AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez|

Un amour vache.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatarInvité
Message Ven 27 Fév - 19:42

Voilà plusieurs jours que Xilness et Drök avaient quitté Nordheim, essayant de fuir les forces de l'ordre. L'homme n'aimait pas se défiler, de ne pas faire face a ses adversaires mais il n'avait pas le choix, il voulait vivre et comptais bien continuer à faire régner la terreur ! La route avait été longue. Drök avait beau être assez lent, il n'était pas moins endurant. Le dragon n'aimait pas avoir de selle, ces objets lui donnait l'impression d'avoir des chaînes, d'être obligé d'obéir aux désirs de celui qui chevauche. Déjà qu'il lui était assez difficile de supporter Xilness sur son dos alors un objet en cuir...
L'homme s'était calé entre des écailles là où c'était assez plat et à peu près confortable. Il arrivait assez bien à tenir en place.

Enfin le soleil réchauffait les deux fugitifs, enfin l'air était chaud... Nordheim.. Ils y étaient vraiment allés que pour tenter d'échapper aux forces de l'ordre. La neige, le vent glacial.. Quelle horreur ! Tous deux venaient de Narthan, la chaleur, les volcans... C'était naturel pour eux ! Le froid, ils détestaient.

Au loin, Xilness et Drök aperçurent un vaste océan aussi bleu que le ciel qui entourait une grande île sablée où de loin, l'on pouvait distinguer des bateaux, des maisons éparpillées un peu partout... Xilness soupira de soulagement. Enfin il pouvait mettre pied à terre. Même si il était doué en chevauchée draconique, il préférais de loin marcher ou courir. Drök prit soin de survoler très haut au dessus de l'île évitant d'attirer l'attention. Dans un pays où les dragons d'eau étaient répendus, un dragon de lave ne pouvait que marquer les esprits. Le dragon atterrissait avec lourdeur, faisant trembler l'environnement alentour. Il avait prit soin de se poser à un endroit où il n'avait vu aucune habitation, laissant le loisir à son compagnon de marcher jusqu'à la capitale.

Xilness se releva et bondit au sol, content de pouvoir faire autre chose qu'être sur un lézard à longueur de journée. Certes, parfois quand il n'y avait pas de perturbation il marchait de long en large sur le dragon de lave, faisait des échauffements, ce qui énervait Drök au plus au point. Mais l'homme voulait sentir la terre ferme, sentir du sable... Tout sauf des écailles rugueuses qui avaient tendance à déchirer ses vêtements... Xilness était sûr que les avis de recherches sur sa personne ne seraient pas à Waterfield. Il avait pu constater dans le passé que les Seamen recevaient les informations en retard par rapport aux autres nations. Peut-être était-ce à cause des nombreuses tempêtes ? L'homme frissonna à la pensée des déluges que lui et son compagnon avaient subi. C'était un miracle que Drök n'ait pas perdu le contrôle de lui-même et ne se soit pas échoué dans le grand bleu.

Le fugitif se sépara de son compagnon de vol, tout en lui tournant le dos, l'homme leva la main en un bref salut et s'enfonça dans la forêt de palmiers. D'une main évasive, il vérifiait que sa belle bourse en cuir était bien attachée a une de ses ceinture. L'objet était usé et bien rempli. Tout cet argent était dû à tout les contrats et meurtre que Xilness dû commettre et qui lui avait vallu d'être aussi recherché... Enfin arrivé a la lisière de la forêt, une plage s'étendait à ses pieds. Des plateforme en bois se tenaient au dessus de l'eau grâce à des poteaux plantés dans le sable immergé par l'océan. Des bateaux avaient déjà quitté le port et d'autres étaient encore amarrés. L'assassin ne voulait pas s'attarder a Waterfield, plus loin il serait, mieux c'était. Mais il devait s'arrêter pour se ravitailler. Durant son voyage à Nordheim il avait été blessé plusieurs fois et dû se servir de ses réserves de baumes et de plantes ainsi que du pain qu'il avait consommé durant son voyage. Il ne voulait pas acheter de poisson même si c'était la spécialité locale. Lui il aimait tout sauf le poisson.

Le soleil était haut dans le ciel et frappait fort. Ce qui permettait a Xilness d'avoir un prétexte pour mettre ses mains en visière tentant de cacher ses yeux vairons qui sortaient de l'ordinaire. Diable pourquoi l'Alliance lui avait léguer des yeux pareils ?! Il lui était très difficile de les dissimuler pour passer inaperçu... Si ses cheveux étaient devenus violets il aurait pu les teindre mais là.... Le fugitif avait atteint une grande place où plein d'étals étaient disposés et les vendeurs s'égosillaient pour vendre leurs marchandise. Xilness essayait de repérer parmis la foule compacte un étal où il y aurait des baumes, des plantes... Constatant que la place était bondée, il ramenait sa main sur sa bourse. Qui dit grande foule dit vol à la tire. Le temps passait et l'assassin commençait à s'impatienter. Il avait une envie folle de tous les pousser, peut importait si les personnes bousculée serait mal tombée ou non. Les poings crispés il allait joindre les gestes à sa pensée quand, une irruption se fit dans son esprit:

"Xilness, commence pas a foutre la merde ! Il est hors de question que l'on reparte de suite parce que monsieur ne supporte pas la foule ! Je tiens à me reposer du long voyage ! C'est pas toi qui a voler et braver les tempêtes je te ferais remarquer !"

"Ferme-la stupide lézard ! J't'ai pas demandé ton avis."

Cette courte discussion suffit de mettre l'homme encore plus de mauvaise humeur. Mais il ne voulait pas avouer que Drök avait raison. Tant qu'ils auraient pas les provisions il ne devait pas se faire remarquer. Il prit son mal en patience, crispant la machoire, serrant les poings. Les veines sur ses bras devenaient saillantes exprimant sa nervosité. Xilness pu enfin passer au travers de la foule, se retenant de les expédier à coup de pied. Enfin il trouva l'étal tant convoité ! L'homme s'accaparait de toutes les plantes dont il avait besoin, ne laissant aucunes chance a quiconque souhaiterai avoir ce qu'il prenait. Le vendeur ne disait rien puisqu'il avait remarqué la belle bourse bien remplie. Et puis, du coin de l'oeil, des cheveux aussi blancs que la neige attirait son attention. Il fit mine de ne pas remarquer la tête blanche et de but en blanc, il senti une de ses ceinture entrer dans sa chair. Les gestes vifs, il se tourna vers son assaillant, referma sa main avec une grande force sur un poignet fin et délicat. Xilness fit face a son voleur qui tenait encore la bourse. C'était une jeune femme qui avait les cheveux d'un blanc pur, le teint aussi clair que la lune et avait des yeux d'un bleu-vert envoûtant. Sur son visage on pouvait distinctement y lire l'effroi. Le fugitif la fusillait du regard. Comment avait-elle osé s'en prendre à lui et son argent durement gagné ? Il resserra sa prise, l'incitant à lâcher l'objet tant convoité. De sa main libre, il récupéra au vol sa bourse et l'enfonça dans sa poche. Ensuite, il attira la jeune femme terrorisée jusqu'à lui. Les yeux dans les yeux, il ne lâchait pas prise.

"Soit tu es complètement stupide, soit tu as du courage pour avoir oser essayer de me voler." chuchotait-il avec un calme effrayant.

Le visage de la jeune femme se tordait de douleur. L'homme qui tenait l'étal d'herbes médicinales défendait la jeune femme.

"Monsieur, vous voyez bien qu'elle est effrayée. Cela ne servirait a rien de lui faire du mal, elle a compris la leçon..."

Xilness tourna son regard vers le vendeur et le toisa.

"La ferme le vieux ! Je ne tolère pas que quelqu'un me vole. (Un sourire cruel se dessina sur ses lèvres) Je vais lui faire comprendre ce que c'est de s'en prendre à moi..."

Les yeux de la voleuse s'écarquillèrent et se débattit du mieux qu'elle pouvait mais n'arrivait pas a se libérer de l'emprise de son prisonnier. Et à travers le brouhaha de la foule, un rugissement féroce retentit sur toute la surface de la place qui provoqua un mouvement de panique. Des battements d'ailes frénétiques résonnaient dans les tympans de Xilness. C'est alors qu'il vit un dragon ayant des nuances de vert sur le dos ainsi que des nuances de bleu sur le ventre. Il était plus petit que Drök mais il déployait ses crêtes pour prévenir son adversaire qu'il comptait lui faire la peau. Ses babines étaient retroussées, découvrant des dents fines ayant l'air aussi aiguisées que des couteaux. Le dragon cracha un jet d'eau puissant sur la poitrine de Xilness qui était protégée par un plastron en acier. Ce dernier fut propulsé en arrière et lâcha sa prise par mégarde.

La jeune fille monta sur le dragon d'eau et s'envolèrent. L'homme se remit sur ses pieds fou de rage. Il s'était fait avoir comme un bleu ! La mâchoire crispée, le regard plein de haine, il fixait le duo s'échapper par la voie des airs. Le fugitif siffla entre ses dents.

"Drök ! aboya-t-il. Ramène-toi, je vais leurs faire la peau !"

"Et moi qui t'avais dis de pas te faire remarquer..." Se contentait-il de répondre.

Xilness couru jusqu'à la plage de sable pour faciliter l'atterrissage du dragon de lave. Ce dernier arriva aussitôt et n'eut pas le temps d'atterrir que, avec une fougue incroyable l'homme était déjà sur le dos du dragon. Le fugitif indiqua la direction que les fugitifs avaient prise et la créature s'élança.

Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité
Message Ven 27 Fév - 19:47

C'était une belle journée ensoleillée. Waterfield était en activité constante avec tous les pêcheurs et comme ce jour-là il y avait le marché... De leurs petites île Djayl et Cyris arrivaient à entendre les marchands crier, s'égosillant, tentant de vendre leurs articles... La jeune femme et son ami avaient déjà essayé de pêcher mais les poissons avaient été en grande parti attrapés par les pêcheurs et des prédateurs. Le dragon d'eau avait réussi à attraper ses proies mais les Poisson-lumière passaient entre les doigts de la jeune fille. Et manque de chance, quand elle essaya de mettre pied à terre, ses jambes étaient toutes deux du côté gauche quand la selle craqua et Cyris se retrouva sur les fesses. Décidément ce n'était pas sa journée et le sel de l'océan eu raison du cuir.

Exaspérée, elle décida d'aller au marché et faire ce qu'elle aimait le moins: voler. Son estomac criait famine et sa selle artisanale avait lâché. Seul l'argent pourrait lui permettre de manger et d'avoir une nouvelle selle. Djayl l'observait calmement avec de grands yeux. Cyris avait décidé de ne plus manger le poisson régurgité par son ami car elle trouvait ça répugnant même si elle dû en manger souvent, elle voulait éviter et son ami respectait cela. La jeune femme se tourna vers la ville et, sans rien dire, le dragon d'eau s'enfonça dans l'eau salée en douceur et attendit que sa complice le rejoigne. Cette dernière s'était accrochée à lui du mieux qu'elle le pouvait. La peau écaillée de Djayl était aussi lisse et gluante qu'un poisson. Le dragon nagea doucement mais sûrement et surveillait son amie. Cyris ne savait toujours pas nager et avait peur de l'eau quand elle n'était pas avec le dragon.

Ils arrivèrent sur la plage où se trouvait l'entrée du village. Djayl restait dans l'eau tandis que son amie partie en direction de la grande place, espérait réussir a voler sans se faire prendre. Il y avait énormément de monde. Il y avait beaucoup de brouhah, c'était insupportable. Elle se sentait confinée dans un espace restreint. Mais comment des personnes pouvaient aimer être dans ce chaos total ? La jeune femme se le demandait. Elle se frayait un chemin tant bien que mal tout en observant les personnes qui croisaient sa route, cherchant des yeux une bourse facile d'accès. Mais les Seamen et les Seagirl savaient qu'à Waterfield bon nombre de vols étaient commis sur la grande place. Les femmes avaient des sacs qui renfermaient leurs trésors et les gardait sous leurs bras et les hommes mettaient les bourses dans les poches de leurs pantalons.

Seul les touristes se faisaient avoir par les voleurs mais malheureusement il y avait peu de visiteur ces derniers temps... C'est alors que Cyris repéra une belle bourse en cuir toute rebondie et abîmé qu'elle pensa que la chance tournait enfin ! Elle observait vaguement le porteur et ce dernier avait l'air très occupé. Elle en profita. La jeune fille passait doucement à côté de lui feignant d'être une potentielle acheteuse. Elle surveillait un éventuel passage pour prendre la fuite et quand elle en vit un, elle se jeta sur la bourse et entreprit de courir mais une main attrapa son poignet avec une telle brutalité qu'elle en fut surprise. C'était l'homme qu'elle essayait de voler qui l'avait prise les mains dans le sac. Son emprise lui fit tellement mal qu'a regret elle dû lâcher l'objet. Cyris était totalement paniquée et effrayée et voyait dans le regard de l'homme qu'elle avait fait une grave erreur. Elle s'était contenté de fixer la bourse mais n'avait pas pris le temps d'observer celui qui la détenait. Et elle était prise au piège.

Quand l'homme approcha son visage, le coeur de la jeune fille battait la chamade. De près elle constata quelque chose d'étrange. L'homme avait un oeil violet et l'autre pourpre. Aucun humain normal ne pouvait avoir des yeux pareil ! Cette déduction lui glaça le sang. La jeune femme fut soulagée un court instant quand le vendeur prenait sa défense.
À la vue du sourire cruel sur les lèvres de l'inconnu, un frisson parcouru l'échine de la jeune femme et en elle un cri de détresse résonnait dans tout son être mais rien ne sortait de sa bouche, elle était totalement paralysée par la peur.

Un rugissement féroce mais pas inconnu ainsi que des battements d'ailes frénétiques fit fuir les visiteurs. Ils se bousculaient sans vergogne, luttant pour leurs vie. Montrant leurs instinct primaire. Seul l'homme qui la détenait restait impassible, focalisé sur sa proie. Djayl se précipita aux côtés de son amie, fit danser ses crêtes avec vivacité, provoquant et prévenant l'assaillant de Cyris. Constatant que l'homme ne bougeait pas d'un pouce, le dragon cracha un jet d'eau assez puissant pour renverser l'inconnu. La jeune femme se précipita vers son ami et s'installa à l'endroit où il y avait la selle, espérant que l'homme n'ait pas de dragon et que Djayl ne fasse pas trop de mouvements brusques sinon elle glisserait et tomberait à l'eau pour se noyer par la suite.

La jeune femme encercla de ses membres le cou de don compagnon aussi fort qu'elle le pouvait mais glissait toujours. Le dragon d'eau se propulsa dans les airs et Cyris serra son étreinte du mieux qu'elle le pouvait, un cri sourd s'échappa de sa bouche. Elle craignait de tomber. Djayl accéléra la cadence, voulant à tout prix semer leurs ennemi. Il filait droit devant, évitant de se diriger vers leurs "logis" ne voulant pas dévoiler leurs chez eux à l'inconnu. Peu importait si il devrait voler des heures voir des jours entier, ce qui comptait pour lui c'était que son amie et lui ne soient plus en danger. Le dragon d'eau allait à droite et à gauche, passant derrière des rochers gigantesque, derrière des bateaux a voiles large... La jeune fille tenait bon malgré tout. Encore un peu et ils pourraient se poser vu que l'assaillant ne s'était pas manifesté.

Djayl bascula sa queue qui servait de gouvernail et entamait un virage quand, du coin de l'oeil, il aperçu une créature qui, de loin, ressemblait à un rocher avec des ailes. Le dragon d'eau planait durant un instant et scrutait la chose qui les suivait. Quand la créature étrange gagnait un peu plus de terrain, le dragon d'eau reconnu tout de suite l'homme qui menaçait Cyris. De plus près il découvrit que la créature étrange était un dragon comme il n'en avait jamais vu. Djayl grogna et fronça les "sourcils" écailleuses. Le dragon replia ses ailes, pivota sur le côté et se laissait tomber. Son corps plongea tandis que la jeune femme se cramponnait de toutes ses forces. Il descendait en piquet quand la surface de l'océan fut bien proche, il se courba vers le haut et déployait ses ailes membraneuses et remonta en flèche au côté opposé où était apparu la créature.

Cyris n'en pouvait plus, ses bras se détachèrent du cou de Djayl et ses jambes suivirent tandis que le dragon d'eau poursuivit son ascension avec frénésie, la jeune femme était en chute libre et criait sa détresse, son ami s'apercevant assez tard qu'elle était tombée tant il était obsédé par la fuite mouvementée qu'avait provoqué cet inconnu et son argent. Pris de panique, il s'arrêta net et plongea, les ailes repliées essayant à tout prix de rattraper son amie en danger.

La jeune femme vivait son pire cauchemar. Djayl se tenait à plusieurs mètres au dessus d'elle tandis que dessous le grand bleu se rapprochait dangereusement. Vu la hauteur d'où elle tombait, le choc à la surface de l'eau serait semblable à une chute sur le sol dur et la tuerait. Le dragon d'eau devait faire vite ! Il gagnait en vitesse et se rapprochait de son amie.

Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité
Message Ven 27 Fév - 23:41

Drök avec sa lenteur, faisait son possible pour rattraper les fuyards. Certes il n'était pas un dragon de compétition mais était très endurant et peut-être ce fait serait un atout dans cette poursuite. Le dragon de lave ne comprenait pas pourquoi son acolyte voulait à tout prix rattraper cette voleuse. Il lui avait fait très peur et normalement cela convenait à Xilness car voir l'effroi déformer le visage des personnes ayant osé le voler lui procurait un plaisir malsaint. Mais pourquoi persistait-il ?

L'assassin se tenait accroupi sur les écailles rugueuses de son compagnon. Guettant la moindre créature volante. Le vent chaud fouettait son visage. Cette chaleur lui manquait horriblement quand il était à Nordheim. Il pouvait enfin en profiter ! Mais cette femme, cette voleuse... Il voulait à tout prix lui faire payer cet affront. Elle lui donnait envie de s'acharner sur elle.

Le temps passait, le soleil déclinait petit à petit et le tueur à gage commençait à désespérer. Le dragon de lave survolait l'océan, attentif au moindre mouvement. Au loin un grand bateau toutes voiles déployées se laissait porter par le vent. Une silhouette vive ombrageait une partie des voiles du navire. Elle attira l'attention de Xilness et de Drök.

"Y aurait-il une chance que ce soit ces vauriens ?" questionna le dragon de lave dans la tête de l'assassin.

"Ce ne sont pas les seuls dragonniers dans ce monde mais rien nous interdit de nous rapprocher... Va falloir que tu active tes vieilles écailles le vieux !" répondit le tueur à gage tout en narguant son interlocuteur.

Drök n'appréciant guère que son acolyte le traite de "vieux", sans prévenir fit un tonneau, tentant de désarçonner le dragonnier. Mais ce dernier connaissait bien son camarade reptilien et se maintenait fermement avant même que le dragon de lave eu l'idée d'essayer de le faire tomber.

"Tu es trop prévisible mon gros !" balança l'homme.

"Tu vas voir toi... (Il grogna:) Je compte bien me venger, tu auras intérêt à dormir sur une seule oreille !" aboya le dragon de lave.

"Comme si tu m'effrayais ! Maintenant redresse-toi, le sang me monte à la tête."

Le dragon continua le chemin dos face à l'océan. Il comptait bien embêter le Narth le plus possible ! Mais lui aussi au bout d'un certain temps se sentait mal alors il se redressa, au grand soulagement de Xilness. L'homme nota que la créature qu'ils avaient aperçu avait tendance à prendre toutes les directions possibles. Le tueur en était convaincu: c'était la voleuse et son dragon jet d'eau. Drök accéléra la cadence, risquant de se fatiguer mais ils se rapprochaient de leurs but. Le dragon de lave constata que la créature était bel et bien celle qui avait propulsé le Narth à coup de jet d'eau. Il remarque aussi que le dragon avait ralenti et volait plus calmement alors le dragon de lave en profita pour maintenir son allure et se reposer. Xilness aurait préféré avoir un dragon plus rapide mais le fait que son compagnon compensait cela avec de l'endurance et une force qui dépassait l'entendement ça lui convenait car ils arrivaient toujours à bout de leurs objectifs.

Un temps passa tandis que le dragon et son dragonnier filaient les deux fuyards. Jusqu'au moment où durant un virage, le dragon d'eau remarqua leur présence. Ce dernier marqua un temps avant de plonger.

"Vite faut pas qu'il aille dans l'eau sinon nous sommes foutu !" hurla l'homme dans la tête de son compagnon à écaille.

"Je suis pas débile, pas la peine de hurler, j'allais plonger avant même que tu ne le pense !" le dragon plongea à son tour.

En chute libre rien n'était fatiguant. Il fallait juste se laisser tomber. Le Narth quant à lui, avait une position de surfeur et se maintenait aux écailles rocheuses. Drök se rapprochait de plus en plus du dragon d'eau grâce à son poids sûrement deux fois plus supérieur au fugitif écailleux. Ce dernier, se courba et déploya ses ailes et fit son ascension en flèche.

"Tsss... C'était un leurre ! La sale fripouille... Je dois avouer que pour une bestiole il a du cerveau celui-là !" transmettra Xilness au dragon de lave.

Ce dernier secoua son corps ce qui fit comme un tremblement de terre pour le tueur. Le dragon de lave eu un sourire satisfait à la vu de son camarade peinant à tenir place. Drök suivait le dragon d'eau à la trace mais le fugitif avait une bonne longueur d'avance grâce à sa manoeuvre plutôt astucieuse.

C'est là qu'à contre jour, devant le soleil couchant, une silhouette humaine se détachait de celle de la créature. Des cris féminins vrillaient les tympans de Xilness et du dragon de lave. La silhouette du dragon plongea vers la jeune femme qui allait tomber à corps perdu dans la vaste étendue d'eau.

"Occupe-toi du reptile, je me charge d'elle." ordonna l'homme.

Drök fonçait vers la jeune femme. Assez près, l'assassin pris son élan et se jeta dans le vide. Le dragon de lave, une fois son acolyte en plein plongeon, se redressa et intercepta l'autre dragon. Il l'attrapa avec ses serres aiguisées et le blessa. Avec sa queue semblable à une massue, il essayait d'assommer l'autre créature. Par inadvertance il déchira la membrane d'une des ailes du dragon d'eau.

Xilness avait réussi à intercepter la jeune femme et fit barrage de son corps. L'eau le frappa de plein fouet. Ses "écailles" apparurent pour éviter toutes blessures laissant la douleur à l'homme et se dissipa ensuite dans le liquide, faisant apparaître des bulles brûlantes autour d'eux. Se remettant tant bien que mal de la douleur, il maintenait la jeune fille près de lui et remonta à la surface et nageait. Ils s'échouèrent sur une plage, le jeune homme visiblement fatigué, le souffle halentant, essayait de récupérer.

Un tremblement se fit sentir et vibra jusqu'au plus profond du Narth. C'était Drök qui les avais rejoins, seul. Xilness se releva et se colla contre le flanc du dragon de lave. La forte température eu raison de l'eau qui se changea en fumée blanche. Le dragon recula brusquement.

"Je ne suis pas ton séchoir, débrouille-toi pour sécher tes vêtements. Espèce de fénéant qui n'est pas foutu de faire du feu..." râlait le dragon de lave dans la tête de son acolyte.

"Tsss... Je ne me gênerai pas de te balancer un seau d'eau glacée dans la tronche !" ripostait Xilness.


Le Narth attrapa le col de la voleuse et la traina sur du sable plus sec, près du dragon de lave, s'assurant que ce dernier surveillait bien la captive et parti chercher du combustible. Des bois morts dans les bras, il fit un trou avec son pied dans le sable, déposa les branchages et essayait de faire des étincelles en frottant des branches entre elles. Une demi-heure plus tard, un feu démarrait enfin. L'obscurité régnait désormais. L'homme s'installa face au feu, le regard dans le vide. Son estomac lâchait un râle.

"Hé hé hé... Y en a un qui a faim." nargua le dragon de lave dans la tête de son acolyte.

"Tu as deviné ça tout seul ?" ironisait le tueur à gage.

Xilness s'enfonça dans la forêt avec un bâton qu'il avait aiguisé avec des galets coupants. Drök observait la jeune femme et se préparait en cas de tentative de fuite. Deux heures plus tard, l'assassin revenait avec le cadavre d'un lapin affreusement mutilé. Il le dépeça, le vida et l'embrocha sur la branche qui lui avait servi de lance auparavant. La viande cuite, il croqua dedans tel un sauvage. Ce qu'il avait faim !

"Tu as toujours été un piètre chasseur, commença le dragon de lave par télépathie. Tu as été obligé de t'acharner sur la tête de cette créature pour la tuer et qui plus est, à voir sa maigreur, tu t'es attaqué à un faible. Pitoyable."

"Si ça te dérange tant que ça, t'avais qu'à chasser à ma place et peut-être tu aurais réussi à attraper un Véracéros ! Mais vu ta "rapidité", il aura le temps de creuser un tunnel et traverser le continent !" Ripostait Xilness.

Ignorant l'existence de la jeune femme, tout en gardant un oeil sur elle, il s'étala de tout son long, les bras croisés sous sa tête, il observait la voûte céleste parsemée de points lumineux. Il se reposait enfin. Aucun militaire ou autre ne le coursait, il reprenait enfin véritablement son souffle. Sauf quand il dû courser cette cleptomane... Il laissa tomber sa tête sur le côté, ainsi il pouvait surveiller la jeune fille qui profitait de la chaleur du feu.

"Que pourrais-je lui faire subir pour payer cet affront ?" se demandait-il.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Message

Revenir en haut Aller en bas

Un amour vache.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lindorm :: La Taverne du Flood :: Le Grenier de Lindorm :: Les Archives RP :: Rp V2 saison 1-