AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez|

Rendez-vous d'affaire.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatarInvité
Message Lun 30 Mar - 11:15

Le soleil était à son zénith en ce début d'après-midi. Des gens et des marchants affluaient dans tout Aéria par ce beau temps ! Xilness, couvert par sa cape recouverte de guenilles, le visage en grande partie dissimulée sous la capuche déchirée, il arpentait la ville. Drök quant à lui, s'était posé dans un endroit calme, se reposant du long voyage. Ils étaient parti de Narthan après avoir vu la mère adoptive du tueur à gage, récupérant le courrier. Dieu que Xilness en avait marre de devoir voir cette vieille harpie pour récupérer des courriers !

Une lettre dans la main, le meurtrier étudiait l'écrit. Il eut un sourire quand il lu qu'il devait aller à la taverne du "Dernier Voyage". Ce nom lui plaisait bien, c'était comme si tous les voyageurs qui y serait, serait tous tués avant de pouvoir entamer la suite de leurs périple. L'homme analysa la lettre de long en large et retint tous les détails. Il partagea le contenu avec le dragon de lave par télépathie, pour plus de sûreté. Il passa devant un poste de garde. Xilness tira sur sa capuche pour dissimuler au mieux ses yeux étranges. Du coin de l'oeil, il vit une torche maintenant un feu vif en vie. A quoi cela pouvait-il servir de garder des torches allumées en pleine journée ? Sans hésitation et avec rapidité, il approcha la lettre de la flamme. Cette dernière désintégra le papier. Plus aucune preuve de quoi que soit. C'est comme ça qu'il protégeait ses clients.

Il continua sa route, à l'affût d'une moindre indication qui pourrait le mener à la taverne. Il ne connaissait pas la ville, une fois il y était allé mais c'était en coup de vent. De sûr, il était sur la bonne île. Celle où les dragons-nacelles emmenait à Carabas, cet endroit nauséabond et pitoyable. Il errait durant des heures sous un soleil de plomb et souffrait d'autant plus car sa cape était noire, elle absorbait toute la chaleur. L'homme se retrouva au beau milieu d'un marché. Décidément c'était bien sa veine ! Quelle galère pour retrouver son chemin. Un bouchon humain l'empêchait de passer. Il voulu bifurquer mais ce fut l'étal de fruits et légumes qui l'empêcha à son tour de passer. Il dû prendre son mal en patience. Xilness observa que l'homme qui vendait ses fruits et légumes avait beaucoup de clients et était débordé. Discrètement, telle une ombre, il 'approcha du stand, scrutait autour de lui et il prit une pomme qu'il dissimula dans le pan de sa cape. Pourquoi faire la queue durant une heure pour acheter une seule malheureuse pomme ? Autant se servir.

Quand il fut éloigné du brouhaha, il croqua à pleine dent dans le fruit. Que ça faisait du bien ! Elle était fraîche et elle l'hydratait grandement ! Quand il ne resta plus que le trognon, il le jeta dans un pot de fleur... Encore une fois, il ne savait pas où il allait mais pourquoi il demanderait son chemin à quelqu'un ? Il préférait se débrouiller seul, sa fierté prenait souvent le dessus. Il ne voulait pas admettre qu'il s'était perdu. Quelle honte pour lui. Il ne demandait pas non plus son chemin à son compagnon. Ce dernier ne ferait que le ridiculiser et ça, il en était hors de question !

Il s'enfonça dans des ruelles quelconques, passant devant des mendiants, des bandes d'adolescent qui avait l'air de prévoir un sale coup... Il se retrouva dans une cour. Tout autour de lui, aucun panneau d'une taverne ou autre. Que des maisons.

*Tsss... Cette histoire va vraiment me péter les couilles... Si il n'y avait pas d'argent à la clé, je me serais pas fais chier et je me serais barré !* Pensa-t-il avec amertume.

Xilness fit volte-face et reparti le pas rapide, visiblement agacé de ne pas trouver cette maudite taverne. D'un coup, un des adolescents du petit groupe aperçu auparavant, fit barrage de son corps et coupa la route du meurtrier. Le garçon était plus grand que l'homme et affichait une mine de supériorité.

"Alors papy, on s'est perdu ? Tu veux peut-être qu'on t'aide ? Mais ce ne sera pas gratuit, tu nous file de l'argent et on sera gentils." Nargua l'adolescent.

Le sang de Xilness bouillonna, ses veines se contractaient et, sans que personne ne put comprendre quoi que ce soit, l'homme flanqua un coup de genou vif et puissant dans l'estomac du garçon. Ce dernier se pliait en deux et crachait, il avait du mal à respirer. Les autres adolescents se rapprochaient du meurtrier en formant un cercle. L'un d'eux ne cachait pas son désir de vengeance:

"Sale enflure ! Je vais te faire comprendre ce que c'est de s'en prendre à l'un des nôtre !!"

Le garçon se jeta sur Xilness qui esquiva et ripostait avec un coup puissant. Les autres se jetèrent sur lui à leurs tour, en même temps. L'homme ripostait, montrant sa supériorité écrasante malgré le nombre. Ils étaient quasiment tous à terre. L'un d'eux sortit un poignard, la mâchoire crispée, il fixait l'homme avec rage.

"Tsss... Range ça gamin, tu vas te blesser." Conseilla Xilness avec nonchalance.

N'écoutant pas le conseil du meurtrier, le garçon se jeta sur son assaillant. Le tueur à gage esquivait sans difficulté les moindre coup, le gamin était beaucoup trop lent. L'homme commença à s'impatienter et voulu riposter avec un coup de poing. Mais il fut interrompu par une douleur insupportable au niveau du bras gauche. Le garçon était content de lui mais sa joie fut aussitôt dissipée et remplacée par de l'effroi. Là où le couteau avait été planté, des écailles semblable à de la roche volcanique brunâtre se formait et bloquait la lame du poignard. Xilness, essayant d'ignorer la douleur, extirpa l'arme de son bras. Les écailles disparurent petit à petit. Le tueur à gage voulait trancher la gorge de ce jeune homme pour lui faire payer cet affront. Il voulait même tous les tuer, leurs briser la nuque, mutiler leurs corps avec cet arme qu'il tenait à la main mais sa raison lui dicta de ne rien faire de tout ça. Il avait un rendez-vous d'affaire et si il était poursuivi par les gardes, autant dire adieu à une possible paye. Il resta immobile durant plusieurs minutes, au milieu de jeunes gisant sur le sol et face à un gamin visiblement terrifié.

L'homme brisa le silence en flanquant une bonne droite dans la tête du jeune homme qui le mis au tapis direct. Le tueur à gage fit volte-face, se dirigea vers le premier gamin qui lui avait parlé, mit un genou à terre, attrapa le jeune homme par le col, le secoua. L'adolescent ouvrit légèrement les paupières.

"Réveille-toi sale gosse ! Tu vas répondre à ma question sinon je te bute, c'est bien clair ?"

Le jeune homme écarquilla les yeux, stupéfié et secoua frénétiquement la tête.

"Bon chien... Maintenant indique-moi où se trouve la taverne du "Dernier Voyage". Et fais gaffe, si je vois que tu m'as roulé dans la farine, je te retrouve et je te bute toi et toute ta famille, c'est clair ?"

Le gamin tremblait comme une feuille, de la sueur perlait sur son front et il s'était uriné dessus...

"L-la... Taverne se situe à l'Ouest d'ici... Vous sortez de la cour et... Et vous tournez à droite, ensuite à gauche et après vous y êtes... Je vous en prie.. Ne me faites pas de mal..." Supplia l'adolescent.

"Pitoyable. (Il lui décocha un coup de poing en pleine tête, le garçon fut assommé) Bon, j'y arrive enfin ! C'est toujours payant de menacer des gamins !"

Sur ces mots, il quitta la cour et pris le chemin indiqué. C'était avec soulagement qu'il aperçu une pancarte où était inscrit "Dernier Voyage". Enfin il arrivait à destination ! Il en avait marre de tourner en rond ! Le seul moment qu'il ait apprécié c'était cette confrontation avec les gamins. Que ça lui avait fait du bien de se défouler. Il aurait aimé que ce soit des gars plus puissants qui se serait confronté à lui mais on ne peut pas tout avoir...

Il ouvrit la porte en douceur, favorisant la discrétion. Il ne fallait pas oublié qu'il était recherché par les forces de l'ordre pour tous les meurtres qu'il avait commis. Et le fait d'avoir un oeil violet et l'autre pourpre n'arrangeait en rien. Une fois dans la taverne, il scrutait la pièce. C'était sombre et sale... Et truffé d'ivrognes. Que pouvait-on attendre d'une taverne comme celle-là ? Pas de la propreté en tout cas...

Xilness fit son chemin avec lenteur, prenant le temps de tout analyser. Certes c'était un homme très impulsif mais depuis qu'il était poursuivit, il devenait consciencieux et calculateur. Il pu estimer le nombre d'ivrogne, de civils, de renégats, de bandits.... De ce qu'il se souvenait de la lettre, il devait trouver une personne vêtue d'une cape avec un capuchon noir sur la tête ainsi qu'un bandage rouge autour de la main droite, assise devant deux verres vide et une bouteille d'alcool. Le tueur à gage regardait partout autour de lui. Il y avait beaucoup de personnes qui avaient des capes noir avec capuches et bien entendu, avec des verres remplis d'alcool !

L'homme traversait la pièce de toute part, à l'affût. Il allait abandonner quand il aperçu un poignet entouré d'un tissu rouge au milieu de la foule. Sans hésiter, il se rapprocha furtivement et observa la scène. Les verres vides, la bouteille d'alcool locale, capuche noire, cape noire, bandage rouge à la main droite... Aucun doute, c'était bien le contact !

Sûr de lui, Xilness s'installa sur la chaise face à l'inconnu et pris une position détendue. Il se servit un verre sans gêne et le dégusta. Cela faisait des lustres qu'il n'avait pas bu de l'alcool ! Son attention fut de nouveau attirée par le contact.

"Salut mon gars, je suis venu comme convenu."

Le tueur à gage bu encore une gorgée de l'alcool qui n'était pas si mauvais. Quand, une irruption dans son esprit se fit.

"Eh la vermine, n'oublie pas de te renseigner sur la cible, manquerait plus que tu t'attaque à un noble... Ou pire, un Haut-Dignitaire !" C'était Drök.

"Tsss... Tu vas pas m'apprendre mon boulot sale lézard ! Je sais me démerder." S'énerva le tueur à gage.

"Oh oui, comme quand tu t'es perdu et que tu as dû demander ton chemin en tabassant des gamins ? Oui, tu te démerde pas mal !" Ironisa le dragon de lave.

"Ferme-la !" Puis, Xilness rompit le contact.

Le tueur à gage posa ses avant bras sur la table, se rapprocha du contact et parlait à voix basse:

"J'espère pour toi que tu as assez de tune pour te payer mes services. Et avant tout contrat, j'exige tous les informations sur la future victime, pourquoi tu veux la tuer et si tu veux qu'elle souffre avant de mourir, que je la torture... Mais pour la torture ce sera de l'argent en plus."

Le tueur à gage jouait avec la lame du poignard qu'il avait "récupéré" un peu avant de venir dans ce repaire mal famé et attendais la réponse de son interlocuteur.

Revenir en haut Aller en bas
Civils
+ Date d'inscription : 27/12/2012
+ Messages : 450
+ Orbes + Orbes : 460
+ Âge du Personnage : 28 ans
+ Poste occupé : Déserteur / Tatoueur Itinérant / Bâtard des Gorgo / Vent de la Liberté Inside !
+ Nom du dragon : Noctouie alias Toto
+ Type de Dragon : Air
+ Le Don légué : Modulateur de Pression
+ Inventaire : Matériel de Tatouage...et de quoi faire du thé. Beaucoup de thé.
avatar
Ren Natoryu
Message Lun 6 Avr - 23:54

Luka et Carol ignoraient tout de mon plan, mon idée folle. Ils ignoraient tout de la folie qui m’habite. Et si Shaem en a une idée…je ne crois pas qu’il m’est « vendu ». J’avais bien lu la réponse de la Main, je l’avais lu. Et j’avais fait disparaître le papier avant de sourire à Carol, fière de ses œufs de dragon. Puis, j’avais embrassé Luka, et je lui avais demandé s’il pouvait s’occuper de la petite. Je lui avais dit avoir des choses à faire, pour remercier Henry de son hospitalité à Laragon.
Je suis un excellent menteur, et je ne pense pas que Luka penserait que je lui mens. Et si je me sens un brin coupable pour ça…c’est car tout se complique.

Cette attaque qui a secoué Laragon, enfin Lindorm, me fait me demander vers quels lendemains on se dirige. J’ai appris le décès de Mara. J’ai appris la prise de pouvoir de Dilcio. Le frère que je connais le moins. Mais j’ignore ce qu’il en est des connards de Gorgo. Ce qu’il en est d’Ettore.
J’avais envoyé, avant tout ça, une lettre à un assassin professionnel. Un certain « Xilness ». Il n’est pas de la main, et même si je sais avoir leur soutien potentiel pour cette vengeance : nos âmes réclament vengeances.
Noctouie et moi réclamons le sang infâme qui coule dans mes veines. Il doit être versé, en salut à Sergia, ma sœur. En salut à Éphialtès, jumeau de Noctouie. Je n’ai cure des Wyrms, de ces guerres. Je ne désire qu’une vengeance simple et efficace.

Carol ? Luka ? Naïa ? Oui…Je pense à eux. Et je sais que Luka comprendra mon action. Il ne l’acceptera pas forcément. Mais c’est ainsi. La douleur m’habitait, j’avais donc laissé quelques mots à mon amour, à ma fille aussi. Et j’avais rejoint le point de rendez-vous que j’avais donné à mon « employé ». Selon cette entrevue, ou selon les actes de la Main, j’aviserai au final. Mais j’avais l’idée en tête, et rien ne me freinerait désormais.
J’ai abandonné l’espoir que Camelia soit encore vivante désormais. Ettore et Dilcio étaient donc mes cibles. Même si pour le second, je souhaitais en savoir plus…Il a libéré Carol, et le reste du Sérail. Mais les Gorgo doivent voir leur sang couler. Y compris les branches parallèles. Et c’est par elles que le ménage se devra de débuter.

Profitant de la nuit, j’avais pris mes effets et je m’étais envolé avec Noctouie. Ainsi, encapuchonné dans ce bar malfamé, j’avais le signe distinctif pour être repéré. Ce-dernier arriva, alors que je fixais gravement les verres. Mon regard, ou les traits de mon visage, ils n’étaient pas visibles avec ma cape car je ne levais pas encore ma tête vers lui.
Toto dans mes pensées, je notais qu’il se servait. Un mouvement de ma tête acquiesçant que j’étais bien celui qui attendait. Et lorsqu’il s’approcha, je relevais mon visage. Mes traits étaient visibles : ceux de l’affiche signalant que j’étais recherché pour désertion de Lindorm.


« L’argent, j’en ai. Pas comme si j’y avais touché ces dernières années…La question serait plutôt, accepterez-vous les risques de mon offre ? Vous aurez le droit de voler ce que vous voulez en supplément, dans la demeure des cibles, si cela vous fais plaisir. »

Mes yeux étaient mortellement sérieux. Mon regard terne, morne, mais surtout…implacable. Un océan doré où de la haine, de la froide résolution, et la mort se reflétait. Il n’y avait plus d’espoir dans mon regard. Car j’abandonne tout pour cette haine, cette rage. Car ils ne me le pardonneront pas alors, autant aller jusqu’au bout. Sans regret, obéir à mon instinct.

« Suivez-moi, ou ne oubliez-moi. » Ordonnais-je en me levant, embarquant mon verre et la bouteille. Ceci avant de monter à l’étage…et d’entrer dans la chambre que je louais. Là, je savais que j’entendrais des rats à l’écoute et que je pourrais les faire dégager. Attendant de voir s’il me suivait, je fermais la porte derrière lui. Retirant ma cape, le volet était clos et seules des bougies éclairaient l’endroit.

« Combien prendriez-vous pour l’éradication de la famille Aldana del Pilar y Gorgo ? Et j’insiste, toute la famille : y compris le gouverneur d’Aeria. »

Y compris moi…car, le sang des Gorgo disparaitra ainsi quand je me rendrais aux autorités. Car ainsi, ce sang maudit ne sera plus. Carol, et Luka…Ils seront alors à l’abri : à jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://folio-adark.voila.net/ http://lindorm.forum2ouf.com/t804-des-visages-au-coeur-du-vent#13435 http://lindorm.forum2ouf.com/t802-en-quete-de-liberte

Rendez-vous d'affaire.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lindorm :: La Taverne du Flood :: Le Grenier de Lindorm :: Les Archives RP :: Rp V2 saison 1-