AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez|

J'ai dit que je te trouverai...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Tenebrae
+ Date d'inscription : 10/09/2014
+ Messages : 314
+ Orbes + Orbes : 733
+ Âge du Personnage : 32 ans.
+ Année : 1ère
+ Poste occupé : Capitaine - Armée Territoriale. [Transféré à Lindorm]
+ Nom du dragon : Vayri
+ Type de Dragon : Ténèbres
+ Le Don légué : Cage du Néant
avatar
Fenrisulf Heirleif
Message Sam 30 Mai - 20:41

Vayri était catégorique, ma sœur et son frère étaient passé il y a peu sur la tombe de mon père. Pourquoi ? Je l’ignore. Je peux deviner comment fonctionne ma sœur en analysant ses expressions faciales, la façon dont ses muscles se tendent ou se détendent…Mais je ne sais pas forcément à quoi elle pense lorsqu’elle est loin de mon regard. Je savais le dragon dans les ombres, se mouvant avec l’intention de rester caché. Il ne semble pas apprécier les grands espaces, ou la présence de trop de personnes alors bon…Serait-il timide ? Cette pensée m’amuse un peu : un dragon mystérieux, silencieux qui cache simplement de la timidité. Le comble, c’est que cela ne me surprendrait pas…

Je passais devant une boutique de ce village, une joaillerie en fait. « Juwelen Heirleif » …
La famille de mon père es tune lignée commerçante, qui vit des mines de joyaux de Folkvángr. C’est quand je viens dans ce village que je ne peux que m’en souvenir.
L’air était froid, mais ici aussi c’est une montagne. En tout cas, rajustant mon manteau lourd, j’avais une cigarette sur le coin des lèvres. Et si je me stoppais un instant face à la vitrine pleine de bijoux à base de pierres précieuses, je repris le chemin en direction de l’auberge du village.

En son sein, je saluais l’aubergiste : dix ans que c’est le même. Retirant ma veste, et terminant ma cigarette je lui demandais alors :


« Vous avez l’air d’aller…
- Cela fait longtemps, Monsieur Heirleif.
- Ouais…Je sais. Dites-moi, auriez-vous vu ma sœur : Loreleï Jung ? Elle venait parfois accompagner ma mère et moi, à cette date.
- Hum…Je ne saurais dire. »


Il semblait réfléchir, mais je pense aussi qu’elle n’a pas dû venir avec maman trop souvent pour qu’il ne se souvienne pas d’elle. Enfin, il y avait quelques habitants de présent, cinq dont deux en rencard. Les trois autres étaient un groupe buvant de l’alcool et me jetant des regards en coin avec des messes-basses. Mes grands-parents paternels vivent toujours dans ce village, et on ne peut pas dire qu’ils aient bien pris que ma mère rentre avec moi en Lostrego, à Aoun. Alors, j’imagine que c’est normal…

« Vous revenez du cimetière j’imagine ?
- En effet. La tombe était très bien entretenue, mes grands-parents s’en occuperaient-ils ?
- Ils s’y rendent une fois par mois, en effet. Votre tante aussi, moins souvent. Peut-être, un jour, prendriez-vous le temps de rencontrer la famille de votre père.
- J’ignore si la famille de mon père me conviendrait. Mon cœur et allégeance va à Lostrego et à Aoun. Et puis, entre nous, parlez à ceux qui ont tourné le dos à ma mère n’est pas réellement ce qui m’enchante. Je reviens, je vais fumer un peu dehors. Gardez mon verre au chaud je vous prie. »


J’ai la sensation d’être observé, alors, je me levais et prenais mon manteau. Avant de quitter l’auberge, de glisser la cigarette entre mes lèvres, et de bifurquer dans la ruelle la plus proche. Murmurant à Vayri :

« Tu as une piste sur Lili et Apstim ? »

Pourtant, je commençais vraiment à me demander si je n’étais pas suivit…et l’absence de réponse de Vayri allait pour me confirmer ça. Ainsi, je me retournais pour voir à qui je ferais peut-être face…

[Le rp a lieu juste après la rencontre de Fenri avec Vayri, en Avril 1569.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://folio-adark.voila.net/ http://lindorm.forum2ouf.com/t1003-un-visage-ne-peut-etre-oublie#16802 http://lindorm.forum2ouf.com/t998-pacifisme-comme-guerre-se-font-de-rencontres#16773
Assassins
+ Date d'inscription : 13/09/2014
+ Messages : 749
+ Orbes + Orbes : 642
+ Âge du Personnage : 23 ans
+ Poste occupé : Maître renégat (Voie des loups, Aoun), Assassin
+ Nom du dragon : Apstim
+ Type de Dragon : Lumière
+ Le Don légué : Elle n'en a pas
avatar
Loreleï Jung
Message Lun 8 Juin - 18:40

Tant de question lui traversent la tête, tant de réponse sont en attente et pourtant, ce n’est pas cet homme qui a pu y répondre. Elle avait attendu patiemment, assise dans la neige. Elle attendait un signe, quelque chose… Retourner vers les siens ? Leur dire adieux à jamais ? Elle la renié, elle si noble aujourd’hui ombre à jamais. Elle qui courrait toujours dernières sa lumière son ombre protectrice… 
Elle ne pouvait plus se taire, elle le savait maintenant. Etre loin la faisait mourrir doucement, lentement. Elle l’aimait, plus qu’un frère, du plus profond de son être elle l’aimait. Mais elle devait le fuir, pour son bien, pour le sien, pour le leur, car il ne devait pas savoir, jamais. Pour le protégé des ténèbres qui la dévorent à petit feu. Car il ne pouvait… Non, il ne devait pas accepter cette réalité.

Son père ne lui avait pas donné réponse, laissant silence à ses questions muette. Et elle s’était levé, rejoignant son compagnon de toujours, son dernier soutien contre la folie. Pour partir, disparaitre dans la neige encore fraiche et aller se réchauffer au coin d’un feu, elle dont la peau devenait bleu aux extrémité, malgré la fourrure blanche parant son corps contre le froid.

Dans une taverne elle avait une boisson chaude, réchauffant son corps, son coeur et son âme brisé. Elle était là, vivante et pourtant si morte à la fois. Si vide. Elle qui aimerait tant voir Apstim en ce moment, entendre sa voix au creux de son inconscient, pour finalement lui répondre, dans un gémissement sourd, une souffrance inconnue.

Une ombre attirant son attention, elle se fondait dans l’ombre, sans être vu… Que faisait il encore là ? Il ne devait pas, non… Il ne devait pas… Son coeur prêt à exploser, sa tête lui faisait mal et quand il sortait par l’avant, d’un pas elle sortait par l’arrière. Dans son dos, loin en étant prêt, trop prêt de cette obsession qui l’a rendait presque folle.
Alors il se tournait, et d’un pas de loup elle repassait dans on pour finalement coller son front à sa nuque, bloquant ses jambes pour lui éviter mouvement et finalement enlaçait son torse, collant son corps menu et sec contre le sien.

- Ne te retourner ne servira à rien… Je ne serait plus là… Je t’aime Fenri, mais pour toi, pour moi, pour que nos vie se fasse sans que la présence de l’autre ne nous parasite, nous ne devons pas nous retrouver. Comme une ombre et une lumière qui s’attire et se rejette, comme un équilibre parfait. Nous serons toujours séparé. Le jour et la nuit, le soleil et la Lune. Continu à sourire pour moi s’il te plait. Mais ne me poursuit plus jamais.

Ses mots lui faisait mal, atrocement mal et pourtant elle le devait, pour guérir de ce qu’elle pensait immoral, presque infernal… Elle posait ses lèvres sur sa nuque, profitant de cette instant avant qu’Apstim passe sa tête sous les jambes de sa partenaire, poussant le blond du museau avant de fuir en courant. 
Il avait eu le temps lui aussi, de dire adieux à sa moitié.

Ils s’arrêtaient plus loin, a quelques kilomètre dans un forêt gelé par le froid, leur traces commençait à peine à s’effacer et elle pleurait à genoux dans la neige, elle pleurait pour ce coeur qui se brise à jamais. Elle devait le faire pour le protéger, sortir de sa vie à tout jamais…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tenebrae
+ Date d'inscription : 10/09/2014
+ Messages : 314
+ Orbes + Orbes : 733
+ Âge du Personnage : 32 ans.
+ Année : 1ère
+ Poste occupé : Capitaine - Armée Territoriale. [Transféré à Lindorm]
+ Nom du dragon : Vayri
+ Type de Dragon : Ténèbres
+ Le Don légué : Cage du Néant
avatar
Fenrisulf Heirleif
Message Mar 16 Juin - 20:28

Je m’étais retourné, pour voir la rue vide. Mais une chaleur contre mon corps fit se tendre mes muscles : je connais ce parfum, cette chaleur. Avant que je ne puisse ouvrir la bouche, afin de m’exprimer, de demander pourquoi elle se cachait ainsi…Elle parla.
Je sentais son corps contre le mien, et ses mots firent l’effet de ces morceaux de plombs que les inventeurs de Prima ont nommé « balle » et qu’ils usent avec leurs tentatives d’amélioration du mousquet. Comment ? Comment est-il seulement possible ? Pourquoi éprouve-t-elle cela ? Pourquoi me le dit-elle ? Est-ce, finalement, la vrai raison de son départ…de son manque de confiance en elle ? En fait, je suis la cause de tout, dans ses agissements ? L’aurais-je trop protégé, l’aurais-je trop gardé près de moi : en frère protecteur ? …

Je sentis son corps se décollait du miens, après ce baiser que je ne savais si je devais l’accepter, ou le refuser. Ma gorge était nouée, j’analysais ses dires. Les émotions que sa voix avait eu était pur, véritable. Je sentis le geste affectueux de ce bébé pleurnicheur : Vayri lui aura parlé ou pas ?
Lily-Jolie, Apstim…Fermant les yeux, je la sentis, plus que je ne la vis, quitter les lieux. Mes poings fermés, fortement serrés, laissaient comprendre la colère que j’éprouvais envers moi-même. Les actes de Luigi ne lui auront servi que de prétexte, pour fuir loin de moi…


« Pourquoi ces larmes ? »

Oui…Pourquoi ? Je sais que jamais je ne pourrais lui rendre l’amour qu’elle éprouve pour moi. Je suis déjà incertain de savoir ce que je ressens pour Moïra et Xia He. Mais elle, j’ai toujours sût qu’elle serait ma protégée, ma petite-sœur. Je ne peux la voir en « femme »…je ne peux lui rendre ce qu’elle attend. je ne peux que la faire souffrir.
Balançant mon poing dans le mur à côté, je serais les dents de colère et de frustration à mon égard. J’aurais bien hurlé ma colère, mais ici au milieu d’une ruelle…Non. Je l’aurais poursuivi, en d’autres circonstances, d’autres mots.

Inspirant, et expirant lentement, je regardais Vayri avec un visage un peu triste. Puis, mon regard se porta dans la direction que le duo de lumière avait choisie. Murmurant en un souffle :


« Car je n’ai jamais aimé les au revoir…et encore moins les adieux. »

Par Karathion, jamais je ne pourrais expliquer cela à nos précieux parents…jamais !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://folio-adark.voila.net/ http://lindorm.forum2ouf.com/t1003-un-visage-ne-peut-etre-oublie#16802 http://lindorm.forum2ouf.com/t998-pacifisme-comme-guerre-se-font-de-rencontres#16773
Contenu sponsorisé
Message

Revenir en haut Aller en bas

J'ai dit que je te trouverai...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lindorm :: La Taverne du Flood :: Le Grenier de Lindorm :: Les Archives RP :: Rp V2 saison 1-