AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez|

Rencontre Diplomatique au Palais.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Haut-Dignitaire
+ Date d'inscription : 07/09/2012
+ Messages : 578
+ Orbes + Orbes : 451
+ Âge du Personnage : 25 ans
+ Poste occupé : Représentant du Peuple Narthes [Gouverneur]
+ Nom du dragon : Tanaris
+ Type de Dragon : Foudre
+ Le Don légué : Electrifier ses Armes
avatar
Arthur Apostam
Message Sam 4 Avr - 18:20

Nous avions finalement traversé le désert de Firthan. Et alors que nous arrivions à la porte de Al-Khasir, j’eu un soupir. Posant mon regard carmin sur Cordelia, j’eu une légère rougeur avant de détourner le visage. Nous nous séparerions ici aujourd’hui. Elle devait voir des détails pour des plantes, ou remède, pour Ahu’Ra. Et moi, je devais être attendu au palais du sultan.
Tanaris se posa alors à l’entrée, noble et fière. Un air un peu mutin sur son faciès reptilien. Il me taquina sur une semaine de partage de tente avec une dame. Je le fusillais du regard alors que Briquet décidait de rester un peu avec la damoiselle au dragon solaire.

J’étais paré de mes atours de gouverneur. En tenue plus officielle, alors qu’on arrivait au contrôle. Les deux soldats d’élites avaient revêtu leur équipement officiel, et leur dragon se tenait aussi à l’entrée : prés de Tanaris.
Enfin, nous fûmes donc accueillit par la garnison en place à Al-Khisab, et mener au palais. Je saluais Cordelia, espérant finalement la revoir avant mon retour à la capitale.

Je veillais à ne pas laisser mon regard se faire trop « joyeux ». Je veux dire, à la vue de la finesse architecturale des lieux, je mentirais en disant que je ne voudrais pas faire mon touriste et le visiter, ce fichu palais. Mais l’impolitesse que ça impliquerait n’aiderait vraiment pas mon affaire. Déjà que j’avais du envoyer une missive à cette Wyrm, et qu’on m’avait tiré les oreilles pour ma franchise dérangeante et mon ton sec.

Je fus mener à la salle de réception, ou est-ce un trône ? J’y connais rien sur la culture de mon grand-père paternel biologique…Pourtant, un quart de mon sang est de souche Saabi. Mais j’espèrais juste que, cette fois-ci, le sultan El Yakine serait plus, et bien, « chaud » à me parler. Je veux dire, en essayant de bien faire, j’avais un peu merdé sur les protocoles à notre dernière visite et il l’avait mal pris je crois. Alors, j’étais là, pénétrant cette salle imposante. Luxueuse et respirant le faste, la richesse, mais surtout, le raffinement. Soudain, je me sentais vraiment petit alors que je saluais le sultan, en m’inclinant légèrement.


« Sultan El Yakine, c’est un honneur pour moi que vous acceptiez cette entrevue. »

Je dois paraître ridicule, mais je n’ai jamais été doué dans ce type de domaine. Et Tanaris, même s’il se repose dans les jardins, ne m’aidera et ne me sauvera pas. Diantre que j’aimerai me retrouver ailleurs : loin d’ici !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://migoto-no-shima.forumsactifs.com http://lindorm.forum2ouf.com/t1306-rencontres-fruits-de-la-politique-et-de-l-aventure http://lindorm.forum2ouf.com/t934-aleas-d-un-ancien-forgeron
Haut-Dignitaire
+ Date d'inscription : 15/02/2015
+ Messages : 82
+ Orbes + Orbes : 178
+ Âge du Personnage : 29 ans
+ Poste occupé : Sultan
+ Nom du dragon : Assarhaddon
+ Type de Dragon : Feu
+ Le Don légué : Aucun
avatar
Zaïm Y. El Yakine
Message Dim 5 Avr - 23:02

Une entrevue avec le gouverneur McCallan..Cela n'était pas arrivé depuis longtemps (pas assez ?), mais la situation le justifiait amplement. Une attaque sur Lindorm...Qui aurait pu croire qu'une chose pareille pouvait arriver ? C'était bien la preuve qu'on ne pouvait s'attendre à rien de bon, avec ces fichus Wyrms, et qu'il avait raison de se méfier d'eux comme de la peste. Quand il pensait aux blessés, aux morts -même non saabis- en mémoire desquels il avait décrété une journée de deuil sitôt que la nouvelle de l'attaque s'était répandue en Khi-Saab, il sentait bouillir son sang. Comment avait-osé ! Le pire étant que son propre frère, Tayeb, avait lui aussi été blessé : on avait osé s'en prendre à sa famille, et cela, c'était inacceptable. Il convenait de réagir ; un tel crime ne pouvait décemment pas rester impuni. Bon évidemment, il avait un peu râlé en voyant la lettre du gouverneur le prévenant qu'il viendrait à Al-Khasir une semaine plus tard, car il s'agissait d'un délai plutôt serré, mais il avait laissé passer cela. Exceptionnellement.

En espérant qu'il ne commette pas d'autres bourdes, évidemment..Mais ça, ce n'était pas dit, songea-t-il amèrement. Un jour, McCallan allait frôler l'incident diplomatique s'il continuait dans cette voie. Bien sûr son caractère emporté n'arrangeait pas les choses, mais tout de même ! Etait-il destiné à supporter toutes les gaffes du gouverneur sans réagir sous prétexte qu'il lui était techniquement subordonné ? Pensée qui le mettait de fort méchante humeur, et qu'il s'efforça de mettre de côté. Il ne devait pas penser à de telles choses, qui le mettaient en rage : sinon leur entretien se passerait sans doute mal et ne mènerait à rien. Ce qu'il refusait. Et pas seulement parce que cela l'obligerait à le revoir une fois de plus.

Bref, toujours était-il qu'il l'attendait plus ou moins patiemment, assis dignement sur son trône. Pressé de le voir ? Oui. Car plus vite il le voyait, plus vite l'affaire serait réglée, logiquement.

Finalement, McCallan fit son apparition. L'air appréciateur, voire émerveillé, de ce qu'il voyait. Ca..Le palais était une véritable merveille : on ne pouvait pas dire le contraire. Zaïm songeait vaguement qu'il devait paraître bien imposant pour un observateur extérieur. Plein de majesté, mais distant ; à la manière des dieux du panthéon saabi. Plus puissant qu'il l'était en réalité ; mais c'était très important de sauvegarder les apparences. Il ne pouvait simplement pas se permettre d'apparaître comme faible, face à qui que ce soit. Et pas seulement pour une question de fierté.

McCallan s'inclinant pour le saluer – ce qu'il remarqua, appréciateur-, Zaïm se leva et s'inclina lui aussi légèrement. Le protocole avant tout. Si le sultan était pour ainsi dire seigneur sur ces terres, le gouverneur lui était supérieur ; et à ce titre, il devait lui témoigner une marque de respect. Il n'était pas un grossier personnage sans éducation, après tout.

« Bienvenue à Al-Khasir, monsieur le gouverneur ; j'espère que vous avez fait bon voyage. C'est un honneur pour moi, pour nous, de vous accueillir en ces lieux. »

Diplomatie, diplomatie. Pour l'instant tout se passait bien, alors autant d'essayer de continuer dans cette direction.

« Désirez-vous quelque chose à boire ? Une collation, peut-être ? »

Il ne retardait absolument pas le moment de discuter de discuter, mais faisait là preuve de l'hospitalité saabi dans toute sa splendeur. Quand bien même avait-il quelques...différends, avec le gouverneur, il était son invité, et à ce titre, il convenait de l'accueillir comme il se devait. Il ne pouvait simplement se permettre de le traiter de façon irrespectueuse, ou qui lui donnerait à penser qu'il n'était pas le bienvenu ici.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lindorm.forum2ouf.com/t1692-relations-d-un-sultan http://lindorm.forum2ouf.com/t1695-grains-de-sable
Haut-Dignitaire
+ Date d'inscription : 07/09/2012
+ Messages : 578
+ Orbes + Orbes : 451
+ Âge du Personnage : 25 ans
+ Poste occupé : Représentant du Peuple Narthes [Gouverneur]
+ Nom du dragon : Tanaris
+ Type de Dragon : Foudre
+ Le Don légué : Electrifier ses Armes
avatar
Arthur Apostam
Message Mar 7 Avr - 0:16

Je ne suis réellement pas à l’aise dans ce palais, ou plutôt, dans ce devoir politique. Par l’Unique, que cela se termine aussi vite que cela vient de commencer. En tout cas, je veillais à me souvenir des diverses indications de protocoles qu’on m’avait donné à ma dernière leçon sur les usages Saabi. Je dois bien essayer d’honorer le sang des Apostam qui coule dans mes veines, ne fut-ce qu’un peu.
J’eu fugacement la vision de Cordélia en tête, et je dus bien peiner à me concentrer sur autre chose. Pas le moment de repenser à mon voyage, même si la question du Sultan ravive les souvenirs de ce-dernier.


« Le voyage fut passionnant. » Ne pus-je m’empêcher de répondre.

Quel imbécile. Je dû me retenir, difficilement, de rougir à mes propres mots. Non, vraiment, je dois me reprendre. Et je pense que la gêne a dû se voir dans mon regard. Je suis un fichue putain de bordel de livre ouvert ! Je ne sais pas mentir, ou cacher un truc. Je ne sais que dire ce que je pense…sans fioriture. Chasser le naturel, et il revient au galop.
Mais étrangement, ce que les gens disaient être une de mes qualités est, aux yeux des politiques, le plus gros des défauts. En somme, ce qui faisait de moi un forgeron apprécié, me dénigre comme gouverneur. Quel revirement de situation…

Enfin, je le saluais pour l’honneur. Et à sa demande, je vins me souvenir aux derniers moments qu’il était impoli de refuser l’invitation d’un Saabi. Enfin, la proposition d’un rafraichissement. C’est avec un sourire un peu gêné, que je répondais donc :


« Volontiers, je vous remercie. »

C’est quoi, déjà, le titre à utiliser après ? Sublime quoi ? Euh…Merde, je sais plus la formule ! Et je pense que le fait que je cherche mes mots étaient écrit en grand sur ma tête. Alors, pour ne pas faire d’impair, je gardais le silence. Je me sens petit, et je déteste ça.
On me servit un thé Saabi traditionnel, et une pâtisserie, là aussi, traditionnelle. Remerciant avec un salut poli le serviteur, j’étais toujours assis correctement en tailleur sur le coussin mit là pour cet office. Lui trônant ce qui, j’avoue, me met mal à l’aise. Mais je suis venu ici pour que lui soit à l’aise, car j’ai l’impression que je vais lâcher une chose plus explosive que la chanson la plus nulle de Tanaris. Me calmant, me regard se fit sérieux et je bus une gorgée.


« C’est excellent. » Dis-je alors, sachant que déjà, je pensais le compliment. Et ensuite, l’usage le veut. On brosse dans le sens du poil que me disait mon précepteur de Cour. Horrible pour moi ce travail, je vous l’ai dit. Reposant la tasse sur la porcelaine que j’estimais plus que de qualité, je savais être reçu en « roi ». Et ça me gêne tout ça. Mais ne rien laisser paraître est difficile : j’y arriverai !

Alors, plongeant mon regard rubis dans les yeux du Sultan, j’avais l’expression la plus franche, sincère, honnête et surtout sérieuse qui soit. Ma tête quotidienne donc. Et le fait d’être sobre depuis trois jours aident grandement je crois. Cordelia m’a bien aidé à diminuer ma consommation…


« Je suis venue vous voir, Sublime Sultan, pour parler du futur, de l’avenir du Narthan. »

Marquant une courte pause, j’enchaînais donc.

« Comme vous le savez, l’académie Lindorm a été attaquée par un groupe encore non-définit, mais supposément Wyrm. Je dois rencontrer, une fois ce voyage terminer, une ambassadrice Wyrm pour en apprendre plus… »

Au mot « Wyrm » mon ton avait été sec, et il était clair que j’avais une aversion certaine pour ces-derniers. Reprenant mon calme, je continuais donc.

« …Néanmoins, au regard de la situation politique actuelle du Narthan, je suis réaliste. Si une guerre doit reprendre aujourd’hui contre ces hors-la-loi : Narthan est une cible de choix. Nous sommes plus désunis que jamais, Narthe, Roroa et Saabi. Et cela ne peut durer. Aussi, suis-je venu à vous pour discuter du futur de la Nation : notre nation à tous. »

Ma voix était implacable. Et si, jusqu’ici, je manquais d’assurance ou de quoique se soit d’autre…Là, en cet instant, ma voix était d’une franchise éclatante. Mon regard et ma posture affirmait que je savais ce que je disais. Que j’assumais mes mots. Et surtout, surtout, que je pensais chaque syllabe qui avait quitté ma gorge. Je suis homme de paroles et de franchises, je dois bien avoir une qualité dans ma myriade de défauts pourris.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://migoto-no-shima.forumsactifs.com http://lindorm.forum2ouf.com/t1306-rencontres-fruits-de-la-politique-et-de-l-aventure http://lindorm.forum2ouf.com/t934-aleas-d-un-ancien-forgeron
Haut-Dignitaire
+ Date d'inscription : 15/02/2015
+ Messages : 82
+ Orbes + Orbes : 178
+ Âge du Personnage : 29 ans
+ Poste occupé : Sultan
+ Nom du dragon : Assarhaddon
+ Type de Dragon : Feu
+ Le Don légué : Aucun
avatar
Zaïm Y. El Yakine
Message Lun 20 Avr - 15:47

Cinq minutes ne s'étaient pas écoulées depuis le début de leur échange, et déjà Zaïm haussait les sourcils. Décidément, McCallan ne cesserait jamais de le surprendre ; mais cette fois dans le bon sens. Sa gêne, clairement visible, avait au moins le mérite de le distraire. Parce quoi oui, c'était presque drôle de le voir se comporter de la sorte, comme s'il venait de se rappeler quelque chose de honteux. Un instant Zaïm fut tenté de lui demander la cause de cette réaction ; un instant seulement. Le gouverneur avait prétendu que tout allait bien , donc lui-même n'allait pas poursuivre là cette discussion. Et puis franchement, est-ce que cela l'intéressait réellement ? Pas vraiment. Il n'en était pas encore réduit à cela.

Et de une. Après ses remerciements, son interlocuteur aurait du ajouter son titre ; mais il n'avait rien dit, visiblement - encore- confus. Déjà un impair, mais Zaïm aurait presque pu lui pardonner. Presque : on aurait pu croire qu’il avait cherché ses mots. Donc..fait preuve d’une certaine bonne volonté. A moins qu’il ne soit suffisamment bon acteur pour le lui faire croire, et donc l’apaiser. Mais le sultan en doutait fortement. Depuis le temps qu’il connaissait McCallan, il avait bien remarqué qu’il ne savait simplement pas mentir. Pas. Du. Tout. Un vrai livre ouvert. Néanmoins..une petite révision des rituels et traditions saabies ne lui feraient pas de mal, au contraire..comme il se faisait la réflexion à chaque fois. Parce que parfois, ce n’était pas ses erreurs elles -même qui le gênaient, mais ce qui pouvait se cacher derrière : un mépris total des saabis, de leurs coutumes et de leurs traditions. A ce rythme-là, il aurait pu tout aussi bien déclarer leur indépendance, et la question en serait restée là. Point. Paranoïaque et susceptible, le sultan ? A peine. Il savait, surtout, qu’il était en droit d’espérer un peu de respect supplémentaire.

Néanmoins, il remercia le gouverneur avec les formules de politesse qui convenaient, avant que celui-ci ne détaille l’objet de sa visite - il se doutait bien que ce n’était pas pour faire du tourisme. Zaïm se pencha légèrement en avant, pour lui montrer qu’il avait son attention pleine et entière. La discussion “sérieuse” pouvant commencer, ce qui s’était passé auparavant n’étant guère qu’une mise en bouche. Profondément ennuyeuse certes ; mais nécessaire. La tradition était la tradition après tout, et elle devait être respectée. C’était ainsi qu’il avait été élevé ; et c’était ainsi qu’il élèverait ses enfants.

L’attaque de Lindorm et la réaction qu’il fallait avoir en réponse. Bien sûr. Comme il l’avait précisé dans sa lettre. Mais il l’écoutait parler, curieux d’entendre ce qu’il allait bien pouvoir lui raconter.

« Je ne le sais que trop bien ; mon propre frère a été blessé durant cette attaque intolérable. Tant de morts, tant de blessés inutiles.» 

Qu’on ait osé s’en prendre à Lindorm le dépassait toujours. Mais évoquer Tayeb était une manière de dire que lui aussi se sentait concerné par cette attaque, et ce à titre personnel, même si l’on ne prenait pas en compte les autres élèves Saabis de l’école.

« Une ambassadrice Wyrm a également souhaité me rencontrer ; j’ai refusé. Il me semblait inconvenant de prendre une telle décision sans vous en parler auparavant. Outre le fait que je n’ai jamais porté les Wyrms dans mon coeur..d’autant plus que l’ancienne Khi-Saab est terriblement exposée en cas d’attaque.» 

Même si c’était principalement la seconde raison qui importait le plus. En plus, au vu de la situation actuelle de l’ancienne Khi-Saab, c’était techniquement McCallan qui devrait se charger de l’entretien - donc l’utilité de l’entrevue avec Zaïm était assez consultable.. Ma foi, s’il pouvait éviter quelque chose d’aussi désagréable.. Mais voilà que leur inimitié pour les Wyrms leur faisait un point commun. Etait-ce suffisant pour que Zaïm accepte de mettre leurs différends de côté, et de consentir à collaborer davantage ? Etait-ce suffisant pour qu’il l’écoute, réellement ? Pour qu’il change, peut-être, le destin du Narthan ?

« Je vous écoute» , fit-il enfin. Il se sentait bizarrement impressionné par la passion que mettait le jeune gouverneur dans ses paroles.Touché, alors ? Enfin non, pas touché. C’était encore trop fort. Interpellé plutôt. Surpris peut-être. Curieux en tout cas, de savoir ce que le gouverneur allait bien pouvoir lui dire...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lindorm.forum2ouf.com/t1692-relations-d-un-sultan http://lindorm.forum2ouf.com/t1695-grains-de-sable
Haut-Dignitaire
+ Date d'inscription : 07/09/2012
+ Messages : 578
+ Orbes + Orbes : 451
+ Âge du Personnage : 25 ans
+ Poste occupé : Représentant du Peuple Narthes [Gouverneur]
+ Nom du dragon : Tanaris
+ Type de Dragon : Foudre
+ Le Don légué : Electrifier ses Armes
avatar
Arthur Apostam
Message Sam 30 Mai - 12:57

Je hochais positivement de la tête. Il a raison. Cette bataille, cette attaque sur Lindorm est une chose qu’on ne peut pardonner. Un acte de lâcheté que de s’en prendre à une institution. Elle forme l’élite, mais les personnes qui y évoluent ne sont pas tous cette élite. Le corps enseignant a servit dans les armées, certes, mais ils ont tous quitté l’armée pour une raison ou une autre ! Pourquoi ne pas avoir attaqué le QG d’un escadron d’élite ? Il est plus juteux d’attaquer le symbole qu’est l’école ? C’est de la lâcheté, et une chose immonde. Un acte inhumain.

Me calmant, j’avais alors continuait à exprimer mon idée. Espérant qu’il accepterait de l’écouter. Je notais que la Wyrm l’avait contacté, et ça me faisait tiquer. Ne sait-elle pas qu’en tant qu’ambassadrice, c’est avec moi seul qu’elle est autorisée à négocier ? Cherche-t-elle à faire croitre les différences en contactant de façon interdite les autres dignitaires ? Je me demande si elle a contacté Hattu’…probablement, et je ne voudrais pas être elle car je doute que la réponse fut positive. Nous trois, car c’est aussi le cas du sultan, nous avons rancœur contre les Wyrms. L’un pour son territoire. Les deux autres, pour les proches perdus lors de la guerre.

J’inspirais calmement alors qu’il m’invitait à m’exprimer. Ma main tremblait légèrement, mais je me calmais. Levant la tête, je rouvrais les yeux que j’avais fermé le temps de réfléchir. Les ancrant dans les yeux du sultan, le laissant voir le fait que je pense chacun de mes mots. Je suis sûr de moi. Sûr de mes idées. Et je ne m’en détournerais pas. Qu’importe si cela fait un tôlé.


« Je souhaite unir la gouvernance du Narthan sous la juridiction d’un conseil qui se formerait du dirigeant Saabi, de celui des Roroas et de celui des Narthes. En somme, que la nation sous gouvernée par la Reine Hattusha Bepetdvapara, vous le Sultan Saabi et moi-même, dirigeant Narthe. »

Je marquais une pause, courte, avant d’enchaîner.

« Nos lois n’ont que peu évolué depuis l’époque des colons Kevii, devenu Narthe lors de leur indépendance. Les Saabi ont perdu en droit, et les Roroas ont tout perdu. Je souhaite corriger ces tords. Nos peuples peuvent vivre ensembles, en harmonie. Je suis métis saabi, et ami de Roroas : les Narthes sont rarement des pures souches ou nous serions encore des Keviis. Mais surtout, les cultures auxquelles nous tenons tous les trois sont importantes et ne doivent pas disparaître. Elles ne doivent pas non plus être soumises les unes face aux autres. »

J’avais posé ma main sur mon torse, lorsque je m’étais donné en exemple. Ceci avant de continuer avec passion. Et une forme d’acharnement. Je sais que les conseillers Narthes, et peut-être la population : tous n’accepteront pas aussi aisément. Mais il est temps pour la nation de grandir !

« Le peuple peu importe ses origines souffrent de dissensions qui datent de nos ancêtres. De résultats de guerres que nous ne cautionnons pas. L’histoire est un fait, mais le futur se doit d’évoluer. Nous sommes sans cesse à nous tirer dans les pattes, et ceux qui en font les frais sont les habitants du Narthan. Et si le pays doit être renommé, et notre peuple enfin devenir uni : alors soit ! Je ne suis pas comme Hattusha ou vous, sultan. Je n’ai pas été éduqué pour diriger ou régner. J’ai grandit parmi le peuple, et je sais qu’il est celui qui souffre le plus de notre faiblesse. De ces jeux de pouvoir. Je ne me vois pas comme supérieur à vous ou Hattusha…Non, je pense que nos places sont égalitaires. »

Mon visage avait exprimait de la tristesse lorsque je parlais de la souffrance du peuple. Car c’est un fait réel. Certains métis sont discriminés. Une minorité « bien pensante » croit pouvoir opprimer le reste. Ce n’est pas comme ça qu’on m’a éduqué.

« L’égalité est le propre des hommes, m’aideriez-vous à rendre honneur à la diversité de la nation, par un conseil qui la représenterai réellement ? Je ne dis pas que cela sera facile, il y aura des détracteurs dans chacun des partis en question…Et je dois encore en parler avec la Reine Roroa. Mais, aujourd’hui, je viens à vous avec cette requête, cette demande, Sultan El Yakine. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://migoto-no-shima.forumsactifs.com http://lindorm.forum2ouf.com/t1306-rencontres-fruits-de-la-politique-et-de-l-aventure http://lindorm.forum2ouf.com/t934-aleas-d-un-ancien-forgeron
Haut-Dignitaire
+ Date d'inscription : 15/02/2015
+ Messages : 82
+ Orbes + Orbes : 178
+ Âge du Personnage : 29 ans
+ Poste occupé : Sultan
+ Nom du dragon : Assarhaddon
+ Type de Dragon : Feu
+ Le Don légué : Aucun
avatar
Zaïm Y. El Yakine
Message Dim 7 Juin - 11:16

Il restait silencieux. Immobile même. L’instant était important ; et il ne voulait pas prendre le risque de faire quoi que ce soit qui puisse couper l’élan de MacCallan. Qu’il prenne le temps de réfléchir à la façon dont il allait présenter ce qu’il voulait lui dire. Il se doutait bien qu’il devait s’agir de quelque chose d’important. Il ne serait pas venu d’aussi loin pour une affaire triviale ; si cela avait été le cas, une lettre aurait suffi. Et puis honnêtement, Zaïm savait qu’il l’aurait mal pris. Il avait pour le gouverneur des sentiments qui se rapprochaient de ceux d’un pic à glace pour un bloc de glace. Alors s’il pouvait s’épargner de le voir trop souvent, c’était tout aussi bien. Ce qui ne l’empêchait pas néanmoins d’être curieux de voir ce qu’il allait bien pouvoir lui annoncer.

Et la nouvelle tomba. Comme une claque.

Par Hal-Hamman le Dieu Éléphant. Le sultan se trouvait bien stupide sur le coup, incapable de parler, les yeux écarquillés. Les mains accrochées aux accoudoirs de son fauteuil pour s’empêcher de lever sous la surprise. Eut-il été moins bien élevé que sa bouche se serait légèrement entrouverte. Mais il ne pouvait pas ; il était sultan, pas un paysan tout juste sorti de sa campagne. Il devait toujours se conduire avec dignité. Mais par les Dieux, que cela était difficile en cet instant. Ce n’était pas une surprise que MacCallan lui avait réservée, mais une véritable bombe. Rien que pour cela, cela valait la peine de l’avoir supporté pendant ces dernières années. Évidemment il n’allait pas se jeter sur lui pour le prendre dans ses bras : certainement pas. Mais ce qu’il lui annonçait était tellement..inattendu. Surtout de sa part à lui ! Lui qui d’habitude se montrait un novice en matière de politique..avait eu une idée. Brillante.

Former un conseil composé des trois dirigeants du Narthan. Lesquels seraient à égalité. Sans qu’il n’y ait un, le gouverneur pour ne pas le nommer, qui soit supérieur aux autres. Abroger ces lois iniques qui portaient préjudice aux Saabis et aux Roroas. Reconnaître qu’aucune des trois cultures du Narthan n’était supérieure aux autres, contribuant à la richesse du pays. Cela semblait presque trop beau pour être vrai ; et l’espace d’un instant, il craignit que MacCallan ne se moque de lui en lui faisant miroiter une proposition aussi..alléchante. Et pourtant non. Il le voyait : trop honnête. Trop franc. Trop bien intentionné pour les jeux politiques. Il ne pouvait qu'être sincère avec cette proposition.

Évidemment cela n’était pas l’indépendance de l’ancienne Khi-Saab. Mais se retrouver légalement et politiquement égaux aux Narths “de souche”...était déjà un progrès incontestable. Une avancée majeure et subite après des centaines d’années de domination plus ou moins agréable. Qui peut-être un jour, aboutirait sur une indépendance de fait : qui savait. Et le plus agréable était que Zaïm avait parfaitement conscience qu’il avait le choix. Continuer dans cette situation ô combien désagréable ou la changer. Il avait aussi tellement, tellement conscience d’être en train d’influer sur le cours de l’histoire de l’ancienne Khi-Saab. C’était enivrant. Excitant même. C’était flatter son égo déjà bien gonflé, mais il voyait déjà son règne se détacher de celui de ses prédécesseurs - oui, même de son propre père-, parce qu’un changement majeur et éminemment positif se serait produit pendant celui-ci. Il n’en fallait pas beaucoup pour qu’il s’enflamme, le jeune sultan avide de reconnaissance et de gloire. Orgueilleux comme il l’était.

Maintenant, il avait réussi à reprendre sa contenance habituelle, l’humeur bien plus légère qu’au début de cet entretien ; mais restant digne malgré tout. Surtout que c’était à présent à son tour de parler.

« Je dois dire que votre proposition me prend..quelque peu au dépourvu.»  Euphémisme. Cela faisait longtemps qu’il n’avait pas été surpris à ce point. « Mais je l’approuve. Je pense que le Narthan avait besoin de changer : cette situation ne pouvait simplement plus durer, notamment toutes les lois qui portent préjudice aux Saabis..et ignorent complètement les Roroas.» 

Et il ne parlait même pas de son statut purement symbolique ; cela, il ne pourrait pas en parler sans devenir amer. Mais les choses allaient changer à présent. Enfin, il serait un vrai haut-dignitaire.

« Je vous aiderai, monsieur le gouverneur, à bâtir un Narthan uni. Nous ne pouvons pas nous permettre de nous déchirer entre nous alors que nous avons un ennemi à notre porte.» Rien ne valait un ennemi commun pour faire s’unir un peuple, disait le dicton. « Mais je n’ai pas peur des détracteurs. J’en ai déjà au sein de la cour d’Al-Khasir : je saurai leur faire face. Il ne sert à rien de prêter l'oreille à leurs mensonges. Il faudrait, au contraire, faire en sorte qu'ils ne trouvent rien à nous reprocher, en faisant fonctionner ce conseil de la façon la plus optimale. »  Comme il l’avait toujours fait.

« C'est pourquoi, je le répète : si vous parvenez à convaincre la reine Bepetdvapara, je vous soutiendrai sans faillir pour ce projet..ambitieux » 

Sa position sur la question était claire. Soit ils étaient tous les trois dans cette affaire, soit pas du tout. Le Narthan n’allait pas s’unir partiellement : il trouvait cela absolument stupide.Il n’y avait pas de demi-mesures avec lui après tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lindorm.forum2ouf.com/t1692-relations-d-un-sultan http://lindorm.forum2ouf.com/t1695-grains-de-sable
Haut-Dignitaire
+ Date d'inscription : 07/09/2012
+ Messages : 578
+ Orbes + Orbes : 451
+ Âge du Personnage : 25 ans
+ Poste occupé : Représentant du Peuple Narthes [Gouverneur]
+ Nom du dragon : Tanaris
+ Type de Dragon : Foudre
+ Le Don légué : Electrifier ses Armes
avatar
Arthur Apostam
Message Ven 12 Juin - 17:18

Je balisais, sérieusement. J'avais fini mon plaidoyer, mon discours plein d'ardeur, de bonne volonté, d'envie de voir le monde évoluer. Pourtant, face à son silence. Son corps crispé. La surprise dans son regard...Je craignais de ne l'avoir vexé, encore une fois, et qu'il ne me hurle de quitter son palais avec mes idées utopiques indigne d'un politicien.
Je ne suis pas homme de talent, lorsqu'il s'agit de rallier à soi des gens, par la parole. Ma franchise à couper au couteau m'a même valu la perte de client quand je n'étais qu'un simple forgeron. Petit à petit, je faisais silence en attendant qu'il réponde à ma demande des plus culottée. Déglutissant, sa voix vint à m'atteindre alors qu'il avait repris le contrôle de sa personne. A quelle sauce serais-je dévorer pour le coup ?

Le mot "Approuve" résonna en moi comme un écho salvateur. La joie transperça mon visage, et mes yeux d'habitude si vide, qui avait été ardant de volonté lors de mon discours, était humide de joie. Un bonheur sans nom se diffusant en moi à la simple entendre de cette acceptation. Une délivrance dans le fléau de la peur que l'attente m'avait mis.
Je fermais les yeux à la mention d'ennemi, approuvant d'un hochement de tête avant de ré-ancrer mon regard dans le sien. Oui...Les Wyrms sont à nos portes, quoique l'on vienne dire.
J'eu un sourire. Convaincre Hattusha ? Je pourrais enfin la revoir ! Et puis, je prie que ma soeur accepte ce qui nous permettrait d'unir nos peuples. Pakeha et Roroa doivent s'accepter pour leur bien réciproque. Hochant de la tête, je répondais alors :


"Je m'en vais donc rédiger une missive à Hattu...à la reine Bepetdvapara."

Je ne pus cacher une légère rougeur à ma bourde, ayant faillit nommer Hattusha, et bien, de façon familière alors que je parle d'elle en sa qualité de dirigeante. Mais je m'étais repris, espérant que cela passe inaperçu. Le cœur qui tambourinait sans fin dans ma poitrine, me faisait trembler d'excitation et de joie. Aussi, me levant et m'inclinant, j'ajoutais.

"Si vous me le permettez, je souhaiterai donc prendre congé. Je souhaiterai, comme vous, savoir la finalité de cette idée au plus vite. Et je vous ferais part des réponses et avis de sa majesté Bepetdvapara sur le sujet. Néanmoins, il nous faudra trés certainement nous rencontrer : tous les trois, en territoire neutre. Que nos détracteurs les plus "engagés" ne fassent rien de destructeur...Avez-vous une préférence ?"

Je pensais, personnellement, à la Tour où les Gouverneurs se rendent, en Laragon...Mais peut-être aura-t-il mieux à suggérer ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://migoto-no-shima.forumsactifs.com http://lindorm.forum2ouf.com/t1306-rencontres-fruits-de-la-politique-et-de-l-aventure http://lindorm.forum2ouf.com/t934-aleas-d-un-ancien-forgeron
Haut-Dignitaire
+ Date d'inscription : 15/02/2015
+ Messages : 82
+ Orbes + Orbes : 178
+ Âge du Personnage : 29 ans
+ Poste occupé : Sultan
+ Nom du dragon : Assarhaddon
+ Type de Dragon : Feu
+ Le Don légué : Aucun
avatar
Zaïm Y. El Yakine
Message Mar 16 Juin - 21:40

Il se sentait bien, presque apaisé. Détendu. Son attitude n’était plus aussi crispée qu’elle avait pu l’être depuis le début de cette entrevue. Il était heureux. Enfin il ne serait plus un simple pantin. Enfin il aurait un rôle actif, enfin il n’aurait plus à courber l’échine face à qui que ce soit. Cette idée l’enivrait, tout simplement. Enfin..enfin les trois dirigeants du Narthan seraient à égalité. C’était un coup de génie, la meilleure manière d’apaiser les tensions du pays, ne serait-ce qu’un peu. Il n’y avait plus maintenant qu’à espérer que la Reine Roroa accepte la proposition de MacCallan.. MacCallan qui avait l’air de ressusciter devant lui d’ailleurs. Qui lui souriait ; sourire auquel il répondit. Il n’était pas si terrible que cela, le sultan. Il avait le sang chaud et l’admettait : mais il n’était pas un mauvais homme. On ne pouvait même pas lui reprocher une certaine réserve. Lui le bon vivant, et qui le montrait.

Il hocha la tête, non sans hausser à nouveau un sourcil mais presque moqueur cette fois. Le gouverneur devait être sacrément proche de la Reine Roroa pour se permettre de l’appeler ainsi par son prénom. L’idée ne lui viendrait même pas à l’esprit. C’était comme s’il allait appeler son interlocuteur “Arthur” ou que lui l’appelle “Zaïm” ; c’était risible. Non, franchement, il préférait s’en passer. Dans le cercle familial, passait encore, mais pour le reste... non. Enfin d’un côté, s’ils étaient aussi proches, cela pourrait être théoriquement un avantage lors de leurs négociations. Il ne connaissait guère la Reine Roroa ceci dit ; ce qui ne l’empêchait pas de la respecter profondément pour le travail d’unification des tribus qu’elle avait accompli.

Mais déjà MacCallan se levait. Il avait déjà l’intention de repartir ? Il avait été expéditif cette fois ! Ou peut-être que cette entrevue lui avait paru courte. Non pas que cela changeât grand-chose...Du moins cette rencontre s’était-elle montrée productive. Contrairement aux précédentes.

« Je comprends. Il est dommage que vous deviez partir si vite, mais comme vous le soulignez, vous avez du travail qui vous attend.» Il aurait presque été sincère sur le coup. « Mais je n’ai pas de préférence pour notre lieu de réunion. Je crains aussi néanmoins quelques accidents si cela venait à se produire en Narthan...»  Pessimiste ou non, il craignait les attentats sur sa personne, ou maintenant sur celles de ses “collègues.” L’attentat sur la femme du gouverneur de Nordheim avait bien montré qu’on n’était pas à l’abri sur ses propres terres ; un comble. Il n’y avait guère qu’à la Tour Perlée qu’ils seraient véritablement au calme... Et en plus, cela lui donnerait l’occasion de revoir Tayeb.

Après quoi il quitta son trône pour aller à la rencontre de MacCallan, et de tendre la main. C’était bien ainsi qu’ils faisaient chez les Narths, non ? Tendre la main pour conclure un accord et pour se saluer ? Il lui semblait.

« Je vous souhaite bonne chance pour vos négociations avec la Reine Bepetdvapara»  conclut-il simplement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lindorm.forum2ouf.com/t1692-relations-d-un-sultan http://lindorm.forum2ouf.com/t1695-grains-de-sable
Haut-Dignitaire
+ Date d'inscription : 07/09/2012
+ Messages : 578
+ Orbes + Orbes : 451
+ Âge du Personnage : 25 ans
+ Poste occupé : Représentant du Peuple Narthes [Gouverneur]
+ Nom du dragon : Tanaris
+ Type de Dragon : Foudre
+ Le Don légué : Electrifier ses Armes
avatar
Arthur Apostam
Message Jeu 18 Juin - 11:58

Je l’écoutais avec attention, mon regard et mon attitude dénotant le profond respect que j’ai pour lui. Son peuple ne l’a jamais critiqué à ma connaissance, et je suis certain qu’avec ce système : notre nation n’en ressortira que grandie. Je me sentais bien, serein, pour la première fois depuis un temps qui me semblait infini. Depuis le départ de mon épouse en réalité…
Dommage ? Oui : mais nous sommes tous les deux d’accord pour convenir que plus vite les dés seront lancés, plus vite le résultat viendra à naître. Je me fiche de la postérité, je ne veux qu’être en paix avec moi-même. Je ne veux plus me mentir…


« Je demanderai à pouvoir bénéficier de la Tour Perlée dans ce cas. Je pense qu’il n’y a pas meilleur symbole d’union, et de neutralité, en Neralith. » Vins-je à répondre, mon sourire ne quittant plus mon faciès. Je suis bien trop content pour savoir le cacher : même lui me semble moins grave en cet instant.

Lorsqu’il me tendit la main, je fus surpris. Ce n’est pas une habitude ou une tradition saabi. Mon cœur se réchauffa à son geste…La prenant, je lui rendis cette poignée de main avec conviction, et joie. Le remerciant par là-même.


« Merci de m'avoir écouté, et de votre confiance Sultan. Je vous tiendrai informer de la décision de la Reine des Roroas : dés que je l'aurais vu. »

Sur ces paroles, je vins le saluer comme le voulait le protocole Saabi, pour lui rendre l'hommage qu'il m'a fait. Et puis, c'est une part de moi que je devrais un jour travailler...Après tout, même si je suis un "McCallan" désormais : je suis né sous le nom des Apostam, je suis né avec du sang Saabi. Et je regrette de tout ignorer, ou presque, de la culture de mon père biologique...
Sur ce, je me retirais. Il me fallait désormais envoyer une missive et prévoir mon voyage au coeur du désert de Firthan. Finalement, je vais pouvoir revoir ma grande-soeur ! Et en cela, la joie m'envahit...Le futur du Narthan est désormais en marche.
[Clos pour moi, encore merci Smile 2]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://migoto-no-shima.forumsactifs.com http://lindorm.forum2ouf.com/t1306-rencontres-fruits-de-la-politique-et-de-l-aventure http://lindorm.forum2ouf.com/t934-aleas-d-un-ancien-forgeron
Contenu sponsorisé
Message

Revenir en haut Aller en bas

Rencontre Diplomatique au Palais.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lindorm :: La Taverne du Flood :: Le Grenier de Lindorm :: Les Archives RP :: Rp V2 saison 1-