AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez|

La vérité, l'âpre vérité.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
vent de la liberte
+ Date d'inscription : 26/08/2014
+ Messages : 1237
+ Orbes + Orbes : 1556
+ Âge du Personnage : 22
+ Poste occupé : Chef du Vent de la Liberté
+ Nom du dragon : Norn
+ Type de Dragon : Air
+ Le Don légué : Flèche de Vent
avatar
Maelen Ortega
Message Dim 29 Mar - 23:34


Il courait le Ventus. Il courait dans le vent du printemps, sa longue chevelure blanche attachée en queue de cheval haute sur son crâne. Le soleil était debout depuis à peine une heure et après un déjeuner rapide, Maelen avait enfilé ses chaussures de sport, son long caleçon noir et un débardeur blanc en lin pour aller se défouler.
Il avait besoin de penser à autre chose, de ne pas penser au fait qu'il n'avait pas été là pour défendre Lindorm lors de l'attaque. Pour calmer les battements de son cœur qui tambourinait dans sa poitrine rien qu'à l'idée que Shaem ou Estefania aurait pu être là, qu'ils auraient pu les perdre, l'un ou l'autre. L'un comme l'autre.

Il ne faisait pas froid, mais la chaleur du printemps ne s'était pas encore installée. De retour de Nelhora, il avait reprit ses habitudes, ses petits entraînements quotidiens. Il voulait prouver qu'on pouvait compter sur lui, être moins nerveux, plus réfléchit, alors il courrait, s'entraînait pour canaliser ce trop plein d'énergie qui vibrait en lui et qui lui faisait faire n'importe quoi. De ses vacances avec Shaem, il avait gagné une légère couleur dorée, quelques muscles suite à des entraînement que le Saabi l'avait forcé à suivre et une perte de poids qui le rendait un peu plus sec. Moins juvénile. Maelen s'était même rendu compte qu'il avait prit quelques centimètres de puis le début de l'année. Certains pantalons lui arrivait maintenant au dessus des chevilles.

Essoufflé par ses tours de terrains, il finit par ralentir le rythme et fit un dernier tour en marchant rapidement, calmant un léger point de côté. Il rejoint un banc ou il avait posé une serviette propre et s'essuya rapidement le visage et la nuque. Inspirant profondément, il sonda le terrain et profita du fait qu'il n'y avait encore personne pour s'asseoir dans l'herbe, calant ses pieds sous le banc pour faire des abdominaux.
Son corps se dessinait peu à peu, et il en devenait le maître. Sa peur du vide s'estompait et il se sentait plus serein.

Il y avait encore du travail à faire, mais il était déjà heureux de constater les changements. Ses mains derrière sa tête, il toucha ses genoux avec ses coudes et continua sur sa lancée.

Perdu dans ses pensées, il se mit à penser à Shaem, puis à Estefania et se promit d'aller la voir, de lui dire, combien il était heureux qu'elle soit encore en vie.
Beaucoup de chose avait été bouclé pour le mariage et la date approchait. Cela l'angoissait autant que le rendait heureux.

Il ne savait toujours pas sur quel pied danser et cela le faisait sourire. Après tout, grâce à ça, chaque journée était différente....


“La révolution, c’est une tentative pour faire aboutir les rêves.”
Robert Rosenstone
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lindorm.forum2ouf.com/t850-maelen-ortega http://lindorm.forum2ouf.com/t883-le-vent-souffle
Terra
+ Date d'inscription : 14/09/2014
+ Messages : 497
+ Orbes + Orbes : 497
+ Âge du Personnage : 18 ans
+ Année : 2ème
+ Poste occupé : Etudiant Terra
+ Nom du dragon : Akairo
+ Type de Dragon : Terre
+ Le Don légué : Shikigami
+ Inventaire : ▬ 1*Mémoire Parasitée
▬ 1*Larve de Cauchemars
▬ Gantelet Hyakki Yakō
avatar
Mi-Cha Jung
Message Lun 30 Mar - 0:14

Le printemps, n’est-ce pas ? Je ne pus retenir un délicat soupire…Les beaux jours revenaient, petit à petit, de façon inlassable. Et cela me réjouissait. Mais en moi, tapis, rester une crainte. Une crainte pour celle que je nomme « Yuujin ». Me trouvant dans un couloir de l’école, j’avais une vu sur l’arrière cour et principalement le terrain d’entraînement. Une silhouette attira mon œil, et ma tête vnt à suivre ce mouvement qui continuait dans mon angle mort. Je reconnaissais l’homme qui courait…Maelen Ortega. La source de mes interrogations, de mes craintes. De ces sentiments étranges qui s’élèvent en moi. Pourquoi ne puis-je pas accepter ce mariage, alors qu’il est l’expression de devoir d’Estefania-san ? Je ne peux me retirer cette vision de goujat malappris qui me reste dans l’esprit, depuis ce fameux bal d’Hiver.

Lâchant un soupir, je m’étais rendu vers ma chambre. Elle était vide. Abhainne-san, et Tarik-sempai se trouvant j’ignore où. Me dirigeant vers mon bureau, je tirais vers moi un petit coffret ouvragé qui était fermé à clé. Clé se révélant le pendentif que je portais autour du cou : un symbole de la lignée Kazehiro.
L’insérant, un clic retentit et j’ouvris le coffret révélant trois fioles. Des fioles pleines. Des fioles que j’avais prises à ma tante Amaya. Je pense qu’elle le sait, rien ne lui échappe à mon sujet…Mais elle n’a rien dit au fait que je m’en empare. Mon doigt glissa sur la première fiole, et je la pris. La vidant dans une bouteille en verre. La refermant et la déposant dans le coffret…Je laissais le reste ici.

Allant remplir la bouteille d’eau, diluant l’ensemble, j’observais la fenêtre donnant sur le terrain. Il était toujours là. Courant. Dois-je me penser horrible de ce que j’ai l’intention de faire ? Je désire savoir. Je veux les preuves, la vérité, qu’il n’est pas fait pour elle.
Le devoir doit les lier mais…je sais que cet homme est porté par cette chose nommer « Amour ». Son attachement à Estefania-san, j’ai besoin de le confirmer ? De faire pleuvoir une tonne de questions, pour accepter la destiné de ma Yuujin.
Car je veux la protéger. Veiller à ce qu’elle reste forte, vaillante. Et je me refuse qu’elle souffre d’un mariage indigne de sa noble personne.

Ma décision prise, je pris donc la direction de la Cours. Je portais un traditionnel hanfu, dans les tons blanc et noir. Et un cache-œil de tissu noir, portant le symbole du feu en blanc. Ma bouteille à la main, j’arrivais alors qu’il était à travailler via un banc.
M’y asseyant en silence, je me jaugeais à bonne distance pour ne pas le gêner. J’ai travaillé mes notions de distance après tout. Déposant la bouteille sur le banc, face à lui, je m’abstenais du moindre mot. Mes actes parlant pour moi, mon visage de marbre. Alors que j’observais droit devant moi. Une brise passa alors…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://folio-adark.voila.net/ http://lindorm.forum2ouf.com/t1014-l-equilibre-du-temps-se-fait-de-rencontres http://lindorm.forum2ouf.com/t1576-seule-la-vie-apporte-son-lot-d-experiences
vent de la liberte
+ Date d'inscription : 26/08/2014
+ Messages : 1237
+ Orbes + Orbes : 1556
+ Âge du Personnage : 22
+ Poste occupé : Chef du Vent de la Liberté
+ Nom du dragon : Norn
+ Type de Dragon : Air
+ Le Don légué : Flèche de Vent
avatar
Maelen Ortega
Message Lun 30 Mar - 1:10


Pendant ses vacances il avait eu beaucoup de temps pour penser. Penser à toute sorte de chose, mais au final, tout revenait toujours autour des mêmes préoccupations. Tout cela tenait en deux prénoms : Shaem et Estefania. L'Amour et le Devoir.
Était-ce vraiment qu'à cela que tout se limitait ? Ne pouvait-il pas y avoir d'autres sentiments qui rentraient en ligne de compte ?

Devait-il vraiment fermer les yeux ? Il était un Ortega, il ne s’embarrassait pas de complexe, et quand il voulait quelque chose, il faisait tout pour l'obtenir.

Sentant son ventre le tirailler sous le traitement qu'il lui imposait et le rythme qu'il se forçait à garder. Il comptait dans sa tête pour ne pas se perdre dans les méandres de son esprit. Méandres qui ne devait pas mener bien loin aurait dit Estefania. Il inspirait, expirait, se forçant à garder les yeux fixement sur le banc. Ne pensez à rien d'autre. Ne pas pensez. Ne tout simplement pas penser.

Douze, treize, quatorze....

Puis un bruit sur le côté, une silhouette. Maelen ralentit et tourna la tête pour fixer le jeune homme qui s'assit sur le banc. Il n'eut pas à chercher bien loin pour se souvenir de son nom. Mi-Cha Jung. Estefania lui avait parler de lui. Un membre de la famille Jung et Kazeshiro, ce qui faisait de lui quelqu'un de suffisamment important pour que Maelen se le mette pas à dos. Il se souvenait de son don lors de l'attaque au parc d'Attraction. De son sang froid.
Ses yeux bleus se perdirent dans ses cheveux et il fixa le cache oeil avant de baiser le regard. Il serra les dents un court instant, sentant la colère grimper dans son cœur. Une colère sourde contre ceux qui avait attaqué Lindorm.

Mais Maelen ne dit rien, il se contenta de prendre son masque de bouffon et fit un grand sourire à son camarade, arrêtant par la même ses exercices : " Bonjour Mi-Cha !" Lança t-il joyeusement.

S'asseyant dans l'herbe, il se gratta un peu les cheveux et souffla doucement : " Je..je suis désolé pour...ton oeil...Estefania m'en a parlé et je..." Se mordant la langue, ayant un peu l'impression d'être un idiot, il finit par se relever et s'étirer légèrement. Il assouplit ses muscles pour éviter les courbatures et décida de changer de sujet : " Tu es bien matinal. D'ordinaire je ne croise personne à cette heure là ! La cantine est tellement plus agréable quand on y mange de bonne heure..."

Riant un peu, il finit par prendre sa serviette et s'épongea le visage avant de remarquer la bouteille d'eau. La pointant du doigt il demanda : " C'est pour moi ?"

Le dévisageant légèrement, Maelen lui fit un sourire. Finalement, il n'était pas si terrible que ça le Mi-Cha.


“La révolution, c’est une tentative pour faire aboutir les rêves.”
Robert Rosenstone
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lindorm.forum2ouf.com/t850-maelen-ortega http://lindorm.forum2ouf.com/t883-le-vent-souffle
Terra
+ Date d'inscription : 14/09/2014
+ Messages : 497
+ Orbes + Orbes : 497
+ Âge du Personnage : 18 ans
+ Année : 2ème
+ Poste occupé : Etudiant Terra
+ Nom du dragon : Akairo
+ Type de Dragon : Terre
+ Le Don légué : Shikigami
+ Inventaire : ▬ 1*Mémoire Parasitée
▬ 1*Larve de Cauchemars
▬ Gantelet Hyakki Yakō
avatar
Mi-Cha Jung
Message Mer 15 Avr - 15:45

Il aurait été impoli de ma part, que d’interrompre son enchaînement, son entraînement devrais-je dire. Je notais au moins qu’il était sérieux avec sa formation militaire, même si je ne comprends pas pourquoi cela me dérange. Je veux dire, avoir une pensée « positive » à son égard est une déplaisance que je ne comprends pas. Je suis bien plus rationnelle de coutume. J’attendais patiemment, ne lui jetant pas un regard. Mon allié ronronna dans mon esprit, me permettant de trouver rapidement une certaine sérénité. Lorsqu’un bruit de vêtement m’indiqua qu’il avait terminé, je tournais donc mon visage vers lui. Je tiquais à l’usage de mon prénom, et à sa…familiarité. Voilà bien quelque chose que je lui reproche ! Il est de sang noble, ne peut-il pas être plus délicat et raffiné par les dieux ? J’inclinais légèrement la tête, ajoutant un simple et vague.

« Bonjour à vous, Ortega-san. »

Je trouvais son maintien, ainsi dans l’herbe, d’une grande inconvenance. Il y a un banc pardi ! Serait-ce trop difficile de s’y asseoir ? Je devrais me calmer, et puis, vu le genre de personne que c’est, je pense que j’aurais été outré car il se serait laissé choir.
C’est alors qu’il vint à parler, de but en blanc, de mon nouvel…handicap. Ma mâchoire se crispa, ce sujet m’est délicat mais surtout, de la part d’un homme à qui je n’ai jamais adressé la parole : c’est un toupet d’une inconvenance redoutable.
Et puis, pourquoi suis-je dérangé par le fait qu’il use du prénom d’Estefania-san ? Elle est sa promise…c’est, normal. En tout cas, je lui répondis alors avec calme. Notant qu’il commençait ses étirements.


« Je vous remercie de votre sollicitude, mais cela n’est rien qui mérite d’être considérer ou mentionner. »

Le fait qu’il se lève alors, s’étire, et me tutoie. Je crois que je ne peux plus m’empêcher…Oui, je laisse aller un soupir d’énervement. Comment fait-elle pour le supporter ?! J’ai déjà le cœur qui se retourne, le cerveau en ébullition, et la colère grondante alors qu’il a à peine ouvert la bouche !

« Il est dit que le monde appartient à ceux qui se lèvent tôt, Ortega-san. Néanmoins, je conçois que je suis d’un naturel matinal. L’aube est méritante de toute attention. »

Observer le lever de l’astre solaire est quelque chose de plaisant, et agréable. Et je ne révélerai pas avoir profité de ma nature matinale pour le pièger. Car lorsqu’il parla de la bouteille, j’eu un énième soupir avant de répliquer :

« Je me suis dit qu’il serait de bon ton de discuter…En tant qu’ami d’Estefania-san, je dois dire que je me questionne à votre sujet, Ortega-san. Aussi, venant déranger votre entraînement, la moindre des politesses demandait un présent utile en l’instant. Et je doute me tromper en notant que vos efforts ont éveillé la soif. »

Je n’allais pas simplement dire « oui ». Et puis, j’avoue que j’ai besoin qu’il ne la boit. Plongeant mon œil, unique, dans son regard. Je devais lever la tête pour se faire. Déjà que je suis plus petit que lui, alors moi aussi et lui debout c’est encore plus flagrant. Mais je me devais de rester formel, et surtout, courtois. Combien même m’insupporte-il…Estefania-san, je ne peux que vous plaindre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://folio-adark.voila.net/ http://lindorm.forum2ouf.com/t1014-l-equilibre-du-temps-se-fait-de-rencontres http://lindorm.forum2ouf.com/t1576-seule-la-vie-apporte-son-lot-d-experiences
vent de la liberte
+ Date d'inscription : 26/08/2014
+ Messages : 1237
+ Orbes + Orbes : 1556
+ Âge du Personnage : 22
+ Poste occupé : Chef du Vent de la Liberté
+ Nom du dragon : Norn
+ Type de Dragon : Air
+ Le Don légué : Flèche de Vent
avatar
Maelen Ortega
Message Mar 21 Avr - 20:19


Pourquoi ne prenait-il pas le protocole au sérieux ? Pourquoi ? Estefenia lui reprochait sans cesse et il n'en faisait qu'à sa tête, s'attirant la foudre de personnes qu'il considérait pourtant avec estime. Pour lui Lindorm était un lieu neutre, ou toutes les cultures se rencontraient, bouillonnaient, se mélangeaient. Peu importe qu'on soit de la classe aisée ou non, il parlait à tout le monde pareil, car pour lui tout ceux de Lindorm était digne de respect. Mi-Cha ne faisant pas exception à la règle. Il pouvait lui sortir tout les Ortega-san du monde, Maelen n'en avait que faire.
Il n'était pas en Aéria, il n'était ni Gouverneur, ni un membre d'un quelconque groupe pompeux. Alors oui il arrondissait les angles avec ceux de la "haute", mais il n'était pas sa nature de se plier un quelconque protocole.

Posant un regard amusé et plutôt doux du Mi-Cha, il remua ses mains devant lui quand il l'appella Ortega-san et qu'il se mit à le vouvoyer. Il rougit et s'empressa de rajouter : " Non ne me vouvoies pas, puis appelle moi Maelen, je ne suis qu'un simple étudiant, rien de plus."

Souriant, il pencha la tête, ses longs cheveux blancs glissant sur ses épaules et s'étira doucement, relevant les yeux quand il lui avoua que sa blessure n'avait rien de "mentionnable". Maelen fronça les sourcils et voulut dire quelque chose mais il préféra au final ne rien relever. Si Mi-Cha estimait que ce n'était pas important alors soit.

La suite fut une série de phrase pompeuse dont il ne comprit un traite mot et le résultat étant : Mi-Cha lui avait apporté une bouteille, il avait le droit de la boire.

Riant doucement, il s'accroupit et attrapa la bouteille, lançant joyeusement : " Merci Mi-Cha !"

Il porta la bouteille à ses lèvres avant de tourner la tête vers le jeune homme, le détaillant, avant de lui faire un clin d'oeil : " Tu as des questions à me poser ? Ahaha, j'avoue que j'avais aussi très hâte de te rencontrer. Estefania ne tarit pas d'éloge à ton égard, tu es un ami précieux et je te remercie d'être là pour elle. Les amis sont vraiment importants..."

Pensant à Nathanael et Raphaël, il poussa un soupir ne se rendant pas compte que Mi-Cha était passablement énervé par son comportement. Jouant avec la bouteille entre ses doigts, il finit par se relever de nouveau et avala une longue rasade d'eau.

"Ah ! Mi-Cha, vraiment, tu me sauves..."

L'eau était fraîche et cela lui faisait beaucoup de bien. Souriant, il bu une autre gorgée et finit par posé la bouteille, incapable de tenir en place.

Le piège se refermait autour de lui...


“La révolution, c’est une tentative pour faire aboutir les rêves.”
Robert Rosenstone
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lindorm.forum2ouf.com/t850-maelen-ortega http://lindorm.forum2ouf.com/t883-le-vent-souffle
Terra
+ Date d'inscription : 14/09/2014
+ Messages : 497
+ Orbes + Orbes : 497
+ Âge du Personnage : 18 ans
+ Année : 2ème
+ Poste occupé : Etudiant Terra
+ Nom du dragon : Akairo
+ Type de Dragon : Terre
+ Le Don légué : Shikigami
+ Inventaire : ▬ 1*Mémoire Parasitée
▬ 1*Larve de Cauchemars
▬ Gantelet Hyakki Yakō
avatar
Mi-Cha Jung
Message Sam 20 Juin - 16:21

Je tiquais à sa « requête ». Réclamer une telle familiarité ? Une inconvenance qui me fit me raidir. J’ai vraiment du mal avec ce genre de personne. Il est trop « directe ». Et ne pense pas à la sensibilité de ceux avec qui il converse, faisant comme bon lui semble. De ses actes et mots, il piétine les protocoles et traditions, pensant en être dispensé car loin de chez lui. Je déteste ce genre d’attitude…J’ai l’impression d’être moqué, et dénigré. J’ai la sensation qu’il pense mes actes, ma culture entière en somme, comme désuette. Et cela ne le rend que de plus en plus antipathique à mes yeux. Comment La protéger d’un tel homme ? Il est un mariage qu’une famille, tel que les Quinto, ne peut manquer. L’héritier des Ortega, désormais que la Gouverneur Mara Ortega n’est plus.

« Je ne peux montrer tant de familiarité à votre égard, Ortega-san. Si ce n’est pour votre rang, pensez que c’est pour celui d’Estefania-san. Vos actes ne parlent plus seulement pour vous… »

Alors, cessez votre égoïsme ! Pensez plus à Elle, qui prend sur elle vos erreurs, votre attitude, et tous ce qui est contraire aux traditions ! Mais si je le pense, je ne peux me permettre de le dire. Mais j’ai cette douleur tapie en moi, à l’idée qu’il devienne réellement proche de ma Yuujin.
Je du retenir le tic de contrariété à l’usage de mon prénom. Je ne lui ai pas permis de l’utiliser, et encore moins sans honorifique aucun ! Fermant les yeux, le laissant prendre la bouteille, je me concentrais pour ne rien laisser paraître.

Lorsqu’il parla du fait qu’elle parle de moi, j’étais honoré de savoir que sa confiance allait aussi loin. Je rouvris les yeux, les ancrant dans les siens en répondant.


« Je mourrais pour elle, et vous Ortega-san ? »

Il avait but…Ainsi, je me levais. Le détaillant. La décoction devrait faire affaire. Je le jaugeais du regard, de bas en haut. Lui tournant autour, comme pour l’analyser. Me stoppant face à lui, peu m’importait d’être de petite taille et que cela semble ridicule. Je le questionnais, avide de réponses auxquels il ne pourrait se soustraire. Je ne désire que la vérité : puis-je la lui confier ?

« Aimez-vous Estefania-san ? En fait, qui aimez-vous ? Pensez-vous corriger votre attitude, qui salit non pas seulement le nom Ortega, mais aussi, celui de votre promise ? Avez-vous seulement conscience de votre place, ou pensez-vous que vos actes à Lindorm sont indépendants de votre futur en Aéria ? Qui êtes-vous réellement, Maelen Ortega-san ? Puis-je seulement vous confier ma plus précieuse amie sans crainte que vous ne la fassiez pleurer, ne la blessiez, voire pire : que vous lui apportiez honte et opprobre ? »

Mon ton était dure, mon regard accusateur. J’attends, et tant qu’il n’aura répondu…Je ne saurais que refuser de la lui laisser. Je ne peux pardonner mon acte de le « droguer » pour connaître la vérité, mais aux grands maux : les grands remèdes !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://folio-adark.voila.net/ http://lindorm.forum2ouf.com/t1014-l-equilibre-du-temps-se-fait-de-rencontres http://lindorm.forum2ouf.com/t1576-seule-la-vie-apporte-son-lot-d-experiences
vent de la liberte
+ Date d'inscription : 26/08/2014
+ Messages : 1237
+ Orbes + Orbes : 1556
+ Âge du Personnage : 22
+ Poste occupé : Chef du Vent de la Liberté
+ Nom du dragon : Norn
+ Type de Dragon : Air
+ Le Don légué : Flèche de Vent
avatar
Maelen Ortega
Message Sam 20 Juin - 17:58


Le discours de Mi-Cha lui passait par dessus les oreilles. Lui ne reprochait pas au jeune homme de devoir se tenir correctement. Si il l'avait un tant soit peu respecter, il l'aurait accepter comme il était, pas comme il aurait voulu qu'il soit. Mais Maelen n'était pas du genre à chercher la petite bête et prenait les choses comme elle venait, avec simplicité et certainement de la bêtise, mais il ne reprochait pas aux gens d'être comme ils étaient.

Le ventus but quelques gorgées, fronçant légèrement les sourcils avant de rebouchonner la bouteille et de jeter un drôle de regard au jeune homme qui déclarait pouvoir mourir pour Estefania : " C'est tout à ton égard Mi-Cha..."

Lui souriant, il sentit sa langue devenir un peu plus lourde, sa bouche un peu pâteuse et il fixa le terra se lever de sa petite hauteur et le toiser. Maelen recula doucement, baissant les yeux pour le fixer, écoutant les questions qu'il avait lui poser. Il le suivit du regard, s'essuyant la bouche, sa langue engourdit, sa gorge le brûlant quelque peu.

A la fin des questions, Maelen se mit à rire doucement, posant ses mains sur ses hanches avant de fixer Mi-Cha dans les yeux. Il le regarda de haut, relevant le menton du port altier des nobles, le fusillant de ses grandes iris yeux : " Bien sûr que j'aime Estefenia. J'éprouve pour elle de sincères et tendres sentiments. Ce n'est pas l'amour fou, ni même un amour passionnel, mais un amour respectueux et honnête."

Incapable de retenir les mots qui sortaient de sa bouche, il enchaîna : " J'aime le professeur Shaem Nazarian, du plus profond de mon cœur, depuis toujours, depuis le jour où il m'a apprit à marcher, à parler, depuis le jour où je l'ai vu se faire battre par mon père pour assumer mes bêtises. Je l'aime d'un amour dévorant, c'est une autre forme d'amour, des sentiments différents mais l'amour que je porte à Estefania font battre mon coeur autant que celui de Shaem. Ils pourraient chacun me demander de mourir pour eux que je le ferait dans l'instant, mais heureusement pour moi, je suis le plus idiot des trois, ce jour ne risque pas d'arriver !" Dit-il en riant, se raclant un peu la gorge, la soif le reprenant.

Haussant les épaules, il secoua la tête et demanda sans vraiment comprendre : " Corrigez mon attitude ? En quoi mon attitude est gênante. Je n'ai que faire des noms de familles accolés à nos prénoms. Nous sommes ce que nous décidons d'être, pas ce que l'on nous d'impose d'être. Peu importe d'être un Ortega, peu importe qu'elle soit une Quinto, j'aime Estefania pour ce qu'elle est, elle pourrait être une pauvre roturière que je n'en n'aurais cure. Je l'aime pour ce qu'elle m'apporte, pour le sentiment qu'elle fait grandir en moi quand elle est à mes côtés. Je suis peut être un minable à ses yeux mais elle me fait grandir, mûrir et chaque jour je remercie Cyannée de l'avoir mise sur ma route."

Poussant un soupir lasse, il continua de fixer Mi-Cha : " Je ne suis pas venu à Lindorm pour faire briller le nom de ma famille, juste pour retrouver Shaem, rien de plus. Je sais qu'en tant qu'Ortega je suis promu à un avenir "brillant", que la place de Gouverneur est censé me revenir. Mais à l'heure actuelle un Gorgo siège sur Aéria et le monde va de mal en pis. Mes actes à Lindorm auront des répercutions sur mon avenir en Aéria, mais ce n'est pas parce que j'ai choisit de réfuter un protocole vieux de milliers d'année que je ne suis pas apte à être un grand Gouverneur. Je fais les choses différemment,avec mon propre ressentit, car les choses ont besoin de changement, pas de d'enliser dans une politique groguie et injuste. Que je sois Gouverneur ou non, Aéria changera, je la ferais changer, sois en sur. Alors peu importe que tu me juges impertinent, que tu penses que je crache sur les nobles, les choses changeront...."

Reprenant son souffle, il baissa un peu les yeux à la dernière question sentant bien, qu'il devait dire la vérité, c'était obligé.

"Ton amie ? Estefenia est bien plus que ton amie, tu te voiles la face Mi-Cha Jung ! Et non, je ne peux pas te faire le serment de ne plus jamais la faire pleurer, ou même la blessez. Cela arriva de nouveau, un jour ou l'autre. Car le monde est ainsi fait. Nous sommes trop différent pour qu'on ne se prenne pas le bec." Les yeux un peu vague, il eut un léger sourire et rajouta : " Elle n'aura jamais à rougir de mes actes, et même si c'était le cas je la sais assez forte pour encaissez et relever la tête. Estefania est la femme la plus forte que je connaisse, elle n'a pas besoin de nous pour tracer son destin. Peut être est-ce égoïste de ma part, ou peut être est-ce elle qui est égoïste, mais nos destins, à toi et à moi ne seront que de la suivre dans l'ombre. C'est une femme prodigieuse mais qui à pour le moment de mauvaises manies et des idées un peu vieillottes, mais je me charge de ce problème et même si nos destins viendraient un jour à se séparer, jamais je ne l'abandonnerais, et même si je lui tourne le dos, elle pourra toujours compter sur moi."

Se massant l'arrête du nez, Maelen eut un léger rire : " Tu sais Mi-Cha, je me suis fais la promesse d'être toujours moi même, de ne jamais me détourner du chemin que je m'étais tracé et non pas de suivre celui qu'on avait écrit pour moi. C'est égoïste et je suis conscient que je blesse de nombreuses personnes, mais c'est ainsi, car si je suis incapable de trahir mes amis, je suis incapable de me trahir moi même. Tu auras beau me poser toutes les questions que tu veux, toutes les réponses que je t'apporteraient te paraîtrons offensantes, car dans ton coeur, tu me détestes déjà, tu veux te persuader que je suis un vilain garçon pour aimer Estefania, et bien soit ! J'accepte d'être ce mauvais gars et je te souhaite de l'aimer de tout coeur..."

Lui souriant, il sentit la brûlure dans sa gorge s'atténuer et ses jambes trembler un peu. Il avait vraiment trop parler....


“La révolution, c’est une tentative pour faire aboutir les rêves.”
Robert Rosenstone
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lindorm.forum2ouf.com/t850-maelen-ortega http://lindorm.forum2ouf.com/t883-le-vent-souffle
Terra
+ Date d'inscription : 14/09/2014
+ Messages : 497
+ Orbes + Orbes : 497
+ Âge du Personnage : 18 ans
+ Année : 2ème
+ Poste occupé : Etudiant Terra
+ Nom du dragon : Akairo
+ Type de Dragon : Terre
+ Le Don légué : Shikigami
+ Inventaire : ▬ 1*Mémoire Parasitée
▬ 1*Larve de Cauchemars
▬ Gantelet Hyakki Yakō
avatar
Mi-Cha Jung
Message Sam 20 Juin - 18:32

Je ne détournais pas les yeux, affrontant ses iris à la teinte bien froide. Tout comme mon propre regard. Il était clair, je pense, pour l’un comme pour l’autre que nous ne nous aimions pas. S’il n’y avait pas eu Estefania, aurais-je seulement tenté de dialoguer avec cet énergumène ? Non. Et je suis certain que lui non plus, ne m’aurait prêté aucune attention. On se serait mutuellement ignoré, sans plus de considération.
Mais en cet instant, je n’en avais que faire qu’il soit plus âgé que moi, et d’un statut de sang plus élevé. Je me devais d’en avoir le cœur net, je me devais de savoir. Pour elle ? Oui…et probablement aussi pour moi. Son aplomb dans ses mots, que je savais vrai à cause de cette potion, me poignarda. Je devrais être heureux, non ? Pourtant, je ne le haissais que plus…

Alors, la suite me fit froncer des sourcils, et me glaça le sang. Il aime…un professeur ?! Comment peut-il dire aimer deux personnes ?! De la description, il n’attend pas la même chose des deux. Ne se sent-il pas égoïste, que de lier à lui deux êtres ?! Priver Estefania du destin qu’elle aurait peut-être voulu, par un mariage de pure convenance. Forcer Nazarian-senseï à vivre dans l’ordre, pour ne pas faire voler en éclat la portée de Maelen Ortega, dans le Grand Jeu. Comment peut-il se regarder dans un miroir et marcher fièrement en étant aussi égoïste ?! Ne connait-il pas le sens du devoir, du sacrifice ? N’a-t-il aucune décence, aucun respect pour le sacrifice que d’autre fond par respect pour sa personne ? Car jamais Elle ne se permettra plus d’aimer, car Elle est sa fiancée, car son devoir fait qu’Elle assume son rôle, son avenir, sa place. Comment puis-je accepter ces mots ?!

Mon regard se fit dégoûter. Pas du fait qu’il aime un homme, j’ai clairement fait comprendre au professeur Ubieto mes pensées sur le sujet. Mais le fait qu’il veuille garder pour lui deux amours, quitte à les faire souffrir de ses caprices. Enfant Roi !
Je serais la mâchoire, mon poing aussi. Restant droit, et altier. Ne baissant pas le regard. Lui n’a que faire de son nom, donc le reste n’importe pas ? Et Estefania ?! Il prétend l’aimer pourtant ! La respecter et vouloir l’honorer ! Pour Elle, le nom a une importance, l’attitude aussi. Ne fait-il que ce qu’il veut faire ?

Je ravalais mes mots, attendant la fin de sa tirade. La fin de ses réponses. Terminant d’assembler les pièces d’un puzzle qui ne m’offre qu’un tableau que je ne peux tolérer. Un tableau où il est le seul à éprouver une joie totale : et cela me sidère, et m’énerve. En moi, je sens le ronronnement inquiet d’Akairo, mais je garde le contrôle, pour le moment.
Alors, lorsqu’il annonce que je me « voile la face », mon sang ne fait qu’un tour. Je ne veux pas entendre ça de sa bouche ! Pas d’un homme qui se sent bien de faire ce qu’il veut, comme il veut ! Pas de la part de quelqu’un qui ne connait pas le sens du devoir, du sacrifice !
Car elle est forte, il peut la blesser ? Quel genre d’homme est-il ? Ce n’est pas de la confiance, c’est une chose que je ne peux tolérer. Et mon regard exprimé dorénavant toute l’horreur et le dégoût de mes émotions à l’égard de cet…égocentrique.

Je n’en pus plus, et alors qu’il terminait sa phrase, mon corps bougea de lui-même. Mon poing partit, droit vers sa mâchoire. J’avais bondit pour, étant trop petit autrement. Mais je devrais l’avoir atteint. Ceci en l’attrapant par le col de son vêtement, j’avais alors répliqué.


« Et à Elle : tu as réellement pensée à Elle ?! Le nom tu t’en fiche peut-être, mais pas Elle ! Les traditions, tu les réfutes, mais Elle, elle les respecte et accepte ! Tu veux donc la changer ? Tu la dis « vieillotte » : c’est que tu n’as rien compris à qui elle est ! Comment peux-tu prétendre l’aimer, lorsque tu ne vois que sa force sans chercher à comprendre ses douleurs, sans voir sa fragilité ! Tu veux piétiner ce qu’elle veut protéger ! »

Je criais, pour la première fois. Je n’avais jamais senti autant de colère. Mon œil unique brillait de rage, une unique larme de colère, mêlé à la douleur, traçant un sillage sur ma joue. Je voulu asséner un autre coup de poing, mais je ne le fis pas.

« Comment peux-tu être si égoïste, que le sacrifice des autres te semble naturel ?…Nazarian-sensei, et Estefania-san seront les seuls à souffrir de tes choix : je ne peux l’accepter. Tu es bien un Héritier : habitué à ce que les gens fassent des sacrifices pour toi, mais incapable d’en faire pour eux. »

Me relevant, je n’avais qu’un visage de dégoût, alors que je lâchais :

« Je ne permettrais pas ce mariage…Et si je dois trahir le sacrifice de celle que j’aime pour la soustraire à ton égoïsme : je le ferais ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://folio-adark.voila.net/ http://lindorm.forum2ouf.com/t1014-l-equilibre-du-temps-se-fait-de-rencontres http://lindorm.forum2ouf.com/t1576-seule-la-vie-apporte-son-lot-d-experiences
vent de la liberte
+ Date d'inscription : 26/08/2014
+ Messages : 1237
+ Orbes + Orbes : 1556
+ Âge du Personnage : 22
+ Poste occupé : Chef du Vent de la Liberté
+ Nom du dragon : Norn
+ Type de Dragon : Air
+ Le Don légué : Flèche de Vent
avatar
Maelen Ortega
Message Sam 20 Juin - 23:53


La réaction de Mi-Cha ne s'était pas fait attendre. Il le vit sauter vers lui, sa petite taille l'empêchant d'atteindre son visage sans prendre d'élan. Il vit le poing arrivé et les cours de corps à corps lui revinrent à l'esprit. Saisir le poignet au bon moment, le saisir et le tordre pour faire ployer l'adversaire. Mais Maelen se contenta d'encaisser le choc pour soulager Mi-Cha qui avait visiblement de la frustration à mettre en pratique. Sa mâchoire craqua légèrement sans pour autant que le coup soit fort et la douleur le vrilla, il se mordit la langue et Maelen eut un bref rire avant de s'essuyer la bouche en le toisant de nouveau.

"Parce que selon toi, je devrais accepter un système politique archaïque et dévalorisant, juste parce qu'Estefenia y accorde du crédit et le respecte ? Je devrais tolérer que des esclaves meurt sous les coups de fouets de leur prétendu maître juste parce qu'Estefenia est d'accord avec ça ? Je devrais accepter un mariage que nous ne souhaitons pas tous les deux, juste pour plier les genoux et ne pas lui faire de peine. Je devrais porter des valeurs pour lesquelles je n'ai aucun respect et qui ont bafoué l'homme que j'aime ? Non, je suis désolé Mi-Cha, mais je ne suis pas d'accord avec toi. L'amour ce n'est pas se plier à la volonté de l'un ou de l'autre, mais de changer, d'évoluer."

Se frottant la mâchoire sous le coup qu'il avait reçu, crachant par terre le sang qui gonflait sa langue.

"Oui je suis égoïste, c'est bien là le pire de mes défauts, mais je ne retiens personne à mes côtés. Estefenia est libre d'aimer qui elle le souhaite, elle est libre de partir, de penser ce qu'elle veut, libre de m'épouser ou non, de porter les valeurs qu'elle juge morale. Shaem aussi est à mes côtés sans contrainte, libre à lui de me laisser, libre à lui de trouver quelqu'un de plus mature, de moins idiot que moi. Même si je les blesse, je sais que ce que je fais est juste...Oui je veux piétiner ce qu'elle veut protéger, car ce qu'elle protège est ignoble, et par amour pour elle je lui ouvrirait les yeux."

Se relevant, il sourit doucement voyant Mi-Cha pleurer de colère, lui le si calme et si pondérer petit Wushei.

"Estefania à dit un jour, que si un sacrifice était fait dans la peine, c'est qu'il ne méritait pas d'être accomplit. Un sacrifice doit se faire avec le cœur léger, en étant conscient de ses choix et de la peine qu'il peut engendrer. Il doit se faire avec bonheur, en son âme et conscience. C'est un sacrifice que je fais, de la blesser pour changer Aéria, je le fais avec conscience et bonheur, car je sais que derrière tout ça, la vie de milliers de personnes changera. Je sacrifie Estefenia, Shaem, ma propre existence pour une cause qui te dépasse, pour faire d'Aéria une terre nouvelle où toutes les vies seront égales les une aux autres. "

Se massant la mâchoire, il haussa les épaules, avant de faire craquer ses doigts, continuant de sourire.

"Mais peut être est ce que tu ne peux pas comprendre, tu es un noble toi aussi, peu t'importe que d'autres soit écrasés, que le pouvoir réside dans une famille qui se le lègue par filiation ou hérédité. Aéria est un territoire dégénératif, la consanguinité qui y est règne à rendu les gens fou, sous les masques et les sourires se cachent la pire cruauté du monde. C'est égoïste de ma part de vouloir changer ça, c'est un rêve bien trop grand pour mes épaules, mais Gouverneur ou non, je ne passerais pas ma vie à reproduire les erreurs de ces coqs de basse cour. C'est hors de question !"

Son poing partit tout seul et il l'envoya dans la joue de Mi-CHa, percutant la chair avec violence avant de secouer sa main sous la douleur.

"Mais tu as raison Mi-Cha, je ne suis qu'un héritier, qui ne fera pas de sacrifice pour une cause qu'il juge inutile, comme tu es toi même prêt à rompre le sacrifice d'Estefenia. Fais donc Mi-Cha, fais donc, je ne peux que t'encourager, si tu prétends pouvoir la rendre heureuse, alors je suis de tout coeur avec toi. Mais sache que si j'apprends que tu n'as pas tenu ta promesse..."

Le fixant de ses grands yeux bleus, il prit sa serviette qu'il avait poser sur son banc et la bouteille d'eau. Il tourna les talons, le vent soufflant doucement, avant de se retourner une dernière fois : " Oh et Mi-Cha, la prochaine fois que tu as des questions à me poser, pas besoin d'utiliser des Gouttes de Vérités, dans la noblesse aérienne on nous apprends dés notre plus jeune âge à reconnaître le goût, alors la prochaine fois j'y répondrais sans ça, car si je suis égoïste, je ne suis pas un menteur."

Une douleur à la mâchoire, une autre dans la main, Maelen renifla mettant sa serviette autour de son cou. Il avait dit tout ce qu'il avait sur le coeur. Libre à Mi-Cha d'y croire ou non,de comprendre son point de vu, son égoïsme et sa faiblesse.Libre à lui, le ventus lui ne cherchait pas à remettre en cause les idée du Terra. Chacun ses points de vue chacun ses idéaux, le monde ne pouvait pas être fait de gens identiques, alors il fallait apprendre, apprendre à comprendre les autres, à supporter des avis divergents.
Il était égoïste, il le savait, la route qu'il empruntait serait longue et semés d'embûche, mais s'était une route qu'il avait choisit en son âme et conscience, Shaem et Estefania était au courant. C'était son choix, et il entendait l'assumer jusqu'au bout.

Puis, alors doucement, il se mit à courir, il allait être en retard à son prochain cours, et courir lui avait toujours fait du bien de toute façon....


[Clos pour moi ma poulette ! C'était trop bon *_* !!! J'en veux encore des comme ça !!!]


“La révolution, c’est une tentative pour faire aboutir les rêves.”
Robert Rosenstone
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lindorm.forum2ouf.com/t850-maelen-ortega http://lindorm.forum2ouf.com/t883-le-vent-souffle
Terra
+ Date d'inscription : 14/09/2014
+ Messages : 497
+ Orbes + Orbes : 497
+ Âge du Personnage : 18 ans
+ Année : 2ème
+ Poste occupé : Etudiant Terra
+ Nom du dragon : Akairo
+ Type de Dragon : Terre
+ Le Don légué : Shikigami
+ Inventaire : ▬ 1*Mémoire Parasitée
▬ 1*Larve de Cauchemars
▬ Gantelet Hyakki Yakō
avatar
Mi-Cha Jung
Message Jeu 2 Juil - 19:47

Sa tirade partit aussi vite que l’était allé mon poing. Je ne dis pas qu’il doit tout accepter, mais certainement pas tout réfuter ! Les compromis se font à deux, dans un mariage ! D’autant plus s’il ose parler d’amour. Comment peut-il être aussi fermé ? Je ne dis pas que l’esclavage aérien n’est pas une honte : mais on ne peut tout faire exploser sur un coup de tête. Les mentalités, les traditions, c’est sur le terme qu’on y travaille. Faire des réformes soudaines ne peut entraîner que des tensions, du mécontentement, de la haine et la guerre. Bafoué l’homme qu’il aime, hein ? Par ses actes, ne bafoue-t-il pas la femme qu’il prétend aimer ?

Le fait qu’il reconnaisse son égoïsme me rendait encore plus malade. Libre d’aimer qui elle veut ? Non, elle n’a pas cette liberté. Tout comme moi. Il parle d’esclave asservi à des maîtres ? Mais ne le voit-il pas ? Nous, noble, nous devons faire avec les traditions en chaînes. Ce n’est qu’en grandissant et en gagnant en influence que nous pourrons les rendre moins épaisses : pour la génération future. Petit à petit. Lentement mais sûrement. Pour que le sang ne vienne nullement à couler.
Je serais le poing si fortement que mes oncles pénétraient ma peau. Et ma mâchoire crissait tellement je serais les dents. Le regard vrillait de haine. Ses méthodes ne sont qu’un appel à la violence et au chaos ! Il n’y a aucun pardon, aucune harmonie, aucun équilibre dans ses actes !


« Tu ne connais que la vengeance, la rage et la violence. Tu ne vaux pas mieux que ceux que tu veux détruire. » Répondis-je, le ton sec.

Je me surprenais de mon audace dans ce conflit. Mais il me mettait hors de moi. La Cour Wushei est un vivier de vipères : oui. Mais il y a des rites à respecter pour ne pas s’y faire prendre. Pour ne pas sombrer. C’est la même en Aéria. Mais je sais la différence entre nos nations : ils ne cherchent pas l’équilibre comme nous autre, Wushei. Nos conflits sont plus de savoir qui conseillera au mieux l’Empereur. Et surtout, le représentant de Ren Sei est-il plus adapté que si nous recherchions Sui Ra ?

Je vis son poing partit, mais je ne l’esquivais pas. Comme lui avant moi. Je sais que la violence appel la violence. Le sang appel le sang. La mort attire la mort. C’est la logique de ce monde. Et j’assume avoir démarré le cercle de la destruction dans notre échange. Je me dois d’en porter le poids de la conséquence. Le choc me fit chuter, me je ne mis qu’un genou à terre. Mon bandeau glissa, révélant l’horreur de mon orbe mort. Crachant le sang et le fusillant toujours du regard. Le défiant dans mon attitude.

Il partait et je me relevais. A ses mots, j’ajoutais alors :


« Non, tu n’es qu’un Destructeur. »

Il n’est pas menteur, oui. Mais il n’a aucune recherches d’harmonie. Pour lui, la destruction est ce qui permettra l’édification de quelque chose de « mieux ». Entaché l’histoire dans le sang, ne condamne qu’à répéter un cycle de destruction. Notre temps est déjà assez sombre, que le voilà à le plonger dans les ténèbres. Car c’est la seule route que l’application de ses mots apportera.
Sur ces pensées, je m’en retournais. Me frottant la joue, je retournais donc vers l’intérieur. Je me dois de réfléchir à comment La protéger de sa Folie.
[Merci pour le rp o/]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://folio-adark.voila.net/ http://lindorm.forum2ouf.com/t1014-l-equilibre-du-temps-se-fait-de-rencontres http://lindorm.forum2ouf.com/t1576-seule-la-vie-apporte-son-lot-d-experiences
Contenu sponsorisé
Message

Revenir en haut Aller en bas

La vérité, l'âpre vérité.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lindorm :: La Taverne du Flood :: Le Grenier de Lindorm :: Les Archives RP :: Rp V2 saison 1-