elle était la meilleure amie de Rexia presque depuis l'époque où Darian l'avait laissée seule dans la forêt. Elles ne pourrait pas se passer d'elle.

    Vivre dans une ville coupée du reste du monde était le mieux pour assurer sa sécurité, mais pas pour assurer ses connaissance. Darian et Rexia écoutèrent les paroles de Killian, puis s'observèrent un instant, avant de se retourner à-nouveau vers elle. L'expression sur leur visage montrait qu'ils avaient encore un long chemin à faire avant de tout comprendre.


    -L'épreuve de l'alliance ? Demanda Darian.
    *" Les dragonniers ? "* demanda Rexia. *" C'est une autre race de dragon ? "*.

    Le jeune garçon se frotta le bras, gêné par son ignorance. Par honte et par désir de ne pas passer pour un faible plaintif, il préférait ne pas parler de son passé. Il ne voulait pas avoir l'air d'un pleurnichard, il pensait que pour survivre, il lui fallait faire en sorte de devenir adulte le plus vite possible. Mais il pouvait au-moins expliquer la raison de leur manque d'instruction.

    -L'ennui, vous voyez, ajouta-t-il, c'est que nous venons d'un coin perdu assez loin d'ici. Les gents de cet endroit vivent loin du reste du monde et ignorent ce qu'il se passe autour de leur ville. D'ailleurs, je crois que si un étranger devait s'y rendre, il serait éliminé. Et chez-eux, les dragons ne sont que mythes. Je le croyais aussi avant de trouver l’œuf de Rexia et de la faire éclore.
    *" Et il m'a caché de ces gents. "* continua-t-elle, visiblement plus ravie que lui de raconter son histoire. *" Il m'a cachée dans la forêt et j'ai dû grandir seule. Mais j'ai été assez forte. J'ai appris le peu que je sais des nôtres par instinct. Et il y quelques nuits, c'est moi qui lui ait sauvé la vie ! J'ai brûlé une partie de la Ville et j'aurais brûlé le reste si il ne s'était pas évanoui. "*.
    -C'est une bonne chose que tu ne l'ais pas fait. Il y a quand-même des gents biens, dans la Ville.
    *" Des gents bien !? "* s'exclama Rexia, frappant le sol de sa queue, faisant sursauter Imissaire. *" Regarde ce qu'ils ont fait à ton corps ! Ils t'auraient laissé te faire dévorer par des gros chats si je n'étais pas intervenue à-temps ! "*.
    -Des lions, Rexia, rectifia Darian, mettant en avant quelques lacunes de langage chez la dragonne.

    Il espérait aussi que cette simple remarque mettrait fin à la conversation, car Rexia en disait plus qu'il n'aurait voulu. Celle-ci était prête à continuer... mais elle voyait que ça le gênait. Ainsi, elle accepta de taire la suite de ses répliques et revint à la conversation initial, retrouvant rapidement son calme :


    *" Bref : pour cette raison, je ne sais rien des dragon, ni de l'alliance, ni des dragonniers, ni des dragons-dragonniers. Et je veux tout savoir ! Je ne sais même pas par où commencer. Y-a-t'il beaucoup de dragons sur ce territoire ? Les dragons de feu me ressemblent-ils tous ? Les dragons des ténèbres ressemblent-ils tous à Kastrotéa ? "*.
    -Katastroféa, Rexia.
    *" 'stroféa ? "*, rectifia-t-elle.

    C'était déjà pas-mal, comme questions, elle supposait. Pour Rexia, c'était presque vital, de savoir tout-ça, autant qu'elle voulait savoir d'où elle venait. Pour Darian, ce n'était que de la simple curiosité, mais il savait que sa dragonne poserait plus ou moins les même questions qu'il se posait. Il n'ajouta donc rien, pour le moment, se contentant de croiser les jambes et d'écouter, la tête baissée.
Revenir en haut Aller en bas
Professeur
+ Date d'inscription : 28/11/2014
+ Messages : 261
+ Orbes + Orbes : 419
+ Âge du Personnage : 40 ans.
+ Poste occupé : Professeur d'Herboristerie Avancée ▬ PP Tenebrae (Intérim)
+ Nom du dragon : Katastroféa a.k.a Féa
+ Type de Dragon : Ténèbres
+ Le Don légué : Dévoreur de Vie
+ Inventaire : /
avatar
Killian V. MacElurst
Message Dim 22 Fév - 11:14

« Son dos s’en remettra, ne t’en fais pas. Et puis, vous ne pouviez pas savoir…et aider son ami est l’un des plus bels actes qui soit. » Répondis-je alors, pour dissiper ses peurs.

Il est vrai que cela aurait put être mauvais, mais après de nombreux jours. A ce stade, il n’y a rien de grave ou de méchant. Continuant de tout préparer, je cuisinais en essayant de savoir ce qu’ils voulaient savoir : tous les deux. Même si j’avoue être surprise qu’il existe encore des communautés prenant les dragons pour des mythes. D’autant avec la fin de la guerre, encore récente.
Je ne pus m’empêcher un rire sous cape, au fait d’être catalogué « race de dragon ». Féa lâchant un « Humpf » montrant à quel point elle trouvait l’idée idiote. Me tournant vers elle, j’ajoutais :


« Toi aussi, tu ignorais tout des dragonniers et des règles de l’épreuve avant de me rencontrer je te rappelle.
- Certes, mais moi, je savais qu’il existait d’autres dragons et que j’étais bien plus rare qu’un simple dragon de feu.
- Féa, tu n’as pas à être désobligeante. Les Dragons de Feu appartiennent aux Essences Originelles, et sont parmi les plus puissants.
- Et je suis quoi ?
-Féa…Tu es jalouse ? »


La sensation par le lien me fit dire que j’avais fait mouche. Bah, entendre sa voix rauque sans la voir a dû les gêner. Soupirant, je m’excusais d’un regard et les laissais parler.
A l’entente de la ville dans laquelle il dut grandir, je fus peinée. Un si jeune enfant, et déjà, il a bien trop vécu. Ayant finie de préparer la soupe, je la servais dans un bol en le prévenant qu’elle était brûlante, et de faire attention. M’asseyant contre Féa…donnant l’impression d’être partiellement assise sur les ombres, je caressais ma douce qui se calmait. Répondant à leurs nombreuses questions.


« Cela risque d’être long mais…Pour commencer, les dragonniers ne sont pas une race de dragons. Il s’agit d’humains ayant réalisé la fameuse épreuve d’alliance. C’est un rite ancien…Le dragon doit avoir au minimum une année, et l’humain seize ans ou plus. Une épreuve est alors mise en place, une de survie en milieu hostile. Humain et Dragon doivent s’aider, se soutenir…Mais il faut que naturellement, leur sang se mélange de leurs blessures communes. Alors, un lien se créé. Un télépathique et empathique…parfois même plus fortement selon les émotions et sentiments des couples alliés. »

Marquant une pause, soufflant sur ma propre soupe avant d’en boire une gorgée, je vins à continuer.

« Un humain ainsi lié va développer un don, un pouvoir, en lien avec la nature de son dragon. Ainsi, on trouve des dragonniers de toutes sortes. Néanmoins, faire l’épreuve signifie suivre une formation de 5 ans à l’académie militaire de Lindorm. Et faire une année obligatoire dans l’armée. A la suite de quoi, on est libre de mener la vie que l’on veut. Pour tout dire, j’enseigne l’herboristerie à l’académie Lindorm…et suis moi-même dragonnier. D’où l’usage du terme d’allié, quant je parle de Féa. »

Attendant un peu, de voir s’il y avait là des questions, je continuais sur les autres réponses à formuler. Permettant ainsi à cette soupe brûlante de refroidir.

« Pour le nombre de dragons, je ne saurais trop te dire. Ils sont nombreux dans certaines zones, rares dans d’autres. On en sait assez peu…Si ce n’est qu’ils sont tous la descendance du couple originel Limlug et Amlug. Et non, les dragons ne se ressemblent pas tous. Il y a des signes distinctifs communs à chaque race, mais chacun à son identité propre. J’ai même vu des dragons de feu pas plus haut que trois pommes, pour dire ! »

J’étais assez amusé par le côté naturel de cette jeune dragonne. Avide de connaissance. Buvant une autre gorgée, je vins alors à continuer.

« Nous sommes ici dans une terre que les Dragons de Feu, et de Lave, aime tout particulièrement. Néanmoins, si je comprends, vous n’avez nulle part où aller ? Les territoires sont peut-être en paix, mais les dangers sont permanents. D’autant que nous sommes proches des Territoires Inconnues encore plus dangereux et mortels…Vous avez une idée de ce que vous voulez faire tous les deux, non pardon, tous les trois. »

Je m’étais corrigé, glissant mon regard vers le renard…Avec un petit sourire d’excuse, de l’avoir presque oublier. Honte à moi, la pauvre !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://folio-adark.voila.net/ http://lindorm.forum2ouf.com/t1412-les-liens-qui-donnent-naissance-a-ta-jalousie http://lindorm.forum2ouf.com/t1420-la-vie-d-une-herboriste
avatarInvité
Message Lun 23 Fév - 19:14

    La suite de la conversation fut quelque-peu... déroutante, pour les trois compères : Killian se mit à parler avec sa dragonne, ce qui ne serait pas gênant en lui-même si la voie de cette dernière ne sortait pas du néant, et de partout à la fois, si bien qu'il leur était impossible de deviner où elle se trouvait... à eux, en tout-cas, car voyant la façon dont elle tournait la tête, Darian fut persuadé que la femme voyait, ou tout-du moins savait où se trouvait sa dragonne, et ça lui fut confirmé un peu plus tard lorsqu'elle s'allongea de façon étrange, visiblement adossée sur elle. Cela-dit, chacun, et cela énerva quelque-peu Rexia qui, si elle ne montra pas les dents, plissa les yeux, ressentirent dans le son qu'émit Katastroféa de la désapprobation face à l'ignorance des jeunes : elle qui avait toujours désirait rencontré un autre dragon, Rexia n'était pas certaine d'apprécier celle-ci. Connaissant son amie, sachant qu'elle était capable de démarrer au quart de tour, le jeune garçon espérait que les choses n'allaient se détériorer en fin de soirée. Killian semblait être quelqu'un de calme et réfléchit, et Katastroféa, bien que visiblement amère, devait être une dragonne plus âgée et plus sage que celle de feu, mais il espérait que Rexia ne se laisserait pas emportée par ses sentiments, comme ça pouvait lui arriver parfois.

    L'atmosphère sembla se calmer, cela-dit, lorsque la femme servit deux bols de la soupe de légume qui exhalée une odeur assez agréable et qu'elle lui en tendit un. Cela détourna l'attention de Rexia qui, curieuse, sentit le potage, mais éloigna assez rapidement son museau : visiblement, elle n'aimait pas l'odeur des légumes cuits. Cela fit rire le jeune garçon qui lui sentit pleinement l'odeur de la soupe et profita du bol chaud pour se réchauffer les mains.


    -Merci, dit-il avec une grande gratitude.

    Cela faisait plusieurs jours qu'il n'avait pas mangé un plat vraiment cuisiné, l'une des seuls choses qui lui manquait de son ancienne vie : bien qu'ils soient mal-traités, les esclaves étaient généralement bien nourris, pas autant qu'un seigneur ou un homme libre, mais suffisamment et en assez bonne qualité pour qu'ils puissent tenir. Et tendis que le potage refroidissait, en lui soufflant un peu dessus, il écouta avec attention les explications de la femme en même-temps que ses deux amies.

    Il apprit ainsi que le monde était largement plus vaste et plus compliqué que ce qu'il s'était toujours imaginé, même après sa découverte de Rexia. Il apprit que les dragons et les humains pouvaient se lier et que les deux races partageaient donc un destin mêlé. Ils apprirent, tout-les-trois, ce qu'était réellement un dragonnier et ce qu'être un dragonnier signifiait, et que le devenir était visiblement bien compliqué et ne se faisait pas sans douleur. Rexia eut une drôle de réaction à l'annonce des noms des deux dragons de qui descendaient les siens : elle frissonna, et ses écailles émirent un cliqueti. Elle n'avait jamais entendu ces noms de sa vie, pourtant... ils éveillaient quelque-chose dans son esprit. Elle aurait surement poussé la discussion plus loin si Darian ne l'avait pas devancée.


    -Les dragonniers sont des sortes de guerriers, c'est ça ? Voulu-t-il savoir, déterminant cela par l'obligation de faire une école militaire. Des chevaliers à dos de dragon ?
    *" Mais alors, Darian et moi, nous sommes déjà liés comme des dragonniers ! "* s'exclama Rexia, visiblement excitée.
    -Bien-sûr que non, pourquoi tu dis ça ? S'étonna Darian en relevant la tête vers elle.
    *"Bah... elle a parlé de lien télépathique et empathique. Ça veux dire "les émotions", et toi et moi communiquons avec nos émotions. "*.
    -Non, tu confonds avec nos "pensées". Ce n'est pas la même chose. Si tu ressentais mes émotions, tu saurais ce qu'il y a dans ma tête à n'importe quel moment.

    Rexia pencha la tête sur le côté... visiblement, elle ne saisissait pas vraiment la différence entre tout-ça, peut-être même qu'elle ne comprenait pas ce que tout-ça voulait dire. Et bien que Darian se voulait son professeur pour apprendre à comprendre le monde qui l'entourait, lui-même ne savait pas trop comment s'y retrouver dans toute cette histoire de dragonniers. Il se sentait un peu largué. *Magie*, songea-t-il, et ce simple mot expliqua tout à ses yeux : la magie était mystérieuse et ne pouvait, bien souvent être expliqué, et seule la magie pouvait, à ses yeux, permettre à un humain et à un dragon de se lier de cette façon.

    Bien qu'elle ne saisissait pas tout, cela-dit, Rexia fut rassurée par une chose : Killian venait de lui confirmer que dans certains territoires, les dragons étaient nombreux. Elle venait également de lui annoncer que ce territoire était celui des dragons de feu.


    -Je comprend mieux, maintenant, pourquoi tu apprécies autant cet endroit, fit remarquer Darian.
    *" Il n'y a pas que ça,... "*, répondit-elle : *" Je sais maintenant que je ne suis pas la seule représentante de mon espèce. Ça me rassure. Je suis venue jusqu'ici parce que mon instinct m'a dit de le faire, je ne connaissait pas cet endroit, avant. Peut-être que c'est ici que se trouve mes origines... c'est possible ? "* voulu-t-elle savoir.

    Vint par la suite la question fatidique qui gêna quelque-peu Darian : que voulaient-ils faire maintenant ? En fait, ce n'était pas la question en elle-même, qui le gênait, c'était le fait qu'il ne savait quoi y répondre.


    -Je dois vous avouer que je n'en sais rien, répondit-il. Notre départ de la ville fut assez précipité, nous savions pas vraiment où nous voulions aller.
    *" Notre but est surtout de trouver une terre où nous pourrons vivre tranquillement et où Darian n'aura plus à se faire maltraiter ni à obéir à qui que ce soit. "*.
    -Je vous avoues qu'avant de vous rencontrer, j'aurais préféré éviter de me retrouver en présence d'autres humains. J'ai toujours peur de rencontrer des chasseurs qui nous ramènerons de force d'où nous venons.
Revenir en haut Aller en bas
Professeur
+ Date d'inscription : 28/11/2014
+ Messages : 261
+ Orbes + Orbes : 419
+ Âge du Personnage : 40 ans.
+ Poste occupé : Professeur d'Herboristerie Avancée ▬ PP Tenebrae (Intérim)
+ Nom du dragon : Katastroféa a.k.a Féa
+ Type de Dragon : Ténèbres
+ Le Don légué : Dévoreur de Vie
+ Inventaire : /
avatar
Killian V. MacElurst
Message Sam 21 Mar - 11:14

[Pardon pour le retard >_<]

J’observais calmement ce jeune duo. Amusée de la réaction de la dragonne aux légumes cuits. Et me contentant d’un sourire attendrit à l’enfant, lorsqu’il vint à prendre son bol et me remercier. Ce n’est rien…et de ce que j’ai vu dans son dos, mieux vaut qu’il ne retourne jamais dans sa ville autarcique et perdue, loin des valeurs de notre civilisation. Même en Aéria, je pense que les esclaves y sont mieux traités. Même si, je dois bien avouer, avoir entendu de sombre chose sur l’une des lignées dominantes de leur noblesse. A sa question, je hochais la tête en répondant :

« Oui, plus ou moins. Après, nous avons tous nos points forts…je sais me battre, mais mon expertise va aux plantes. Je conçois remèdes ou poisons, pour ceux qui combattent justement. Je suis plus une personne que l’on voit sur des lignes de soutien, en arrière de l’avant-garde. »

Je les laissais débattre de la nature de leur « lien », amusée par cette légère incompréhension. Un « humpf » grognon me disant que Féa critiquait l’ignorance, encore, de sa vis-à-vis de feu. Me contentant du lien pour lui dire d’être plus agréable avec cette jeune dragonne.
Je répondis alors à sa question sur les territoires, et ce que sa dragonne vint à demander…Je hochais la tête en répondant :


« C’est fort probable. Ton œuf a put être trouvé et transporté. Par des humains, qui l’auraient ensuite égaré. Il est aussi probable que, ne te voyant pas éclore, ta mère draconique est déposée ton œuf quelque part. Laissant ainsi au destin de déterminer quand et pour qui ou quoi tu t’éveilleras. Il n’y a pas de temps spécial avant éclosion…Certains œufs mettent des siècles à éclore, car ils attendent d’être trouvé par quelqu’un qui ravive le dragonneau…et le pousse à quitter sa coquille. »

Buvant de ma soupe, stoppant ainsi un temps mon flot de paroles, je vins donc à leur demander ce qu’ils voulaient désormais faire. Et à leur réponse, j’eu un petit air soucieux avant de répondre :

« Il vous faudrait éviter les îles célestes d’Aéria alors. L’esclavage a encore lieu sur leur territoire, mais c’est bien le seul. Il y a aussi de nombreuses terres inconnues et dangereuses…où la nature est intraitable, et où même les dragonniers ne s’aventurent pas en solitaire. Actuellement, sinon, il serait possible de te mener au Gouverneur du Narthan, qui pourrait peut-être trouver une famille ou même un petit travail pour te permettre de vivre. »

Marquant une pause, je réfléchissais…

« En Keven, je pourrais toujours demander à ma tribu. Je viens d’un peuple des marais, nomades…dans les profonds territoires de Jungle. Mais si cela pourrait plaire à votre douce amie, je doute que Rexia soit heureuse de devoir contenir son feu. Et d’un environnement humide. »

Délicat, délicat…Mon index sous ma lèvre inférieure, la voix de Féa résonna alors :

« Pourquoi ne pas en parler à la direction de Lindorm, sinon ? O’Cuinn aura peut-être des idées…Un enfant, avec une jeune dragonne et une renarde, ils sont condamnés seuls. Et puis, c’est seuls qu’ils ont plus de chance d’être retrouvé par leur village perdu et autarcique. Entouré de personnes, les « chasseurs » comme ils les nomment ne pourront pas agir. Les gouverneurs ne permettraient pas une telle action, ça serait une déclaration de guerre. Surtout si on parle là d’un asile, non ?
- Hum, oui…Mais, qu’en pensez-vous, tout les deux ? »
Demandais-je, quelque peu soucieuse. Le feu crépitant à nos côtés…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://folio-adark.voila.net/ http://lindorm.forum2ouf.com/t1412-les-liens-qui-donnent-naissance-a-ta-jalousie http://lindorm.forum2ouf.com/t1420-la-vie-d-une-herboriste
avatarInvité
Message Mer 25 Mar - 18:41

[C'est pas grave ^^ Tu peux prendre tout le temps qu'il te faut entre chaque réponse, je ne suis jamais pressé clin d'oeil ]

    Darian écouta avec attention, et eut alors une nouvelle idée sur les dragonniers : en réalité, tout-du-moins c'est ce qu'il crut comprendre, ils pouvaient être des guerriers, mais pas uniquement. Ils pouvaient également être des voyageurs, des explorateurs, des conseillers... voir des boulangers ? Mh... non, peut-être pas jusque-là, tout du moins si c'était le cas il trouverait leur situation un peu ridicule, vu tout le pouvoir qu'ils devaient posséder. Finalement, un dragonnier restait une personne normale, libre, qui pouvait vivre sa vie comme il l'entendait... si ce n'est qu'il la partageait avec un dragon. Et il n'eut aucun mal à croire Killian lorsqu'elle lui expliqua que son affinité à elle, c'était les plantes. Certes, il émit une petite réserve lorsqu'elle lui avoua être douée en poisons, mais il goûta malgré-tout la soupe... et il eut du mal à en croire ses papilles gustatives : c'était vraiment très bon. Il se demandait comment elle avait pu lui donner autant de goûts... il lui semblait pourtant qu'elle n'avait ajoutées que deux ou trois plantes à de l'eau bouillante. Peut-être que son émerveillement face au goût venait simplement du fait qu'il n'avait pas bien mangé depuis longtemps : un assoiffé trouvé l'eau toujours meilleure qu'un homme ayant simplement soif. Cela ne changeait pas le fait que cette soupe lui faisait vraiment du bien.

    -C'est délicieux ! S'exclama-t-il, avant de reprendre une gorgée.

    Il aurait aimé dire plus, lui faire un grand compliment et lui exprimer toute sa reconnaissance... mais il ne trouva rien à dire. Il espérait que ces simples mots suffiraient, bien qu'il n'y ait pas vraiment grand-chose à ajouter. A ses mots, cela-dit, Rexia fit la grimace, et le garçon se demanda si la dragonne était vraiment aussi différente que lui : qu'est-ce qui pouvait y avoir, en elle, qui lui faisait ressentir les choses différemment qu'à un humain ? Cela-dit, si ils étaient différents, les révélations que lui fit la femme par la suite leur révéla que leur rencontre n'était peut-être pas due à un simple hasard.

    Darian tourna un regard surpris vers son amie, et si il ne parla pas, celle-ci, qui le regardait aussi, comprit ce qu'il avait en tête : il se demandait si Rexia l'avait choisie, avant de sortir de son œuf. Ça expliquerait, déjà, pourquoi elle avait éclot le soir-même après qu'il l'ait trouvait, ce n'était pas qu'un coup de chance. Ça expliquerait peut-être aussi, un peu, pourquoi Darian, qui ne faisait jamais rien pour risquer un châtiment, avait décidé de garder la "pierre" qu'il avait trouvée au-lieu de la rapporter. Mais elle secoua les ailes comme un humain hausserait les épaules, montrant ainsi qu'elle n'avait pas plus de réponse que lui.


    *" Je ne sais pas. "* répondit-elle à sa question muette. *" Je ne me souviens pas de ce que j'ai ressentie le jour de mon éclosion. Je me souviens un peu de ce qu'il s'est passé, mais c'est vague, comme dans un rêve oublié. "*. Ça, ce n'était pas étonnant : qui se souvenait du jour de sa naissance ? Pas Darian, en tout-cas. Cela-dit, elle n'avait éclot qu'il y a un an de cela. *" C'était comme se réveiller après un long sommeil, mais c'était la première fois que je me réveillais. Alors j'ai vu ton ombre, à-travers ma coquille, et j'ai ressentit le besoin de m'évader. Je n'avais pas d'idée précise, ce ne fut que de l'instinct. "*.
    -Est-il possible que Rexia m'ait choisie à la naissance ? Voulut-il savoir, tournant le regard vers la professeur et sa compagne invisible.

    Si c'était le cas, cela voulait-il dire que le destin l'avait réellement choisi, l'aidant à trouver cet œuf ? Mh... peut-être se donnait-il un peu trop d'importance, mais dans un sens, ça voulait dire que sa liberté nouvellement acquise faisait enfin de l'effet. Si c'était le cas, il pouvait en remercier les divinités. Quelles divinités ? Ça, il ne savait pas vraiment : le culte n'était pas enseigné aux esclaves. Il voulait bien croire en l'existence d'un ou plusieurs dieux, mais il ne savait pas qui ils étaient ni comment les vénérer.

    Killian s'inquiétait sincèrement de leur sécurité, et même, il le comprit à la suite de son intervention, Katastroféa, à moins qu'elle ne fasse cela que pour faire plaisir à sa dragonnière. Quoi qu'il en soit, cela le toucha : elles les conseillaient sur les endroits à éviter, elles cherchaient même un endroit où ils pourraient trouver asile. N'ayant pas l'habitude, lorsqu'elle lui parla de "famille" et de "travail", il crut qu'elle lui proposeit de lui trouver de nouveaux maîtres qui ne seraient pas dure avec lui... il s'apprêtait à répliquer, lorsqu'il comprit, et il faillit s'étrangler avec sa soupe : elle ne lui proposait pas un travail en-tant que serviteur, mais un vrai travail, comme celui qu'aurait un homme libre de la Ville. Cela eut l'effet d'un tourbillon sur l'esprit de Darian : il s'était préparé à vivre en solitaire, mais on lui proposait d'avoir une vie normale.

    Cela sembla déplaire à Rexia, à moins qu'elle n'apprécie simplement pas le fait qu'elles semblent prétendre qu'elle ne serait pas capable de les protéger contre de simples chasseurs. Mais elle ne fit pas de remarque et laissa Darian s'exprimer : en fait, tout-cela lui faisait peur. C'était tentant, mais... ça semblait si simple, trop simple. Et il ne s'était pas encore départie de sa peur de se retrouver avec d'autres personnes.


    -Je, commença-t-il... je ne sais pas. Vous voulez bien nous laissez la nuit pour réfléchir et en discuter ?
    *" C'est tout réfléchie ! "* répliqua Rexia en frappant le sol de sa queue de mécontentement *" Je croyais que tu ne voulais plus avoir à obéir à personne ! "*.
    *" Ce n'est pas pareil, Rexia. "*, répondit Darian par l'esprit, afin que leur conversation soit privée. *" Elle me propose d'avoir une vie normale et un travail normale, comme un homme libre, au milieu d'autres gents. C'est plus que ce que j'espérais ! "*
    *" Ah oui ? Et si les choses ne se passent pas comme tu l'espères ? Et si tu te retrouves à-nouveau réduit en esclavage, finalement ? "*.
    *" Alors, tu me sauveras encore une fois, et je te promets de te dire "tu avais raison". "*.
    *" Ça ne me plait pas ! Je peux te défendre contre des chasseurs, mais pas contre une armée chevauchant d'autres dragons. "*.
    *" Rexia, je croyais vivre seule avec Imissaire et toi et on me propose de vivre également avec d'autres humains, et libre. Ne voulais-tu pas toi-même côtoyer d'autres dragons ? "*.

    Rexia ouvrit le museau. Il sentit qu'une réplique tentait de percer les ténèbres, derrière son esprit... mais cette réplique ne vint pas. Elle ne trouva rien à lui répondre. Darian avait raison : si elle craignait pour sa sécurité, il serait mieux pour sa vie en général qu'il vive avec d'autres humains, comme elle voulait vivre avec d'autres dragons. Elle referma finalement la gueule sans rien ajouter. Le jeune-garçon eut un sourire amusé : c'était la première fois qu'il réussissait à lui couper le sifflet.
Revenir en haut Aller en bas
Professeur
+ Date d'inscription : 28/11/2014
+ Messages : 261
+ Orbes + Orbes : 419
+ Âge du Personnage : 40 ans.
+ Poste occupé : Professeur d'Herboristerie Avancée ▬ PP Tenebrae (Intérim)
+ Nom du dragon : Katastroféa a.k.a Féa
+ Type de Dragon : Ténèbres
+ Le Don légué : Dévoreur de Vie
+ Inventaire : /
avatar
Killian V. MacElurst
Message Dim 5 Avr - 13:15

« Merci bien. » Répondis-je alors, à son délicieux.

Je n’avais mélangé que quelques plantes, mais je connaissais le temps d’infusion idéal pour chacune, et comment leur goût s’associait de façon idéale. Cela me rappelle que j’avais dû développer ce genre de procédé pour faire manger, à une époque, de la soupe de légumes à ma chère fille.
Buvant ma propre soupe, un léger silence s’installa. Et je commençais ensuite à répondre à leurs questions et interrogations. Après tout, travailler à l’académie Lindorm fait qu’on est quelque peu au fait du fonctionnement du lien homme-dragon, de l’alliance, et de ce genre de détails. Et j’avoue qu’ils étaient attendrissant ce petit trio. Même si cette pensée de ma part fit faire un léger « humpf » à Féa. Agrandissant mon petit sourire en un plus amusé.

*Tu es vraiment jalouse ma chérie ? D’un petit enfant ?
- Ne me taquine pas Killian…Mais, tu es trop gentille avec eux.*


Je fis une délicate caresse là où je savais se trouvait son aile. La faisant frémir. En tout cas, mes mots sur la naissance des dragons semblaient leur parler. Et la question du jeune homme était normale, légitime même si j’en crois le début de leur relation.

« C’est une possibilité. Un dragon qui éclot ne va pas considérer, forcément, le premier humain qu’il voit comme un parent ou un ami. Il est fréquent qu’à peine éclot, ils s’en aillent loin. On pense que dés lors qu’il reste avec celui qui a trouvé leur œuf, c’est qu’il a éclos pour lui. Ou pour un membre futur de sa famille, dans le cas où un enfant est à naître. Mais on ne peut jamais le savoir clairement, c’est plus un ressenti que le dragon et l’humain partage. La sensation d’être destiné, d’avoir toujours existé dans le but de cette rencontre… »

J’ignore si j’explique correctement. Je dois dire que pour moi, je ne peux plus imaginer ce qu’aurait été ma vie sans ma belle Féa. Elle m’a sauvé. Me complète. Et je me sens entière entre ses bras, ou lorsque nos esprits se frôlent.
Enfin, nous avions continué notre discussion. Et la proposition de Katastroféa me semblait digne d’une certaine logique. Et j’avoue que je suis heureuse qu’elle fasse des efforts envers les plus jeunes. Même si elle cherche à nier avoir voulu les aider simplement. Quelle mauvaise foi terrible.
Mais je ne compris pas spécialement de suite pourquoi il semblait si surpris par mes propositions ou idées. N’est-il pas logique de trouver un moyen de l’aider à subvenir à ses besoins.


« Évidemment. Vous êtes deux, non trois, à devoir prendre cette décision. »

Même si je pense que la petite renarde voudra simplement rester prés de la dragonne et de l’enfant, qu’elle semble avoir pris en affection. Et c’est l’éclat de la dragonne qui me donna un indice sur ce que devais être leur conversation. Car à n’en pas douter, il lui répondait par l’esprit.
Je restais donc en retrait, le laissant gérer. Il semblait avoir les bons mots, car elle se calma. Mais je compris que j’avais eu raison de penser qu’il était un enfant esclave, et en fuite.


« Je pense que le Gouverneur du Narthan n’aura de mal à vous déclarer citoyen Narthe…ou même n’importe quel gouverneur des Territoires. Car j’imagine que vous venez de quelque part des fameuses « Terres Inconnues » pour en savoir si peu sur les dragons. Chez nous, l’esclavage est interdit. Il n’y a que sur les Îles Célestes que c’est encore pratiqué, c’est pour cela que je vous déconseille ces terres. En tout cas, en devenant un citoyen d’un Territoire, vous pourrez entrer en tant qu’apprenti auprès d’un artisan et être formé à un travail. »

Marquant une pause, c’est ma belle alliée qui continua :

« Ou lorsque le petit homme aura atteint sa seizième année, vous pourrez toujours tenter l’épreuve d’alliance et devenir dragonnier. Cela assure un avenir fiable si aucun métier plus standard ne plait. Et on reste avec celui qu’on a choisit…lié à jamais. Vu comment tu as l’air de tenir à lui, c’est aussi une idée à creuser et réfléchir pour vous deux. Pas comme si y’avais un âge maximum pour tenter l’épreuve en plus ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://folio-adark.voila.net/ http://lindorm.forum2ouf.com/t1412-les-liens-qui-donnent-naissance-a-ta-jalousie http://lindorm.forum2ouf.com/t1420-la-vie-d-une-herboriste
avatarInvité
Message Ven 10 Avr - 20:56

    En réalité, il n'y avait plus grand-chose à discuter en-rapport avec cette histoire : Darian avait réussi à convaincre son amie que si il décidait de faire cela, ce serait pour lui la meilleure solution. Encore fallait-il qu'il décide de le faire malgré-tout... ça en prenait le chemin, mais c'était assez difficile, pour lui. En un sens, il avait envie de le faire, et dans l'autre sens, il craignait d'être déçu. Il s'était fait à l'idée de vivre avec ses deux amies, seul humain dans un monde sauvage. Son idée n'était pas arrêté là-dessus, cela-dit, surtout maintenant qu'elle le tentait avec cette possible existence. Mais si les choses ne se passaient pas comme il l'espérait ? Si, au contraire, il partait pour une vie pire que celle qu'il venait de quitter ? Ça lui semblait difficile à réaliser, mais il avait appris à être près à tout, même au pire. Mais en même-temps, rien ne l'empêchait d'essayer... il serait déçu, si tout raté, mais il savait que son amie serait là pour le sauver... ou tout-du-moins, qu'elle essaierait, comme elle était venue à son secours une semaine plus tôt. Et si tout fonctionnait comme elle le lui promettait, alors sa vie prendrait un tournant décisif et il oublierait à jamais son triste passé.

    Et ses camarades, que pensaient-elles de tout-ça ? Rexia avait accepté qu'il y réfléchisse et elle suivrait son choix, surtout que ce serait alors l'occasion pour elle de rencontrer d'autres dragons, qui seraient, elle l'espérait, plus sympathiques que Katastroféa. Mais elle n'aimait malgré-tout pas l'idée que son ami soit entourait d'autres humains, de menaces éventuelles. Bien qu'elle supposait qu'elle n'en trouverait pas, elle essayer encore, au font de sa tête, de réfléchir à une raison qui pourrait le pousser à ne pas tenter cela. Mais bon, dans un sens, il avait raison : si les choses se passaient bien, c'était la promesse d'une meilleure vie pour lui comme pour elle, et si ça se passait mal, ils seraient toujours à-temps de s'enfuir une fois de plus. Killian avait parlé de ces lieux, les terres inconnue, où les habitants des pays voisins ne s'aventuraient pas... sauf que la Ville s'était érigé dans ces terres inconnues, un lieu unique où il n'y avait pas de danger. Il devait y en avoir d'autres, quelque-part. Elle tacherait alors de leur trouver un territoire où ils seraient bien et où ni les esclavagistes, ni quoi que ce soit d'autre ne viendrait les chercher. Et pour ce qui était d'Imissaire, et bien, la petite renarde ne comprenait pas vraiment ce qu'il se passait, elle se contentait de suivre la conversation tout en restant cachée au regard des deux étrangères. Mais si on lui expliquait en son langage et qu'on lui demandait son avis, et bien elle ne serait pas contre une vie au chaud et en sécurité. Une vie d'animal domestique dormant sur un coussin pourrait surement la séduire.

    Les explications de la femme n'étaient pas aussi incompréhensibles que cela... en fait, Darian avait l'impression de saisir l’ampleur de ses paroles, et ceux pour une simple raison : il n'avait été destiné à rien, tout au long de sa vie, si ce n'est à obéir. Maintenant qu'il y pensait, son esprit avait pratiquement occulté tout souvenir d'avant le jour de l'éclosion de Rexia, comme si il avait réellement commencé à vivre ce jour-là. Bien-sûr, certains événements importants de sa vie lui restaient en mémoire, comme le jour où on l'acheta, ce qu'on lui apprit, ou, plus lointain, le jour où on le sépara de sa mère... à cette pensée, il tata de façon rêveur un petit objet dans sa poche. Cela-dit, rien de beau, jusqu'à sa rencontre avec la petite dragonne qui lui avait donné un sens, quelque-chose à penser, une personne en qui croire. Il ne pouvait être sûr de rien, mais il avait réellement l'impression que la dragonne l'avait choisi, qu'ils étaient destinés... aux yeux de celle-ci, c'était clair qu'ils l'étaient : jamais, au cour de sa vie, elle n'avait voulu quitté Darian. Cela-dit, elle se garda bien d'avouer que c'était parce qu'elle le prenait, au début, pour sa mère, et que maintenant elle le voyait comme un petit frère qu'elle devait protéger.


    -Je crois que... je comprend, dit finalement Darian, sortant de sa rêverie. Il est vrai que depuis que je connais Rexia, j'ai l'impression que mon existence a vraiment commencée. Je crois bien que si elle ne m'avais pas poussé, je n'aurais jamais songé à m'enfuir.
    *" Il a quand-même fallu que tu manques d'être tué avant de te décider "*, signala-t-elle, moqueuse, avant de continuer : *" Mais de mon côté, je n'ai jamais songé à le quitter, et chaque jour à le voir se faire maltraiter et se soumettre à été pour moi un calvaire. Que l'on soit destiné l'un à l'autre ou pas, je crois que notre lien est aussi puissant que le votre. "*.

    Peut-être pas autant, elle ne le voyait pas avec les yeux que Katastroféa avait pour sa dragonnière. Mais ils s'aimaient malgré-tout autant que si ils formaient une famille. Touché par sa sollicitude, Darian posa une main sur son épaule et sourit.

    La jeune femme et sa dragonne continuèrent à leur parler des territoires et de leurs possibilités si ils devenaient citoyens... citoyens... Darian n'avait pas fait le rapprochement, mais elle lui annonçait ouvertement que si il prenait un travail et se faisait accepté dans un pays, il deviendrai un citoyen. Ce pouvait sembler si simple, mais pour lui, ça signifiait beaucoup : ce ne serait que la confirmation qu'il était libre, un homme normal, et qu'il faisait partie d'une nation. Qu'il existait en-tant que personne, pas en-tant qu'objet. Sur le coup, ce fut cette partie qui l'intéressa avant-tout, alors que Rexia, se fichant d'avantage du titre de citoyen, s'intéressa grandement à ce que dit sa semblable :


    *" Oh, vraiment !? *" s’exclama-t-elle *" Nous pourrions nous lier, comme vous-deux ? Je ne sais pas pourquoi, mais j'ai l'impression que c'est ce que j'ai attendu toute ma vie, alors que j'ignorais encore il y a une demi-heure ce qu'était un dragonnier. Comment marche le lien ? "*.

    Darian, lui, avait le regard plongé vers l'horizon. Il ne regardait rien en particulier, il faisait trop noir, de toute-façon. Mais il songeait...

    -Le monde semble si vaste, quand vous en parlez, dit-il.

    Il était parti en ayant en tête que le monde n'était pas plus grand qu'une grande île et qu'il n'y aurait pas tellement d'endroit que ça où il pourrait se cacher. C'était la raison pour laquelle, avant cette nuit, il avait pas eu l'espoir de vivre dans une autre ville. Il en était encore à croire que la planète était plate. Finalement, il se tourna vers Killian et posa, à son tour, une question :


    -Combien existe-t-il de territoires ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Message

Revenir en haut Aller en bas

Une musique sur les Monts Cendrés.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lindorm :: La Taverne du Flood :: Le Grenier de Lindorm :: Les Archives RP :: Rp V2 saison 1-